Jetez un oeil dans notre boutique

31 247 vues

BDSM pour débutants : toutes les règles du BDSM

26 juillet 2019,

written by

Commençons par le début. BDSM signifie Bondage, Discipline, Dominance, Soumission, Sadisme et Masochisme. Une sacrée bouchée, d’où l’abréviation. En pratique, il s’agit d’appliquer ou d’être soumis à une forme de pouvoir ou de stimuli, souvent (mais pas toujours) dans un contexte sexuel. De nombreuses personnes ont une préférence pour l’une de ces catégories, mais dans la pratique, elles se chevauchent parfois.

Pour commencer : le jargon BDSM

Le BDSM a son propre langage. Avant d’entrer dans le monde merveilleux du BDSM, il est bon de se l’approprier. C’est pourquoi il s’agit d’un glossaire des termes BDSM les plus importants :

  •  Servitude : le fait de ligoter votre partenaire ou d’être ligoté volontairement.
  • Discipline : punition réelle ou feinte.
  • Domination : l’exercice du pouvoir.
  • Soumission : soumission volontaire au pouvoir.
  • Sadisme : le fait de provoquer délibérément des stimuli douloureux et d’en profiter (sexuellement ou autrement).
  • Masochisme : le fait de subir volontairement une douleur et d’en profiter (sexuellement ou autrement).
  • Dom : le dominant ou celui qui est en charge pendant le jeu BDSM.
  • Soumis : le soumis ou celui qui doit écouter son dom pendant le jeu BDSM.
  • Switch : quelqu’un qui passe du rôle dominant au rôle soumis.

Le BDSM dans votre chambre ?

En général, la plupart des gens se limitent à des versions plus douces du BDSM, également appelées bdsm soft ou bdsm doux. En termes de punition et de dépendance, c’est une bonne chose : les risques sont beaucoup plus faibles lorsque vous gardez le bdsm mou. Le Soft-BDSM n’est pas une forme inférieure de BDSM. Il n’est pas nécessaire d’être vêtu de cuir pour pratiquer le BDSM. Au contraire. Nous sommes convaincus que les gens ont plus d’aspects BDSM dans leur vie sexuelle que vous ne le pensez. Que penser par exemple d’un homme qui ordonne à son partenaire de lui faire une pipe ? Ou la femme qui pousse l’homme vers le bas et rampe sur lui ? Ou l’homme qui saisit sa femme par les cheveux pendant l’acte sexuel, ou qui appuie ses mains sur le lit ? Ou la femme qui met ses longs ongles dans le dos de son partenaire ?

Lorsque vous décidez de jouer avec la douleur et/ou le pouvoir dans votre vie sexuelle, il est important de garder la sécurité à l’esprit. Lorsque nous parlons de BDSM et de sécurité, nous parlons généralement de SSC. Cette abréviation signifie « Safe, Sane and Consensual » ou en d’autres termes : en sécurité, avec clarté d’esprit et avec consentement. Cela signifie trois aspects, également appelés règles du bdsm :

  • Sécurité : ne prenez aucun risque (de santé). Pensez aux risques que vous encourez dans tout ce que vous faites et essayez de les éliminer autant que possible. Donc, lorsque vous attachez quelqu’un, assurez-vous d’avoir une paire de ciseaux à portée de main. Ne coupez aucune partie du corps.
  • Avec la clarté d’esprit : éviter les substances intoxicantes. Précisément parce que le BDSM peut être dangereux, il est important que vous ne soyez pas sous l’influence de drogues ou d’alcool. La sobriété totale est le message. Après tout, vous devez être capable d’évaluer les limites et les risques et d’agir de manière appropriée en cas de danger. De plus, vous êtes probablement assez élevé grâce aux actes BDSM eux-mêmes.
  • Avec consentement : Toute personne qui participe aux activités BDSM doit y consentir. Ainsi, rien ne se passe contre la volonté de votre adversaire. La personne dominante peut être en contrôle dans le BDSM, mais ne doit JAMAIS faire quoi que ce soit auquel le sous traitant ne consent pas. Le sous-marin peut vous le faire savoir en utilisant le mot d’arrêt. D’ailleurs, ce n’est pas parce que le sous-consentement signifie que vous êtes légalement protégé si votre jeu BDSM mène à une blessure.

