Jetez un oeil dans notre boutique

Tomber amoureux, ce que la science nous apprend

16 octobre 2020,

written by

Tomber amoureux : ce sentiment envahissant où l’on ne pense plus qu’à l’autre.Cela provoque toutes sortes d’effets secondaires délirants : vous voulez tout partager avec cette personne et le reste de votre vie est (temporairement) secondaire. C’est quoi exactement tomber amoureux ? Qu’arrive-t-il à votre corps quand vous êtes amoureux ? Et que disent les scientifiques à ce sujet ? Nous vous expliquons tout dans cet article.

Tomber amoureux : voici ce que l’on ressent

Tomber amoureux, l’expression en anglais est falling in love. C’est en effet ce que l’on ressent, on a l’impression de littéralement tomber et de n’avoir aucun contrôle sur ses sentiments. Lorsque vous tombez amoureux, vous voulez être avec votre amoureux(se) le plus possible. Vous partagez vos pensées et vos sentiments avec lui ou elle, même s’ils sont insignifiants. Tomber amoureux inclut des sentiments sexuels : vous voulez être physiquement aussi proche que possible de l’autre. C’est une émotion forte qui semble durer pour toujours au moment où elle se manifeste, comparable au deuil par exemple. Lire aussi : Amoureux ou pas ? 7 signes à reconnaître

Comment se fait-il qu’on tombe amoureux ?

Il n’y a pas d’explication scientifique claire sur le fait de tomber amoureux. Beaucoup de scientifiques considèrent qu’il s’agit d’un élément naturel. Deux personnes se sentent attirées l’une par l’autre, établissent une relation et commencent à se reproduire, comme dans le règne animal. En gros, c’est la théorie la plus plausible jusqu’à présent. Il existe un certain nombre de facteurs importants connus lorsqu’il s’agit de tomber amoureux. Par exemple, les gens sont plus susceptibles d’être attirés par des personnes qui leur ressemblent. Pas tout à fait les mêmes, bien sûr, mais avec la même ethnicité, le même âge, les mêmes normes et valeurs, la même intelligence, la même orientation politique et la même religion. Lire aussi : Les opposés s’attirent : vrai ou faux ?

Comment fonctionne le fait de tomber amoureux (et de ne plus l’être) ?

Tomber amoureux peut se développer sur une longue durée. Vous pouvez sortir avec quelqu’un pendant des semaines ou des mois, pendant que vos sentiments continuent à se développer. Mais bien sûr, il y a aussi le coup de foudre. Cela peut sembler incroyable, mais cela existe vraiment. Nous y reviendrons plus tard. Lire aussi : La différence entre rencards exclusifs et relation

Selon l’anthropologue Dr Helen Fisher, il y a trois étapes lorsqu’on tombe amoureux. La première est le désir : il est causé par la testostérone chez l’homme et l’œstrogène chez la femme. À ce stade, vous avez des sentiments sexuels l’un pour l’autre. La deuxième étape est l’attraction. À ce stade, vous ressentez cette sensation d’euphorie, causée par toutes les substances qui sont libérées dans votre cerveau. Enfin, il y a la troisième étape : la connexion. C’est là que l’ocytocine, l’hormone des câlins et de l’amour, est libérée. Vous vous sentez de plus en plus lié à votre partenaire et commencez à faire des projets pour l’avenir.

Mais qu’en est-il du fait de ne plus être amoureux ? Là encore, ce sont les substances présentes dans votre cerveau qui jouent un rôle important. Par exemple, la quantité de dopamine. « Et c’est une bonne chose », explique la psychiatre Susan Edelman, « Car vous ne pouvez pas fonctionner correctement avec une telle obsession envers votre partenaire comme au début de votre relation ». La quantité de sérotonine et de norépinéphrine est également en baisse. Mais cela ne doit pas forcément être le début de la fin de votre relation. Faire des choses passionnantes ensemble peut faire remonter (temporairement) le taux de dopamine, par exemple.

