Jetez un oeil dans notre boutique

La neutralité du langage du point de vue du genre

13 septembre 2021,

written by

De nos jours, la progression de l’utilisation d’un langage non sexiste est imparable. Un temps fort pour certains, mais une « folie des genres » pour d’autres. Quels sont les derniers développements de la neutralité des genres ? Sommes-nous allés trop loin, comme le prétendent certains commentateurs, ou sommes-nous en train de nous rapprocher de l’émancipation dont nous avons tant besoin ?

La neutralité de genre dans les gares

Mesdames, Messieurs ? Non, depuis 2017, le genre neutre « Chers voyageurs » retentit dans les gares. Un choix délibéré, car les entreprises ferroviaires veulent que tout le monde se sente le bienvenu à bord des trains : les femmes et les hommes, les garçons et les filles et tous ceux qui ne peuvent être catalogués. C’était le coup d’envoi d’une série de changements qui ont lentement mais sûrement pris de l’ampleur.

Un an plus tard, les premiers passeports ont été délivrés avec un « X » à la place « H » ou « F ». C’est ainsi que les discussions sur les termes et les pronoms non sexistes font rage dans les salles d’accouchement. Nous en reparlerons plus tard.

Les noms de métiers et de fonctions sexistes

Le langage non sexiste est également une question importante dans d’autres pays occidentaux. Les organismes officiels font de leur mieux pour que leur utilisation de la langue soit aussi inclusive et neutre que possible. Sans référence aux identités féminine et masculine. Et sans noms de fonctions qui, légèrement sexistes, semblent toujours se référer à des hommes.

Par exemple en Amérique, où la Chambre des représentants a pris en main le dictionnaire. En tant que député, des mots tels que « père, mère, fils, fille, frère, sœur, cousin, mari ou femme » peuvent encore être utilisés, mais pas dans la communication écrite. Au lieu de cela, des mots comme « parent, enfant, parent proche et conjoint » ont été choisis. Les fonctions telles que « chairman », qui peuvent également désigner des femmes, ont été remplacées par « chairperson ».

Ce processus n’est pas exempt de controverse. Les discussions font rage, et des opposants tels que l’évangéliste Franklin Graham, font tout un plat de ce « coup de poing au visage de Dieu ».

La neutralité de genre dans les salles d’accouchement

Entre-temps, les développements se succèdent rapidement. Même dans les salles d’accouchement. Des termes tels que « mère », « lait maternel » et « allaitement » sont tellement évidents que nous y pensons à peine. Mais dans un hôpital britannique, on pense que cette évidence est sérieusement dépassée. C’est pourquoi l’hôpital a introduit une politique de langage non sexiste dans le service de maternité. Les sages-femmes peuvent désormais utiliser des termes tels que « human milk », « chestfeeding », et « birthing parents ». Les pères peuvent être considérés comme des (co)parents.

L’essentiel réside dans le mot « pouvoir ». Aucune sage-femme n’est obligée de supprimer les mots « mère », « père », « lait maternel » et « allaitement » de son vocabulaire. Le langage non sexiste n’est utilisé qu’avec les personnes qui en ont besoin. Dans le cadre de leur plan de naissance, pour ainsi dire. De cette manière, l’hôpital veut s’assurer que les personnes trans et non-binaires se sentent également les bienvenues dans les hôpitaux. Et qu’elles puissent vivre une expérience d’accouchement plus positive.

Lire aussi : Identité de genre : non binaire ou genderqueer

Levée de boucliers

Malgré cette aspiration noble et inclusive, de nombreuses personnes sont contre. D’un soupir de lassitude à une agression non dissimulée, le dégoût est grand et elles le font savoir. Elles ont l’impression de devoir marcher sur des œufs, d’être constamment sur le qui-vive pour s’assurer de ne blesser personne, et que le monde tel qu’elles le connaissent se dérobe petit à petit sous leurs yeux. Le fait que même un mot innocent comme « lait maternel » puisse maintenant être vécu comme offensant est pour ces personnes, la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

C’est logique en soi, certainement si l’on considère la manière dont certains médias ont apporté la nouvelle de manière hâtive et sensationnelle. La nature incendiaire des réseaux sociaux fait plus de mal que de bien dans de tels cas. Et il semble également excessif de mettre en place une politique linguistique pour la rare occasion où une personne non-binaire donne naissance. Après tout, pourquoi une telle personne ne pourrait-elle pas simplement indiquer qu’elle préfère entendre du lait humain plutôt que du lait maternel ? Devons-nous vraiment rédiger une politique distincte pour cela ? Eh bien, oui.

gender neutraal

La neutralité du langage du point de vue du genre, pourquoi ?

Le spectre des genres ne se limite pas à l’homme ou à la femme. Nous le savons, mais la compréhension de ce phénomène ne semble se répandre que lentement dans la société. Les modèles, les émissions de télévision et les plateformes ne manquent pas, mais il faudra un certain temps avant que les nouveaux mots et les nouvelles formulations non sexistes ne deviennent monnaie courante.

Une question comme celle-là dans les salles d’accouchement concerne l’identité sexuelle. Les personnes nées avec un corps qui n’est pas masculin ni féminin. Celles qui ne s’identifient pas au genre avec lequel elles sont nées. Ou les personnes qui ne se sentent ni hommes ni femmes et qui se disent non binaires.

Le classement traditionnel des sexes

Ces personnes sont souvent incomprises. Il existe, par exemple, des hommes trans qui souhaitent avoir des enfants et retardent donc leur transformation. Leur corps est toujours féminin, mais ils s’identifient comme étant homme. Pour ces personnes, il peut être particulièrement rafraîchissant d’être abordé de la manière dont elles s’identifient. De la même manière que ceux qui cochent les cases traditionnelles du genre aiment qu’on s’adresse à eux de manière appropriée.