Vous souhaitez expérimenter le BDSM ? Visitez notre boutique en ligne !

SOYEZ INDULGENT ! Choisissez un mot d’arrêt

Pour faire le lien avec l’aspect de la sécurité : toujours travailler avec un mot d’arrêt pendant les jeux de type BDSM. Un mot d’arrêt est utilisé par le partenaire soumis (à ce moment-là) lorsqu’il n’aime plus le jeu et qu’il veut s’arrêter. En convenant d’un mot d’arrêt à l’avance, le soumis sait qu’il peut toujours arrêter le jeu si celui-ci va trop loin ; de cette façon, il a réellement le contrôle du jeu. Mais pour les dominants aussi, un mot d’arrêt n’a que des avantages. Il sait ainsi qu’il respecte les limites du soumis et peut ignorer les autres protestations en toute bonne conscience.

Un bon mot d’arrêt n’a rien à voir avec le contexte : donc pas de « stop »ou « non ». Ces objections sont en fait un aspect important (érotisant) du jeu BDSM. Il est donc préférable de choisir un mot totalement différent, qui, en raison de son caractère étrange, est immédiatement perceptible et peut être suivi. Pensez à un éventuel mot d’arrêt :

  • Une couleur (rouge, jaune, violet, indigo…)
  • Un légume ou un fruit (endive, banane, brocoli…)
  • Un objet du quotidien (crayon, stylo, imprimante…)

Il est préférable de choisir un mot d’arrêt aussi simple que possible. Après tout, le mot sera utilisé dans une situation très chargée émotionnellement. Ensuite, vous voulez que cela s’arrête le plus rapidement possible et vous ne voulez pas avoir à vous creuser la tête pour savoir quel était votre mot d’ordre. Donc plutôt pas un philosophe ou un politicien grec.

Lorsque vous vous mettez d’accord sur un mot ou un geste d’arrêt, il est très important que les deux parties s’y tiennent. De sorte que le soumis l’utilise réellement lorsqu’il remarque qu’il n’aime plus vraiment le jeu. Mais le dominant doit aussi s’en tenir à cela : si le soumis utilise le mot d’arrêt, le dominant s’arrêtera immédiatement. Lorsqu’il ne le fait pas, on parle d’abus de pouvoir. Outre le mot d’arrêt, continuez à communiquer entre vous. Votre partenaire peut faire plus avec cela qu’avec le mot « Banane ! »

Conseils BDSM pour les débutants

bdsm

LE ‘B’ DE BONDAGE

La servitude signifie que vous attachez votre partenaire de telle sorte que sa liberté de mouvement soit limitée. Ainsi, par exemple, elle ne peut pas utiliser ses mains ou il ne peut pas quitter la chambre. La forme la plus connue et la plus courante est bien sûr les menottes bdsm (en fourrure ou non). Mais les plus avancés utilisent des cordes bdsm de toutes formes et de toutes tailles.

Bondage avec des vêtements

Par exemple, attachez les mains avec un haut, utilisez vos collants pour nouer les mains au lit… Mais avec un soutien-gorge ou une cravate, vous pouvez aussi montrer vos talents de noueur. Mais attention à ne pas trop serrer le nœud, les vêtements (surtout les collants) peuvent être très difficiles à défaire. Et il serait dommage de devoir découper vos habits préférés.

Bondage avec des menottes

Là aussi, il y a plusieurs variantes : en fourrure ou en cuir. Avec des menottes ou avec un système de clic sécurisé. La version adulte ou la version jouet de vos enfants. Les choix abondent. Quel que soit votre projet d’utiliser des menottes, assurez-vous de pouvoir libérer votre partenaire rapidement si nécessaire. Mettez donc cette clé dans un endroit clairement convenu.

Bondage avec du tissu

Par exemple, avec une serviette de toilette qui traîne dans votre chambre ou avec vos collants. L’avantage du tissu par rapport à la corde est qu’il est souvent plus souple. La soie ou le velours conviennent donc mieux aux chats qui doivent être manipulés avec des gants. Il n’est pas nécessaire d’aller au marché pour trouver le tissu adéquat. Pourquoi utiliser un bandeau uniquement pour priver quelqu’un de la vue ? Il est également idéal pour attacher votre partenaire.

