Jetez un oeil dans notre boutique

Pourquoi les mythes sur le viol sont-ils nuisibles ?

22 octobre 2021,

written by

« Seules les jeunes et jolies femmes se font violer. » « Les violeurs sont des hommes effrayants qui vous sautent dessus de derrière les buissons. » « Si vous avez un orgasme en étant violée, vous avez probablement aimé ça. » De nombreuses histoires à dormir debout entourent la violence sexuelle et peuvent parfois ajouter l’insulte à la blessure pour les victimes. Il est donc temps de démonter sans pitié ces mythes sur le viol.

Quels sont les mythes sur le viol ?

Le terme « mythe sur le viol » a été créé en 1980 par la sociologue Martha R. Burt. Selon elle, les mythes du viol sont des croyances erronées concernant la violence sexuelle. Il s’agit de préjugés et de stéréotypes que nous utilisons pour faire passer la responsabilité du viol de l’auteur à la victime.

Peut-être vous êtes-vous surpris à penser la même chose lorsque vous entendez parler d’une fille qui rentre chez elle avec quelqu’un après avoir bu beaucoup trop de verres et qui se fait violer. Pourquoi a-t-elle flirté avec lui de cette façon ? Pourquoi a-t-elle fini par rentrer avec lui ? Elle l’a cherché, non ?

Homme des cavernes sauvage

Les mythes de ce type sont nuisibles car ils fournissent une excuse à l’auteur de l’infraction et rejettent la faute sur la victime. Ils découlent de stéréotypes persistants concernant les rôles des hommes et des femmes et, à cet égard, ils sont préjudiciables tant aux hommes qu’aux femmes.

Après tout, que disent les hommes lorsqu’ils pensent que les femmes ne demandent que ça parce qu’elles portent des jupes courtes ? Et qu’est-ce que cela révèle de leur manque de maîtrise de soi lorsqu’ils disent qu’ils agiraient comme des hommes des cavernes sauvages et arracheraient leurs vêtements ? Les hommes sont plus que cela. Des violeurs ? Pas tant que ça.

Des idées désuètes

Les mythes du viol contribuent également à maintenir dans la société des idées dépassées sur la violence sexuelle, ainsi que toutes leurs conséquences négatives. Tant que ces mythes perdureront, les victimes auront du mal à demander de l’aide ou à porter plainte. Elles garderont le silence parce qu’elles se sentent honteuses ou coupables de ce qui leur est arrivé.

Même si la victime n’est jamais responsable du viol. Il ne devrait y avoir aucun malentendu à ce sujet.

Conseil : lisez notre article sur la violence sexuelle et les traumatismes pour connaître l’impact émotionnel du viol.

Sept mythes sur le viol

Il existe tellement de mythes sur le viol que nous les confondons souvent avec la vérité. Voici sept des exemples les plus tenaces qui ont survécu jusqu’à aujourd’hui.

1 : La violence sexuelle est liée au sexe

Non, les cas de viols n’ont presque jamais de rapport avec le sexe lui-même. Les gens pensent souvent que les violeurs sont des types sexuellement frustrés incapables de contrôler leurs pulsions. Bien sûr, le sexe peut être un motif, mais le plus souvent, le viol découle d’un désir de contrôle et de pouvoir. Le sexe est un outil dans ces cas-là, mais pas un but en soi.

2 : Les violeurs sont des hommes flippants qui vous sautent dessus de derrière les buissons

Un violeur n’est pas forcément un personnage louche qui se cache dans les buissons. Et les femmes ne sont pas toujours violées dans une ruelle sombre en rentrant chez elles le soir. En fait, ce n’est le plus souvent pas le cas. Trois auteurs de violences sexuelles sur quatre connaissent déjà la victime. Ces auteurs sont souvent des hommes très ordinaires et discrets qui décident d’utiliser la violence sexuelle pour humilier la victime. Médecin, enseignant, policier ou voisin avenant ? Oui, ce sont toutes des possibilités.

3 : Vous pouvez susciter des violences sexuelles

Vous n’avez pas été violée parce que vous n’avez pas utilisé votre bon sens. Ou parce que vous avez cédé aux avances d’un type qui vous draguait en portant une jupe courte et un haut décolleté. Vous avez été violée parce que vous avez eu la malchance de tomber sur un violeur. La responsabilité de la violence sexuelle incombe au violeur, pas à vous. C’est aussi simple que cela.