Un petit ajustement de la politique linguistique peut faire toute la différence pour ces personnes. De plus, il est important que les sages-femmes soient conscientes de ces questions sensibles afin qu’elles ne réagissent pas de manière choquée, ignorante ou critique lorsque quelqu’un leur fait remarquer qu’il aimerait qu’on s’adresse à lui d’une certaine manière. Après tout, vous avez probablement d’autres préoccupations pendant l’accouchement que de devoir constamment expliquer à quel genre vous vous identifiez.

Le langage non sexiste émancipe

En plus des salles d’accouchement, il existe d’innombrables lieux dans lesquels les gens sont confrontés aux limites du langage traditionnel. Dans la plupart des pays occidentaux, des propositions ont été faites pour l’introduction d’un troisième pronom personnel. La langue anglaise semble avoir opté pour le terme « they », qui a été surnommé le mot de l’année 2019 par le grand dictionnaire Merriam-Webster.

De même, aux Pays-Bas, des appels ont été lancés pour adopter la troisième personne du pluriel traditionnelle « hen » comme pronom utilisé pour désigner une personne dont l’identité de genre est non binaire. Bien que certains linguistes aient souligné la confusion potentielle que cela pourrait créer, les personnes auxquelles le terme s’applique sont satisfaites de ce choix. Comme l’admet Sky sur BNNVara : « Pour moi, « hen » ouvre la voie à un monde plus juste et plus neutre du point de vue du genre. Le terme « hen » signifie que je ne ressens plus de pression sous-jacente pour me conformer à l’un ou aux deux modèles de genres binaires ».

Le fait que la langue puisse avoir une influence positive sur l’émancipation est devenu évident pour les suédois d’imposer un langage neutre. En Suède, le pronom inclusif « hen », combinant les voyelles du masculin « han » et du féminin « hon », a été officiellement ajouté au dictionnaire en 2015. Les recherches montrent aujourd’hui que les gens ont adopté une attitude plus positive à l’égard des minorités sexuelles et sont moins enclins à s’en tenir aux modèles de genres traditionnels.

Lire aussi : Célébrons tout le monde !

gender neutraal

Le monde n’est pas seulement fait d’hommes et de femmes

Les résultats sont encourageants et permettront, espérons-le, de mieux comprendre l’identité sexuelle. En effet, le monde ne se compose pas uniquement d’hommes et de femmes, et cette diversité doit être reflétée dans le langage.

Si vous êtes cisgenre et que vous vous sentez rejeté, alors vous ne saisissez manifestement pas comment la dichotomie binaire traditionnelle exclut toute une série d’autres groupes. L’idée est que nous devrions tous être capables de nous reconnaître dans le langage. Pour que chacun se sente vu et entendu.

Vacarme

Cela suscitera-t-il beaucoup de discussions et de rumeurs ? Sans aucun doute. Et pas seulement entre les personnes cisgenres et les personnes non binaires ou à mobilité réduite. Cela entraînera-t-il beaucoup de remous et de débats ? Absolument. Et pas seulement entre les personnes cisgenres et les personnes non binaires. Il y a souvent beaucoup de conflits au sein de la communauté LGBTQ+ elle-même. Il suffit de penser au vacarme suscité par l’éclatement du drapeau arc-en-ciel, sur lequel chaque sous-groupe veut se voir représenté.
[blockquote style= »pinkxl »]Le fait est que nous vivons à une époque où les individus se font de plus en plus entendre.[/blockquote]

Le fait est que nous vivons à une époque où les individus se font de plus en plus entendre. Autrefois, les gens se sentaient obligés de s’adapter à leur environnement. Aujourd’hui, c’est de plus en plus l’inverse. Par conséquent, la société apparaît toujours plus divisée. Mais bien sûr, cette fragmentation a toujours été présente. Elle s’est simplement cachée sous une « image idéale » prétendument homogène, blanche, cisgenre et hétérosexuelle.

Il n’y a rien de mal dans une telle société si vous répondez à cet idéal. Ce n’est pas le cas pour ceux qui ne s’y conforment pas.

La liberté d’être qui vous voulez être

On peut considérer que cette focalisation sur des individus ou des sous-groupes est hypercorrecte, incontrôlable et excessive. Mais elle peut aussi nous être très bénéfique en tant que société. Elle peut aider les gens à avoir une image saine et positive d’eux-mêmes, par exemple. Pour ceux qui se sentent suffisamment à l’aise pour être qui ils veulent être. Sans avoir à se cacher. Sans avoir peur d’être rejetés.

C’est en réalité plutôt simple. Certaines personnes ne se reconnaissent pas dans une société divisée entre hommes et femmes ? Alors faisons de la place. Pour qu’eux aussi puissent se sentir acceptés dans un monde dans lequel ils respirent, marchent, dorment, travaillent, rient, pleurent, se battent, font l’amour et vivent. Comme tout le monde.

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

24 vues

Écrit par

Horoscope amoureux du Lion : comment les étoiles s’alignent-elles pour les Lions optimistes en matière d’amour, de relations, de rencontres et de sexe ? Le grand horoscope amoureux et sexuel du Lion révèle comment ce signe astrologique fonctionne en tant que partenaire et au lit, ce que les…
24 vues
65 vues

Écrit par

Choisir un lieu pour un premier rendez-vous peut être un véritable défi. Il est crucial d’éviter les silences malaisants ou les activités trop extravagantes qui pourraient incommoder une personne que l’on découvre tout juste. Voici une sélection d’idées pour un rendez-vous initial qui promet d’être mémorable…
65 vues