Bondage avec une corde

Par exemple, la corde à laquelle vous accrochez votre linge, mais aussi la corde que vous trouvez dans les magasins spécialisés. De nos jours, dans la plupart des boutiques érotiques, vous pouvez acheter des « cordes de lit » au mètre. Et bien sûr, vous n’avez pas à vous soucier d’un mètre de plus ou de moins. Rien n’est plus frustrant que de ne pas pouvoir finir son nœud au moment de vérité parce qu’on n’a pas assez de corde. Même la corde du magasin de mercerie du coin peut convenir. Mais ils ne seront probablement pas en mesure de vous donner les meilleurs conseils. Vous trouverez ici des conseils sur la corde et surtout sur les nœuds.

Quelle que soit l’option choisie, surveillez les possibilités d’évasion. Gardez donc les ciseaux ou les clés à portée de main. Attacher les choses est bien, mais appeler une ambulance dans la panique ne l’est pas. La sécurité d’abord.

Achetez des articles de bondage dès maintenant

Caressez doucement votre partenaire

Vous pouvez le faire avec vos mains, mais aussi avec un plumeau, une brosse à cheveux ou quelque chose de similaire. Laissez libre cours à votre imagination et entraînez dans votre lit tout ce qui peut vous donner une sensation agréable.

Bandez les yeux de votre partenaire

Les stimuli sont souvent plus intenses lorsqu’il/elle ne peut pas voir, précisément parce qu’ils sont inattendus. De plus, la tension est plus forte parce qu’il ou elle ne sait pas ce qui va suivre. Profitez-en et augmentez la tension.

Offrez un massage érotique à votre partenaire

Lorsqu’il n’a pas le choix, c’est le moment idéal pour choyer votre partenaire sans vous oublier. Car quoi de plus agréable que de toucher sans retenue son partenaire ? Partout. Malaxez, caressez et laissez votre partenaire en profiter pleinement. Un bon conseil est une bougie de massage, en vente dans la plupart des boutiques érotiques. Après quinze minutes, vous pouvez utiliser la cire de bougie comme huile de massage chaude. Surtout si votre partenaire ne le sait pas et pense que vous utilisez de la vraie cire de bougie, ce sera une agréable surprise.

N’oubliez pas de le/la narguer

Un massage érotique, c’est génial. Mais un massage érotique au cours duquel vous êtes stimulé et amené au bord de l’éjaculation est encore mieux. D’autant plus que la personne qui est attachée ne peut rien faire d’autre que se soumettre. Il ou elle ne peut pas le terminer lui-même. Non, ce partenaire doit attendre que l’autre personne lui fasse enfin jouir. De cette façon, la tension est tellement élevée que la libération ne fait qu’augmenter. Un tel jeu de taquinerie est la garantie d’un orgasme foudroyant.

Donnez à votre partenaire de la nourriture ou une boisson

Il peut être très sensuel de se faire nourrir ou lécher en étant attaché. Les petits morceaux de fruits ou de chocolat s’y prêtent bien. Mais un verre de vin pétillant peut aussi être très érotique. Note : soyez modéré avec l’alcool !

Faire un spectacle

Celui qui est attaché ne peut pas vous toucher. Cela n’est possible que si vous donnez à votre partenaire la possibilité de le faire. Alors, rendez le fou en lui offrant un spectacle érotique devant ses yeux (mais hors de sa portée). Faites tout ce que vous savez qui le fera exploser et ne voulez rien d’autre que vous toucher. Le strip-tease et la masturbation sont recommandés. Seulement quand vous le voulez, laissez votre partenaire vous toucher ou le soulager.

Procurez-vous un jouet sexuel

Pour les plus expérimentés : maintenant que votre partenaire est attaché, vous pouvez aussi vous mettre au travail avec des jouets sexuels. Et ils sont de toutes formes et de toutes tailles. Commencez par de bons jouets, comme une bougie de massage, une huile de massage stimulante, une plume ou de la poudre corporelle comestible (à lécher) ou de la peinture corporelle. Si vous aimez ça, vous pouvez aussi vous procurer un vibromasseur. Vous pouvez en faire de belles choses lorsque votre partenaire est attaché. Surtout quand on le combine avec un jeu de taquinerie. Mais attention : avec un vibromasseur, ça peut aller très vite.