Scientifiquement parlant : Voici ce qui arrive à votre corps et à votre cerveau

Le coup de foudre existe bel et bien. Une recherche de l’université de Syracuse à New York, publiée dans le Journal of Sexual Medicine, démontre qu’il ne faut qu’un cinquième de seconde pour tomber amoureux. Les recherches du professeur Stéphanie Ortigue révèlent que lorsque vous tombez amoureux, pas moins de douze zones corporelles fonctionnent ensemble pour libérer toutes sortes d’agréables substances, telles que la dopamine, l’adrénaline, le cortisol, la sérotonine et l’ocytocine. La dopamine procure une sensation de plaisir. De ce fait, tomber amoureux peut donner le même genre de sentiment d’euphorie que l’ecstasy. L’adrénaline peut provoquer la sudation des mains et le rougissement des joues. Vous avez des papillons dans le ventre ou le cœur qui bat la chamade ? Tout cela est dû à la libération d’hormones dans votre cerveau.

L’amour : une question de cerveau ou de cœur ?

Lorsqu’on lui demande si c’est le cœur ou le cerveau qui nous font tomber amoureux, M. Ortigue répond : « C’est une question délicate. Je dirais le cerveau, mais le cœur est tout aussi impliqué, car il s’agit d’une interaction entre le cœur et le cerveau ». En plus de libérer des substances telles que la dopamine et l’ocytocine, tomber amoureux affecte également le facteur de croissance des nerfs (NGF) : une protéine qui fabrique les cellules du cerveau et les maintient en bonne santé. Les personnes qui viennent de tomber amoureuses en ont beaucoup plus dans leur corps. D’ailleurs, la libération de dopamine n’est pas seulement positive. Elle peut aussi amener quelqu’un à se comporter de manière obsessionnelle ou irrationnelle. D’où l’expression : l’amour est aveugle.

La différence entre l’amour romantique et l’amour maternel

Diverses études ont révélé que l’amour romantique diffère, par exemple, de l’amour d’une mère pour son enfant, qui peut également être constaté lors de scanners du cerveau. Dans le cas de l’amour romantique, vous pouvez, comme mentionné précédemment, éprouver un sentiment d’euphorie. Cela vous permet d’être également motivé pour conquérir l’élu de votre coeur, si vous n’êtes pas encore ensemble. L’amour maternel a un aspect très différent sur les scanners du cerveau. Lorsqu’une mère regarde une image de son enfant, on peut observer une activité au milieu du cerveau. C’est une zone qui contient des récepteurs pour le lien entre une mère et son enfant.

L’amour éternel existe-t-il ?

Les scientifiques ont longtemps cru que l’amour éternel n’existait pas. En général, les amours disparaissent au bout de quelques années et les sentiments se transforment en « affection ». Cependant, une recherche menée par l’université de Stony Brook en 2009 révèle que même les personnes qui sont dans une relation depuis vingt ans présentent encore tous les symptômes de l’amour. Par exemple, une forte activité du système de la dopamine peut être observée sur les scanners lorsqu’ils regardent une photo de leur partenaire. Les scientifiques appellent cela l’amour du cygne, car les cygnes restent toute leur vie avec un seul partenaire. Peut-on justifier l’amour ? Oui, et en partie à cause des hormones libérées dans votre cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

59 vues

Écrit par

La masturbation à deux, communément appelée « travail de la main », consiste à stimuler le pénis de son partenaire à l’aide de la main. Cette pratique se distingue de l’auto-masturbation par le fait qu’elle est réalisée par une autre personne. Les techniques varient en fonction du nombre de doigts…
59 vues
303 vues

Écrit par

Le lavement anal, souvent entouré de tabous et de malentendus, mérite une place dans les discussions ouvertes sur la santé et le plaisir sexuel. Chez Adam et Eve, nous croyons à l’importance de s’informer correctement pour profiter pleinement de …
303 vues