4 : Seul un certain type de femme est victime de viol

Les violeurs en série et les meurtriers comme Ted Bundy ont donné à certaines femmes l’idée que seules les jeunes et jolies filles doivent se méfier des violeurs. Or, la vérité est que tous les types de femmes peuvent être violés. Les violeurs ne font pas tellement attention à l’apparence, à la garde-robe ou à l’âge lorsqu’ils choisissent leurs victimes. Ils regardent la vulnérabilité. La victime est-elle petite et facile à dominer ? Est-elle seule, est-elle intoxiquée ou semble-t-elle plus crédule que les autres femmes ? Ce sont les caractéristiques qu’un violeur recherche. Et vous n’avez pas besoin d’être une belle étudiante de 20 ans pour les posséder.

5 : Si vous n’avez pas essayé de vous défendre, vous n’avez pas été violée

Certaines victimes se défendent pendant leur viol. Elles donnent des coups de poing, des coups de pied ou des morsures dans l’espoir d’échapper à leur agresseur. D’autres victimes ne font rien. Non pas parce qu’elles acceptent d’être violées, mais parce qu’elles sont figées par la peur ou le choc. Elles ont tellement peur que leur corps est paralysé et qu’elles ne peuvent même pas marmonner le mot « non ».

Une soumission apparente comme celle-là ne signifie pas qu’elles coopèrent à la violence sexuelle. Cela signifie simplement qu’à ce moment-là, elles font ce qu’il faut faire pour survivre. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réactions face à un viol. Malheureusement, de nombreuses femmes ne voient pas les choses ainsi. Elles sont gênées d’avoir laissé la violence leur arriver. Le fait que les agresseurs et leurs avocats utilisent souvent cet argument pour minimiser le viol au tribunal n’aide pas à résoudre ce problème.

6 : Si vous avez eu un orgasme, vous n’avez pas été violée

Votre corps réagit à toutes sortes de stimulations, même non désirées. Les femmes peuvent mouiller ou même avoir un orgasme lorsqu’elles sont violées. Il n’y a rien d’étrange à cela. Il s’agit simplement d’une réponse naturelle aux stimulations corporelles. Bien entendu, un tel orgasme entraîne chez de nombreuses femmes une confusion, une honte et un sentiment de culpabilité. Après tout, comment auriez-vous pu « apprécier » d’être violée ? S’agissait-il vraiment d’un viol, ou l’aimiez-vous secrètement ? Une telle confusion est, bien entendu, également utilisée par les auteurs de violences pour empêcher les victimes de parler de ce qui s’est passé.

7 : Vous ne pouvez pas être violée lorsque vous êtes en couple

Lorsque deux personnes ont déjà eu des relations sexuelles, cela ne signifie pas que toute relation sexuelle à l’avenir va de soi. Pas même dans le cadre d’une relation ou d’un mariage. Un « non » signifie toujours un « non » et si votre partenaire ne respecte pas votre refus et vous pénètre sans votre permission, cela reste un viol. Il s’agit également d’un viol si vous décidez d’arrêter au milieu d’un rapport sexuel, mais que votre partenaire pense le contraire et continue, vous forçant à le suivre. Vous avez le droit de changer d’avis, et votre partenaire est tout à fait capable de s’arrêter pendant l’acte sexuel. Lorsqu’un homme vous viole, il n’est pas emporté par des instincts primaires passionnels qu’il ne contrôle pas. Le viol est, et sera toujours, un acte de violence, et nous devons le considérer comme tel.

seksueel geweld mythes

Les mythes sur le viol démystifiés ? Sans aucun doute !

Dans le sillage de #MeToo, de plus en plus d’histoires font surface et de plus en plus de prédateurs sexuels sont démasqués. Mais, bien que le sujet soit largement traité dans les médias, une femme sur trois est toujours confrontée à la violence sexuelle. Et toutes les quinze minutes environ, une femme âgée de 15 à 49 ans est victime d’une forme de violence de la part de son partenaire.