Achetez un vibromasseur dès maintenant

Faites une promesse érotique à votre partenaire

Une fois que votre partenaire est attaché, vous avez le pouvoir. Et il est normal d’utiliser un peu ce pouvoir. Par exemple, faites-lui promettre de vous réveiller le lendemain matin ou de faire la vaisselle à poil demain. Si vous voulez vraiment jouer la sécurité, donnez à votre partenaire une mission qu’il peut exécuter immédiatement. Comme raconter un fantasme, vendre des paroles cochonnes ou supplier pour quelque chose. Ce n’est que lorsque votre partenaire aura fait cela de manière satisfaisante qu’il ou elle sera libéré(e). N’oubliez pas d’être assez strict. Un petit défi fait partie de l’accord.

Si votre partenaire est ouvert à cette idée : ajoutez des stimuli

C’est pourquoi le bondage est compatible avec le BDSM : parce qu’il peut être parfaitement combiné avec la douleur. Quelqu’un qui est attaché, ne peut pas résister et doit se rendre à son partenaire et à ce qu’il fait. Cela peut être n’importe quoi, du fouet aux pinces à tétons en passant par de (légers) chocs électriques.

Cette dernière n’est d’ailleurs pas nécessaire : l’esclavage en tant que tel n’a rien à voir avec la douleur. Vous pouvez le combiner, mais vous n’êtes pas obligé. Faites ce que vous aimez et appréciez.

Pour les personnes qui sont rebutées par les éventuels risques de sécurité liés à l’esclavage ou qui trouvent simplement que c’est un trop grand pas, il existe une alternative totalement sans risque : l’esclavage verbal. Cela implique qu’un partenaire ordonne à l’autre de cesser d’utiliser certaines parties du corps. Alors : « A partir de maintenant, ne bouge plus tes mains. Gardez-les au-dessus de ta tête. Ou encore : « Accroche-toi aux barreaux du lit. Ne te détaches pas avant que je te le dise. »

Par rapport aux cordes que nous venons de voir, cela peut sembler être du bdsm soft. Mais essayez-le et vous verrez que cela peut être très excitant. D’autant plus qu’aucune préparation n’est nécessaire ; la servitude verbale peut se faire à tout moment. Cela la rend plus spontanée et inattendue.

D

LE ‘D’ DE DISCIPLINE

Le bondage verbal est très proche du D du BDSM : la discipline. La discipline, c’est l’enseignement des bonnes manières. Et bien sûr, cela va souvent de pair avec la punition. Un vrai châtiment ou un simulacre de châtiment. Il va sans dire que la discipline est également liée à l’autre « D » du BDSM : la domination. C’est le dom qui détermine les règles et qui, en cas de désobéissance, peut imposer une sanction. L’intention de la discipline est de contrôler le comportement du partenaire. En exerçant une pression psychologique, en infligeant une punition ou en donnant une récompense. Voici quelques idées :

Les commandes possibles :

  • Déshabille-toi. Lentement.
  • Joue avec toi-même, mais ne jouis pas.
  • Attends-moi à la maison, nue.
  • Fais-moi couler un bain chaud.
  • Suce-moi.
  • Fermes tes yeux.

Les punitions possibles :

  • Suce-moi.
  • Nettoie la salle de bains. Nue.
  • Trois claques sur les fesses.
  • Trois coups sur les fesses.
  • Pas de sexe pendant une semaine.
  • Du sexe tous les jours pendant une semaine.

Les récompenses possibles :

  •  Du sexe tous les jours pendant une semaine.
  • Un baiser avec la langue.
  • Un compliment.
  • Une tarte aux fraises.
  • Un massage.
  • Un orgasme.

