Jetez un oeil dans notre boutique

1 359 views

Histoire érotique : Le retour à la maison – son côté à elle – Partie 3

16 avril 2022,

written by

Je me suis promise d’arrêter de répondre à ses messages et ses e-mails. Mais avant que je ne m’en rende compte, il est soudainement chez moi, me pressant à nouveau contre le comptoir de la cuisine : ses mains tirent avidement le bouton de mon chemisier et se pressent contre mes fesses. Quand il me touche, je suis comme de la cire entre ses mains. Faible et incapable de lui résister. Et vice versa. Puisque je l’ai ignoré pendant des mois, il fait d’un coup tout pour me voir.

Lire aussi : Le retour à la maison : son coté à elle et Le retour à la maison 2

Je vais en ville, on se voit plus tard

Bien que les choses s’améliorent enfin entre Steffen et moi, ce sentiment tenace qu’il me trompe est toujours là. Il est constamment sur son téléphone et s’éloigne de plus en plus de la maison. Il vient de partir spontanément : « Je vais en ville avec Mark, à plus tard. » Il me donne un bref baiser. Plus tard, je me dis qui suis-je pour dire quoi que ce soit, alors que Nick est en train de défaire mon jean et me retourne face à lui. Il s’agenouille avec un sourire excité et embrasse mes hanches, mes jambes et mes pieds. Puis il m’embrasse sur ma culotte, de manière douce et érotique. Je mouille et il le sait. Avec un doigt, il caresse mon aine et le long de mes lèvres, mais rien d’autre ne se passe. Tout en douceur, il baisse ma culotte. Je veux le sentir en moi et j’écarte mes jambes le plus possible. Nick m’attrape la jambe « Pose ton pied sur mon épaule » Je fais volontiers ce qu’il me demande de faire.

La pierre naturelle est froide sous mes fesses nues

Sans rompre le contact visuel, il commence à me lécher. Je gémis quand sa langue touche mon clitoris. Il tourne autour, lèche et suce. Son visage disparaît presque en moi et je m’accroche à l’îlot de cuisine, pressant son visage plus fort dans mon entrejambe. Avec deux doigts, il glisse dans mon vagin, tandis que son autre main englobe une de mes fesses. J’aime ça, mais je suis aussi consciente de la crampe qui se forme dans ma jambe. « Attends », dis-je en tirant son visage en arrière par ses cheveux mi-longs. Il s’essuie le visage et m’embrasse. Puis il me soulève et me pose sur le comptoir de la cuisine. La pierre naturelle est froide sous mes fesses nues. Il appuie le haut de mon corps contre le comptoir, puis son visage descend à nouveau vers mon vagin. Cette fois, il met encore plus de force en embrassant mon clitoris. Son objectif est clair : me faire jouir en première. Avec deux doigts, il touche mon point G et je tire de plaisir sur ses cheveux. Après quelques minutes, mon clitoris commence à palpiter et je jouis, intensément fort. Et je gicle même un peu, quelques gouttes se trouvent sur le comptoir de la cuisine.

Une fois encore, ce n’était pas l’intention

Un peu gênée, je me descends du comptoir de la cuisine. Je prends mon jean sur le sol et j’amène Nick avec moi dans la salle de bain. Mais cette fois, j’ai d’autres plans pour lui. Quand je me penche pour ouvrir le robinet de la baignoire, il me tripote les fesses. « Quand est-ce que je pourrais te pénétrer par là ? » me demande-t-il. « Quand tu quittera ta femme », lui dis-je en plaisantant. On ne compte pas se mettre en couple et je ne veux pas de sexe anal. « Va dans le bain », lui dis-je. Il écarte les jambes et je m’assois à moitié entre ses jambes et à moitié sur lui. Tout me semble si familier, j’aime m’allonger dans ses bras pendant un moment. Tout en jouant avec mes seins, il dit : « Tu me rends fou, tu le sais, n’est-ce pas ? Avec ce comportement errant. Nous sommes comme un couple. Puis un autre combat, puis un autre amour. » Je tourne la tête pour le regarder et je l’embrasse. J’ai des milliers de papillons dans le ventre. Je l’aime, mais je suis aussi surprise. Une fois encore, ce n’était pas l’intention.

