Jetez un oeil dans notre boutique

Pourquoi avoir honte de la masturbation ?

3 août 2022,

written by

Le plaisir solitaire. Bien qu’il n’y ait aucune raison d’en avoir honte, nous agissons ainsi. Parce que lorsque quelqu’un nous demande franchement si nous nous masturbons, nous répondons le plus souvent par la négative, en riant d’un air gênée. Ce soupçon de tabou persiste autour d’elle. Mais d’où vient cette honte ?

La masturbation ne date pas d’hier. Selon le mythe d’origine égyptien, le dieu Osiris a créé tous les êtres vivants après une séance de plaisir solitaire céleste. En d’autres termes, de sa semence après s’être masturbé est née la création entière. Et des déesses qui savaient jouer avec leur bouton de plaisir ? Il y en avait aussi, mais la masturbation féminine est restée un sujet de controverse jusqu’au début du siècle dernier.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas difficile d’imaginer que nos lointains ancêtres ont également découvert que leurs organes génitaux pouvaient leur procurer beaucoup de plaisir dans les séances de plaisirs solitaires. Par exemple, des dessins rupestres préhistoriques et des statues d’argile de personnes qui se masturbent ont été découverts dans le monde entier. Et si vous avez déjà visité un musée en Grèce, vous êtes probablement tombée sur des poteries avec des peintures coquines de satyres en train de se masturber.

Mais aussi commune et répandue que soit la masturbation, elle entraîne aussi beaucoup de honte. Surtout pour les femmes. Se masturber se fait en secret, en catimini. Vous n’en parlez pas, parce que si vous êtes vraie avec vous-même, cette petite voix dans votre tête vous en dissuade.

D’où vient cette honte ?

Mais pourquoi nous laissons-nous entraîner dans la spirale de la honte ? Pour de nombreuses femmes, cela commence dès leur enfance. En grandissant, personne n’aborde le sujet de la masturbation. Les parents et les écoles se bousculent pour mettre en garde contre les IST et les grossesses non désirées, mais le plaisir sexuel est généralement ignoré.

Et c’est exactement ce qu’est la masturbation. Une partie agréable de la sexualité humaine saine et tout à fait normale. Mais parce qu’on en parle si peu, la masturbation semble être quelque chose d’anormale et dont vous devriez avoir honte si vous la pratiquez. Pensez-y. Avec nos copines, nous nous plongeons avec plaisir dans notre vie sexuelle et n’hésitons pas à partager les meilleures positions. Mais nos séances de plaisir solo ? On n’en parle pas, c’est totalement tabou.

Femmes hystériques

Ce n’est pas surprenant, compte tenu du tabou qui pèse sur la masturbation depuis des siècles. Au XIXème siècle, nous étions encore terrifiés par les mythes les plus fous sur la masturbation. La liste des dangers qui s’attachent à l’amour de soi est infinie. Cela vous rendrait aveugle, folle ou infantile. Elle déformerait votre vagin ou entraînerait l’impuissance. Au bout du compte, cela pourrait même vous pousser au suicide.

Sous l’influence des religieux moralisateurs, la peur de la masturbation a atteint des proportions hystériques, les ceintures de chasteté et les anneaux péniens cloués pour les hommes étant les pires moments. Fait amusant, c’est précisément à cette époque que le premier vibromasseur est apparu sur le marché. Cet objet était utilisé pour les femmes souffrant d’hystérie ou de frustration sexuelle. La masturbation étant impure, les médecins estimaient qu’il fallait inventer autre chose. Un modèle économique intéressant, car les salles d’attente se sont rapidement remplies de femmes soi-disant « hystériques ».

Se tortiller entre vos poils pubiens

La croisade contre la pratique de la masturbation s’est poursuivie pendant une bonne partie du XXème siècle, également sous l’influence de psychanalystes tels que Freud. Il voyait la masturbation comme un acte désastreux et égoïste. Après tout, qui d’autre que vous peut profiter de votre orgasme ?

Ce n’est que vers 1970 que la masturbation s’est véritablement normalisée. Mais même après la révolution sexuelle de ces années folles, le phénomène est resté un peu dans l’ombre, surtout pour les femmes. Bien que les scientifiques et les écrivains aient fait de leur mieux pour modifier cette image négative, de nombreuses jeunes filles ont continué à souffrir de honte et de culpabilité. C’est compréhensible, au milieu de ces années d’adolescence où tant de choses changent dans votre corps. Vos seins se développent, vos hanches s’élargissent et vous avez soudainement des poils pubiens.

Se tortiller entre vos poils pubiens et profiter de votre propre corps suscitait encore des sentiments de honte et de dégoût chez de nombreuses filles. Et c’est toujours le cas.

Différence garçons et filles

Pour les garçons, c’est souvent différent. Pour eux, ce premier rêve humide est presque un rite de passage. Ils s’en vantent, en plaisantent, inventent un arsenal de mots d’argot pour la masturbation et échangent leurs expériences. Même dans les médias, la masturbation n’est pas un tabou pour les garçons. Et bien qu’elle soit souvent tournée en dérision dans les films typiques pour adolescents, c’est un signe que la masturbation pour les hommes est considérée comme tout à fait normale.