Comme vous pouvez le constater, la discipline n’est pas forcément loin de nous non plus. En fait, je pense que beaucoup de gens ordonnent régulièrement à leur partenaire de faire quelque chose ou autre au lit, avec ou sans conséquences. Bien sûr, on peut aller beaucoup plus loin dans ce domaine, surtout si on le combine avec le sadomasochisme. Il va sans dire que nous parlons alors de sanctions complètement différentes.

DS

LE « D » DE DOMINATION ET LE « S » DE SOUMISSION.

Nous allons traiter ces deux lettres de BDSM ensemble, car on ne peut presque pas s’en empêcher. Si un partenaire est dominant, l’autre doit être soumis. Sinon, vous risquez davantage de vous disputer que d’avoir des rapports sexuels.

Le dom est le partenaire qui dirige le soumis (désormais appelé sub) dans le jeu sexuel. Le dom tire son plaisir ou son excitation sexuelle de sa domination sur le sous-marin. Il décide de ce qui se passe et donne les ordres. Cela ne signifie pas que le sous-marin est le seul à subir des choses. Il se peut aussi que le dom ordonne au sous-marin de le fouetter. La domination est principalement une question d’autorité, et c’est toujours le dom qui l’exerce. Le lien avec la discipline est donc très clair : le dom est celui qui discipline, le sub est celui qui est soumis à la discipline.

Un sous-marin n’est pas seulement quelqu’un qui subit une domination, c’est quelqu’un qui veut être dominé et contrôlé. Le sous-marin prend du plaisir à être dominé, tout comme le dom prend du plaisir à dominer. Bien sûr, cela met le sous-marin dans une position extrêmement vulnérable. Il ou elle doit donc s’assurer qu’on peut lui faire confiance à cent pour cent. C’est pourquoi il est si important de travailler avec un mot d’arrêt : de cette façon, le dom sait jusqu’où il peut aller et il ne nuira pas à la confiance du sous-marin.

Lorsque vous choisissez le bdsm léger, il est tout à fait possible que vous alterniez les rôles de dom et de sub. Aujourd’hui sub, demain dom. Avec les gens qui s’aventurent dans le BDSM plus dur, on le voit moins : quelqu’un est toujours sub ou dom. Il y a une grande différence entre jouer au muet ou au soumis (pour pimenter votre vie sexuelle) et être muet ou soumis.

Dominance et soumission, aussi dans votre chambre ? Lors de chaque séance d’amour, vous avez généralement un partenaire plus actif (dominant) et plus passif (soumis). C’est ce qui le rend si passionnant.

Il y a différentes façons d’être dominant au lit, certaines plus impressionnantes que d’autres. Par exemple :

Commandez votre partenaire

Réprimandez-le/la s’il ou elle n’est pas obéissant. S’il ou elle va vraiment trop loin, la punition est de rigueur. Puisque vous êtes le dom, votre partenaire doit vous écouter. Et ceux qui ne veulent pas écouter, doivent sentir.

Attachez votre partenaire

Ne le détachez pas tant que vous n’en aurez pas décidé autrement. Votre partenaire n’a pas son mot à dire, même s’il vous lance un regard de chien battu.

Achetez des articles de bondage dès maintenant

Donnez à votre partenaire des stimuli (légers)

Vous choisissez quels stimuli et pour combien de temps. Est-ce qu’il ou elle aime les fouets fins et souples ? Alors choisissez un gros fouets épais. Et si votre partenaire le supporte de manière satisfaisante, peut-être que vous pourrez utiliser le fouet flexible comme récompense. Peut-être.

Achetez des fouets

Soyez également physiquement dominant

Écartez ses jambes vous-même et utilisez une certaine force. Tirez sa tête en arrière par les cheveux. Cela ne doit pas forcément faire mal, mais cela permet de savoir clairement qui est aux commandes. Vous êtes aux commandes.

Soyez dominant verbalement

Veillez à ce que non seulement votre langage corporel soit dominant, mais aussi votre utilisation du langage. Donc pas de « s’il te plaît » ou « si tu veux ». Non, un ordre est un ordre et cela n’en sera pas autrement, pas même par votre utilisation des mots.

Dirty talk

N’hésitez pas à dire des mots rabaissants ou des jurons. Vous êtes désormais un expert en « dirty talk » !