Je le prends aussi loin que je peux dans ma bouche

« Je dois bientôt partir », dit Nick. Nous sommes dans le bain depuis une bonne demi-heure, l’eau ayant considérablement refroidi. Je me lève et me sèche, tandis qu’il fait de même. Doucement, je chatouille ses testicules avec ma main. « Déjà ? », lui demandais-je d’un air triste. « Pas si tu continues comme ça », sourit-il. Je me mets à genoux et prends son pénis dans ma bouche. D’abord, je lèche doucement son gland et je l’entoure avec ma langue. Une fois que j’ai le coup de main, je l’emmène aussi loin que je peux dans ma bouche. Pendant ce temps, il pose ses mains sur la table et bouge doucement avec moi. « Viens avec moi », je chuchote et on marche vers la chambre. Je rampe sur le bord du lit, à quatre pattes sur mes mains et mes genoux. Il n’a pas besoin d’encouragement, en une seule poussée ferme, il est en moi.

Laisse-moi te pénétrer par là

Après quelques poussées, il retire son pénis de mon vagin. « Ne t’arrête pas », je gémis. Mais je sais ce qu’il veut. Doucement, il me doigte, puis déplace son doigt vers mon anus. Il le mouille avec mon propre fluide. Puis il pose doucement son gland contre mon petit trou. « Laisse-moi te pénétrer par là », me supplie-t-il. « Non. Prends-moi juste entre mes seins », je lui dis. Je prends la bouteille de lubrifiant sur ma table de nuit, je m’assois sur le bord du lit et j’en vaporise un peu sur mes seins. Je les lubrifie partout pendant qu’il tire sur mes tétons. Puis il s’approche de moi et place son pénis entre eux. Je les presse ensemble avec mes mains et je sens son pénis glisser de haut en bas. Il me regarde avec excitation et demande : « Je peux éjaculer sur toi ? » « Bien sûr, bébé », lui dis-je avec mon sourire le plus séduisant. Il fait de son mieux pour se retenir, mais après seulement quelques secondes, il jouit violemment. « C’est une belle vue », me dit-il, avant de m’embrasser et de s’habiller. Pendant ce temps, je me dirige vers la salle de bain pour prendre une douche.

Préoccupée, je me retourne dans le lit

J’entends Steffen rentrer à la maison alors que je suis déjà au lit. Après avoir fait du bruit en bas, il s’est mis à faire du bruit en haut. Il fouille dans l’armoire et disparaît en bas. La porte d’entrée se ferme en claquant. Je prends mon téléphone et l’appelle. En vain, il ne répond pas. Préoccupée, je me tourne et me retourne dans mon lit, jusqu’à ce que je m’endorme après quelques heures. Le lendemain matin, je vérifie immédiatement mon téléphone. Le seul message que Steffen a laissé me donne un coup de chaud  : « C’était bien avec Nick ? » Je suis sous le choc, mais je lui réponds quand même : « Tu étais vraiment avec Mark en ville ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

Écrit par

Dans l’univers des jouets intimes dédiés au plaisir féminin, deux noms se distinguent par leur promesse d’une expérience inégalée : Womanizer et Satisfyer….
51 vues
270 vues

Écrit par

Le lavement anal, souvent entouré de tabous et de malentendus, mérite une place dans les discussions ouvertes sur la santé et le plaisir sexuel. Chez Adam et Eve, nous croyons à l’importance de s’informer correctement pour profiter pleinement de …
270 vues

Écrit par

« Comme un pro » est sa devise. Quand je vois son camion arriver, je lève les yeux au ciel : mais qui peut bien inventer une telle chose ? Je suis dans la villa d’un client, attendant le plâtrier qui doit venir enduire le rez-de-chaussée. La porte…
514 vues