Des femmes en train de se masturber joyeusement ? Elles sont nettement moins représentées, malgré les programmes d’information et les magazines pour filles qui ont fait leur apparition dans le paysage médiatique ces dernières années. Et ce manque de visibilité rend également difficile l’éradication du sentiment de honte.

Dans Psychology Today, la sexologue et psychologue Laurie Mintz parle d’une enquête qu’elle a menée dans ses cours sur la masturbation. Bien que 89 % des étudiantes aient admis s’être masturbées, un tiers d’entre elles se sentaient en même temps gênées par cette pratique. Dans le même article, Laurie Mintz fait référence à la psychanalyste Joyce McFadden, qui a mené une enquête similaire auprès de ses étudiants pour le Huffington Post. Là, les résultats étaient encore plus pathétiques. Environ soixante-dix pour cent avaient honte de leurs séances de masturbation.

4 conseils pour combattre la honte

Cela est probablement dû au fait que la masturbation ne fait pas partie de l’image stéréotypée de la femme soignée, modeste et vierge. Inconsciemment, nous voyons encore les femmes comme des créatures douces qui sont à l’aise avec la sexualité des hommes.

Mais si la masturbation est une chose, elle permet de se réapproprier cette sexualité. Le plaisir de son propre corps, sans qu’un homme ou un désir de procréation soit impliqué.

La masturbation est une pratique que l’on fait pour soi et, en ce sens, un acte d’amour de soi. Devriez-vous en avoir honte ? Non. Malheureusement, c’est souvent le cas. Par conséquent, pour toutes les femmes qui se sentent coupables d’une séance de plaisir solitaire torride, voici quelques conseils pour combattre cette honte.

1 : Changez votre façon de penser

Renversez la tendance dans votre univers. Essayez de voir la masturbation non pas comme une source de honte, mais comme un acte d’amour de soi. Tout comme le sont les massages, les journées au spa, les repas sains ou les cours de yoga. Soyez consciente des sentiments positifs que suscite la masturbation. Vous sentez-vous plus légère, plus forte, plus heureuse ou plus détendue après un moment de plaisir solitaire ? C’est tout à fait logique, car un orgasme libère un tas d’hormones de bonheur. Accrochez-vous à ces sentiments et rappelez-vous que l’amour de soi est sain et nécessaire. De même que l’amour sexuel de soi.

2 : Découvrez votre corps

Vous sentez-vous toujours un peu coupable lorsque vous faites glisser vos doigts vers votre vulve ? Et c’est pourquoi vous ne le faites jamais ou très rarement ? Dans ce cas, commencez par explorer le reste de votre corps. Oubliez ce bouton du plaisir pour le moment, mais caressez plutôt vos jambes, vos fesses, votre ventre, vos seins et toute autre partie de votre corps. Faites-vous un massage sensuel avec des huiles parfumées, soyez attentive aux sensations de frissons que cela provoque et… détendez-vous. De telles sensations ne peuvent qu’être bénéfiques !

3 : Découvrez votre vagin

Vous avez touché toutes les parties de votre corps ? Alors essayez de vous familiariser avec votre vulve. Faites-le d’abord visuellement. N’ayez pas honte, asseyez-vous, jambes écartées, devant un miroir et observez votre corps. De cette façon, vous apprendrez à mieux connaître votre propre corps, ce qui éliminera en grande partie la honte. Il n’y a rien de loufoque ou de gênant en ce qui concerne votre vagin, il est tout simplement parfait tel qu’il est. Laissez ensuite vos mains et vos doigts se promener et explorer vos lèvres internes et externes avant de vous glisser à l’intérieur. Et n’oubliez pas que votre vagin mérite tout l’amour et toute l’attention que vous pouvez lui donner.

4 : Tombez amoureuse de vous-même

En fin de compte, la masturbation est toujours une question d’amour de soi. Accordez-vous donc la même attention que celle que vous accorderiez à votre partenaire. Ce n’est pas parce que vous le faites avec vous-même que vous devez faire abstraction de tout romantisme. Prenez donc votre temps, allumez une bougie et blottissez-vous dans un lit chaud couvert d’oreillers et de draps doux. Voyez cela comme une aventure avec vous-même et expérimentez différentes positions, jouets et techniques. Vous découvrirez ainsi ce qui vous excite le plus et cette connaissance vous sera toujours utile dans la poursuite de votre vie sexuelle.

Laissez-vous emporter par votre gloire sexuelle, car vous le méritez !

Lire aussi : La masturbation à travers les années

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

19 vues

Écrit par

Lorsque les personnes avec un pénis sont confrontées à des problèmes de troubles de l’érection, on parle médicalement de dysfonction érectile. Un autre terme souvent utilisé est « impuissance », qui regroupe divers dysfonctionnements du pénis, y compris l’incapacité de procréer ou l’anéjaculation (problèmes d’éjaculation)….
19 vues