Vous êtes le boss

Ne vous avisez pas de demander la permission. Faites ce que vous avez prévu, et attachez-le sans demander. Vous décidez quand les ébats amoureux commencent et se terminent. Votre partenaire se contente-t-il de cuisiner ou a-t-il une réunion importante dans cinq minutes ? Dommage. Votre partenaire veut venir mais vous avez déjà eu votre dose ? Il ou elle a alors beaucoup de chance si vous le ou la laissez avoir un autre orgasme. Mais n’en faites pas une habitude.

Respectez toujours le mot d’ordre. Toujours. La confiance entre les deux partenaires est maintenue ou diminuée en fonction de cela. Comme vous pouvez le voir, la domination ne doit pas nécessairement s’accompagner de douleur ou de sadisme. C’est possible, mais ce n’est certainement pas une obligation. Il y a aussi des doms qui choisissent d’affirmer leur domination d’une autre manière sans devenir sadiques. Tout dépend de ce qui vous attire, vous et votre partenaire.

SM

Le ‘S’ DE SADISME ET LE ‘M’ DE MASOCHISME

Nous sommes enfin arrivés à SM ! Beaucoup de gens confondent le BDSM avec le SM, mais comme vous l’avez lu jusqu’à présent, le BDSM peut consister en bien plus.

Le sadisme est synonyme d’infliction délibérée de la douleur, le masochisme de la douleur volontaire et avide de la subir. Les sadomasochistes éprouvent donc du plaisir à infliger ou à subir des douleurs. Cette douleur n’est pas seulement physique, elle se présente sous différentes formes :

La douleur physique :

  • En frappant.
  • En coupant.
  • En pinçant.
  • En serrant.

La douleur mentale :

  • En insultant.
  • En ignorant.
  • En suscitant la jalousie.

Combinaison de la douleur physique et mentale :

  • Faire en sorte que le soumis accomplisse des actes sexuels dénigrants.
  • Humilier le soumis en public, le battre…
  • Faire faire au soumis des choses contre son gré.

Si vous n’avez pas encore fait l’expérience du sadisme, il est conseillé de tester d’abord sur vous-même les choses que vous voulez faire avec votre soumis. Ainsi, vous saurez à quel point quelque chose fait mal et jusqu’où vous pouvez aller.

Qui ne veut pas écouter, doit sentir

Avec le sadomasochisme, tout est possible. Enfermez votre partenaire, mordez-le ou battez-le. Tout est possible, si vous avez donné votre accord. La fessée, par exemple, est populaire.

Donner une fessée, c’est frapper. Autrefois, il était principalement destiné à la fessée, mais aujourd’hui, la plupart des gens connaissent d’autres zones qui peuvent être très stimulantes lorsqu’on leur donne la fessée. Il existe différentes formes de fessée : à main nue ou avec un objet pour des sensations supplémentaires. Ensuite, il y a la fessée comme simples préliminaires ou pendant le sexe lui-même. Si vous essayez de donner la fessée pour la première fois, gardez les conseils suivants à l’esprit :