Les mythes sur le viol n’aident pas à faire baisser ces chiffres. Plus ces mythes sont persistants, plus les idées stéréotypées sur la violence sexuelle continuent de déformer la réalité. Les conséquences ? La violence sexuelle est justifiée ou banalisée. La victime l’a probablement cherché puisqu’elle était habillée de manière provocante et qu’elle flirtait manifestement. Était-elle ivre ou défoncée ? Dans ce cas, elle ne devrait pas se plaindre, car elle a probablement déjà couché avec des hommes en état d’ébriété.

Un laissez-passer pour les auteurs de crimes

Ces mythes ne font pas seulement en sorte que les victimes restent dans l’impression qu’elles sont à blâmer pour avoir été violées. Ils conduisent également les femmes qui n’ont pas été violées à développer une sorte de sentiment de grandeur mal placé, ce qui est en soi assez dangereux. Elles s’habillent et agissent de manière appropriée pour que cela ne leur arrive jamais. C’est l’idée, même s’il est clair aujourd’hui que toute femme peut être violée.

C’est ce que dit Liesbeth Kennes dans son livre « Alleen ja telt ». L’experte en matière de violence sexuelle insiste sur le fait que la victime reconnaît le viol comme tel. Elle souligne qu’en croyant à ces mythes, nous donnons un laissez-passer aux auteurs de violences. Des femmes séduisantes, qui rentrent volontairement à la maison avec vous ? Apparemment, vous pouvez faire ce que vous voulez d’elles.

Nous pouvons penser que nous pouvons empêcher le viol en nous en tenant aux stéréotypes, mais en agissant ainsi, nous facilitons en fait la violence sexuelle.

Violence sexuelle et autodéfense

Que faisons-nous donc, dans un monde où une femme sur trois subit des violences sexuelles ? Dernièrement, l’idée de l’autodéfense pour les femmes a été largement critiquée. Le chanteur de Nirvana et fier féministe Kurt Cobain l’a dit au début des années 90 : « Le problème avec les groupes qui luttent contre le viol est qu’ils essaient d’apprendre aux femmes comment se défendre. Ce qu’il faut vraiment faire, c’est apprendre aux hommes à ne pas violer. »

La culpabilisation des victimes

Et c’est le cas, bien sûr. En tant que société, des milliers de cours d’affirmation de soi ne servent à rien si, entre-temps, on n’apprend pas aux hommes que les femmes ne sont pas des objets. Que tu ne peux pas juste attraper et utiliser les femmes quand tu en as envie. Et qu’une femme en jupe courte ne demande pas une fessée ou pire.

En même temps, nous ne sommes manifestement pas prêts à ce que tous les hommes le comprennent. Les chiffres sont encore très élevés et, en tant que femmes, nous ne vivons toujours pas dans un État libre de toute violence sexuelle. Encourager la résilience n’est donc pas une forme de culpabilisation des victimes, comme le prétendent certains critiques.

Un gros coup de poing

Certes, dans un monde parfait, aucune femme n’aurait besoin de se défendre contre une agression ou un viol. Mais ce monde n’est pas le nôtre, et une petite connaissance de l’autodéfense peut faire la différence entre une attaque réussie et une attaque ratée. Apprendre aux femmes à se fixer des limites et à être résilientes est le contraire de leur dire de rester à la maison, de ne pas se promener seule la nuit et de ne pas porter de jupes courtes.

Bien sûr, ce n’est pas votre faute si vous ne pouvez pas vous défendre. Si vous vous figez ou laissez la violence vous envahir. C’est toujours l’auteur du crime qui est à blâmer, pas vous. Mais vous vous sentirez sans aucun doute beaucoup mieux dans la rue et dans les clubs si vous savez que vous avez un coup de grâce à portée de main si nécessaire. Et ce sentiment de liberté a une grande valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

350 vues

Écrit par

La masturbation à deux, communément appelée « travail de la main », consiste à stimuler le pénis de son partenaire à l’aide de la main. Cette pratique se distingue de l’auto-masturbation par le fait qu’elle est réalisée par une autre personne. Les techniques varient en fonction du nombre de doigts…
350 vues
445 vues

Écrit par

Le lavement anal, souvent entouré de tabous et de malentendus, mérite une place dans les discussions ouvertes sur la santé et le plaisir sexuel. Chez Adam et Eve, nous croyons à l’importance de s’informer correctement pour profiter pleinement de …
445 vues