Jetez un oeil dans notre boutique

1 846 vues

Féministe le jour, soumise la nuit. Est-ce compatible ?

21 septembre 2020,

written by

Vous laissez votre amant vous taper sur les fesses, mettre ses mains autour de votre gorge, vous dire exactement quoi faire. Peut-on être féministe le jour et être soumise dans la chambre le soir ?

Beaucoup de femmes qui se battent pour les droits de la femme pendant la journée, comme l’égalité des salaires, mais qui en même temps sont excitées par une bonne fessée, ressentent un conflit dans leur for intérieur. Comment peuvent-elles si bien défendre leurs propres droits et ceux des autres femmes, tout en étant ensuite soumise au plaisir sexuel d’un partenaire ?

Être féministe et soumise : est-ce possible ?

Une féministe est une personne qui défend les droits des femmes. Les féministes luttent contre les rapports de force inégaux entre hommes et femmes. Cela peut se faire lors de manifestations, mais pas forcément. Le fait est que la féministe (qui peut aussi être un homme) pense que les gens méritent un traitement égal. Et c’est exactement là que se pose la question de savoir si quelqu’un peut être féministe le jour et soumise la nuit.

Une soumise est quelqu’un au sein du BDSM (Bondage & Discipline, Dominance & Soumission et Sadisme & Masochisme) qui aime être soumis. Elle aime donc être malmenée par son partenaire dominant et fait les choses que ce dernier lui dit de faire. Par exemple dans le film 50 nuances de Grey : Anastasia est la femme soumise. Mais comment cela va-t-il de pair avec la lutte pour l’égalité des droits ?

Le sexe brutal et le féminisme peuvent coexister

« Je sais que beaucoup de féministes ont des problèmes avec le sexe brutal », dit la blogueuse Sugarcunt. « C’est parce qu’elles savent que des relations sexuelles aussi rudes, avec de mauvaises intentions, peuvent conduire à des situations d’abus. Cela leur fait croire qu’elles pourraient envoyer un mauvais signal. Mais je ne suis pas d’accord : je suis féministe et j’aime le sexe brutal ».

C’est le sexe brutal qui donne du pouvoir au féministe.

Alex Gillon de Consensual Roughness : « Quand on parle de sexe brutal, on parle en fait de la dynamique du pouvoir au lit et de l’existence ou non du féminisme dans cette dynamique de pouvoir inégale. Il semble que le parti dominant ait plus de pouvoir. Mais ce n’est pas vrai. Il y a deux éléments très importants : le consentement d’un partenaire et le consentement de l’autre ».

En discutant à l’avance de ce que la soumise veut ou ne veut pas faire et subir, vous évitez le sentiment d’être utilisée. « En tant que féministe, vous détestez être insultée dans la rue. Alors que ce même mot vous excite lorsque votre partenaire vous le chuchote à l’oreille, en même temps qu’une fessée », explique Gillon. « Tant que vous respectez le consentement approuvé au préalable, la femme en question peut avoir encore plus de pouvoir que le partenaire dominant ».

Les féministes veulent du sexe brutal, parce que c’est possible

En tant que féministe, vous êtes assez puissante pour réaliser que vous êtes libre de décider ce qui vous plaît. Vous n’avez pas à respecter les limites que la société – ou vous-même – vous impose. Les féministes veulent décider elles-mêmes de ce qu’elles font ou ne font pas avec leur corps. Cela va du port du maquillage au fait de laisser ou non des poils sur le corps. Et cela inclut également la décision de savoir si vous voulez ou non recevoir des fessées, sentir une main autour de votre gorge et si vous voulez ou non vous faire cracher au visage.

Le sexe féministe, c’est ce que vous en faites

« Ce qui n’est pas féministe », dit Shanna Katz, professeur de sexologie, « c’est de dire aux gens à quoi devraient ressembler leurs désirs, ou que ce qu’ils font est mal parce que la définition du sexe est différente de celle qu’ils connaissent ». Elle complète ce qui est une vision véritablement féministe du sexe : « l’espace et le droit de chaque partenaire de partager ses sentiments et de les faire reconnaître ».

Aftercare, après une session de sexe brutal

Un terme bien connu au sein du BDSM est aftercare. Ce suivi signifie que la personne dominante range le désordre (s’il y en a). Mais cela peut aussi dire que la personne dominante câline l’autre personne. Se doucher ensemble ou que la personne dominante cuisine pour la personne soumise. En général, on dit que plus le soumis est puni, plus le aftercare doit être doux.

En conclusion : peut-on être féministe et soumise ?

Oui, c’est possible. Ce n’est pas parce que vous appréciez être dominée au lit, que vous voulez être dominé par les autres dans votre quotidien. Et peu importe que vos fesses soient rouges à cause de la nuit dernière.

Découvrez les articles BDSM les plus appréciés des débutants et des utilisateurs avancés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

13 vues

Écrit par

As-tu un·e partenaire qui n’a jamais utilisé de jouets érotiques, mais tu aimerais que cela devienne un aspect plus central de votre intimité ? Ou souhaite-tu simplement surprendre ton partenaire avec quelque chose de nouveau ? Voici quelques astuces pour susciter cet intérêt et augmenter le plaisir…
13 vues