  • Trouvez un poste qui vous convienne à tous les deux. En général, c’est la première fois que les fesses sont relevées. Par exemple, la levrette peut être un excellent moyen de donner votre première fessée. Assurez-vous que ce sont les coups qui provoquent l’inconfort, et non votre position.
  •  Allez-y progressivement. Commencez par des coups doux et délicats et ajoutez de la force si nécessaire. Il vaut mieux commencer trop doucement que trop fort. Après tout, il s’agit de s’adapter et de vous rechercher tous les deux. Écartez un peu les doigts lorsque vous frappez : cela donne un coup moins vicieux que si vous gardez les doigts ensemble.
  • Pour les premières fois, utilisez votre main ; ainsi, vous sentirez plus rapidement comment le corps de votre partenaire réagit au coup. De plus, vous pouvez contrôler la force et l’effet un peu mieux de cette façon.
  • Si vous voulez utiliser un objet pour frapper, réchauffez toujours la peau à coups de main. Une peau réchauffée peut en supporter davantage. Préparez donc la peau de votre amant pour ce qui est à venir.
  • Donnez à votre partenaire un peu de repos de temps en temps. Il est donc préférable de trouver une sorte de cadence. Cinq coups, une minute de repos, par exemple. Utilisez ce repos pour le caresser doucement. Surtout si c’est votre première fois. Tout comme dans votre vie sexuelle habituelle, la variété est le mot clé de la fessée.
  • Pour votre première fessée, choisissez une position où vous avez suffisamment de contact physique. Par exemple, mettez votre partenaire sur votre genou. À long terme, si vous le souhaitez, vous pouvez passer à des positions avec peu ou pas de contact physique, mais celles-ci sont souvent plus éloignées. Et une première fessée est déjà assez excitante et stimulante sans créer de distance supplémentaire.
  • Gardez un œil sur votre partenaire pendant la fessée. Voyez comment il ou elle réagit à vos coups. Bien sûr, c’est à lui d’indiquer ses limites, mais cela ne peut pas faire de mal si vous les surveillez également. Lorsque vous remarquez que cela devient trop pour votre partenaire, terminez votre séance de fessée avec amour.
  • Commencez avec modération. C’est la première fois que vous vous aventurez dans ce domaine, et c’est déjà assez excitant en soi. Une séance de quelques minutes ou un coup ou trois peuvent suffire. La première fois est et reste spéciale. Ne vous surchargez donc pas de stimuli, vous et votre partenaire. Vous pouvez toujours vous développer à l’avenir.
  • Même si vous êtes très excité lorsque vous vous donnez la fessée, gardez à l’esprit les limites douces ou dures de votre partenaire et demandez-lui régulièrement comment il va.
  • Mettez fin à votre première expérience de fessée de manière appropriée. Le suivi est très important. Alors, donnez à votre partenaire une serviette humide et froide pour soulager la douleur et faites-lui un massage affectueux. Un corps supplémentaire et attentionné.

Achetez des fouets et des paddles dès maintenant

Vous souhaitez essayer le BDSM dès ce soir ?

Nous vous avons donné une brève introduction au monde varié et passionnant du BDSM. Si vous ne le connaissez pas encore et que vous voulez commencer avec le bdsm, commencez lentement. Lorsque vous êtes habitué à des relations sexuelles « normales », c’est un grand changement que d’expérimenter soudainement le pouvoir ou la douleur. Faites des pas graduels et quand vous trouvez que vous aimez ça, ajoutez de plus en plus d’éléments BDSM à vos ébats amoureux.

Ne précipitez rien, prenez-le plutôt trop lentement que trop rapidement. Il vaut mieux que la première session BDSM dure dix minutes plutôt qu’une heure. Terminez toujours une session BDSM bien et avec amour. Lorsque vous n’êtes plus dans vos rôles, il peut y avoir autant de câlins que vous voulez à nouveau.

Lorsque vous déciderez ensemble d’aller plus loin en BDSM, vous devrez trouver ensemble la bonne voie. En tout cas, sachez que vous avez la situation en main : vous êtes toujours deux. Deux personnes qui ont toutes deux des limites et peuvent utiliser le mot de passe. Ainsi, même lorsque votre partenaire propose d’essayer le BDSM et que vous remarquez après cinq minutes que ce n’est pas pour vous. Alors, c’est comme ça. En ce sens, cela ne fait jamais de mal d’expérimenter un peu de BDSM : vous pouvez arrêter à tout moment et rien n’est forcé. Qui sait, vous avez peut-être trouvé une belle alternative au sexe à la vanille ?

Achetez tous les articles bdsm dans notre boutique en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

2 vues

Écrit par

Le texte décrit différentes positions sexuelles et leur lien avec les traits de personnalité. Chaque position, telle que le missionnaire, la levrette, la cavalière, la cuillère, et debout, est associée à des caractéristiques spécifiques telles que classique, sauvage, flexible, sensible et aventureux. Il offre aux lecteurs une perspective…
2 vues
67 vues

Écrit par

Le sexe oral implique des principes fondamentaux identiques malgré les différences anatomiques, et requiert une pratique attentive, où le bon timing et le plaisir mutuel sont essentiels. La communication continue pendant l’acte améliore l’expérience, permettant d’ajouter des touches spéciales comme la stimulation des testicules ou du point G…
67 vues