Jetez un oeil dans notre boutique

Pourquoi sommes-nous si émotifs après l’amour ?

20 avril 2021,

written by

Après l’amour, vous vous attendez à une bonne fin de soirée. Un petit câlin dans les bras de l’autre ou un saut énergique hors du lit pour faire quelque chose d’amusant ensemble. Ce à quoi on ne s’attend pas, ce sont les larmes. Pourtant, beaucoup de gens sont émotifs après le sexe. Ils se sentent tristes ou irrités et fondent parfois en larmes. Pourquoi ?

Émotifs après l’amour

Pleurer après l’amour arrive à plus de gens que vous ne le pensez. Près de la moitié des femmes se sont retrouvées dans une profonde vallée de larmes après un orgasme vertigineux. Et environ cinq pour cent en font même l’expérience régulièrement.

Bien que vous puissiez secrètement penser qu’il s’agit d’un phénomène typiquement féminin, ce n’est pas le cas. Les hommes aussi se laissent parfois submerger par leurs émotions après l’amour. Et la différence de pourcentage n’est pas si importante. Des recherches ont montré que 41 % de la population masculine a déjà pleuré après un rapport sexuel et que 3 % le fait régulièrement.

Fluctuations hormonales après l’amour

Cependant, les femmes sont toujours plus susceptibles de pleurer après un rapport sexuel. Non seulement parce que les femmes peuvent être plus sensibles à l’effet émotionnel du sexe. Mais aussi parce que les fluctuations hormonales sont plus intenses. Après un orgasme, les niveaux de dopamine et d’ocytocine chutent de façon spectaculaire. Et ce sont justement ces bombes hormonales qui sont responsables de cette sensation euphorique de picotement qui est libérée pendant le sexe. Il est normal qu’une chute aussi soudaine des hormones du plaisir ouvre les vannes, n’est-ce pas ?

Drainage émotionnel

Les crises de larmes après un rapport sexuel ne sont pas toujours signe de tristesse. Parfois, les pleurs n’ont rien à voir avec une déception ou des émotions négatives concernant votre relation. Au contraire, parfois, vous avez juste besoin de pleurer parce que vous êtes tellement heureuse. Soudain, vous êtes submergée par l’amour. Et cet amour s’écoule par vos canaux lacrymaux, où vous vous effondrez comme une madeleine dans les bras de votre partenaire.

Il n’y a rien d’étrange à cela, vous savez. Lorsque vous atteignez l’orgasme, vous libérez une grande quantité de tension et d’énergie accumulées. Vous ne vous sentez pas seulement plus proche de votre partenaire, vous vous sentez aussi plus proche de vous-même, de vos émotions et de votre sexualité. Une telle libération n’a pas seulement une influence positive sur votre corps, mais aussi sur votre monde émotionnel.

Des larmes de bonheur ? Oh que oui ! Vous vous sentez plus heureuse, plus énergique et plus sûre de vous que jamais et pourtant les larmes coulent sur vos joues. En particulier lorsque vous n’avez plus pleuré depuis un certain temps, ou lorsque vous et votre partenaire avez surmonté des problèmes de couple, cette libération sexuelle peut s’exprimer sous la forme de sanglots incontrôlables.

Se sentir triste après l’amour

Mais il peut aussi y avoir des raisons désagréables à l’apparition d’une humeur émotionnelle après l’amour. Les problèmes de couple, par exemple, sont plus susceptibles de faire surface pendant un moment dans lequel vous êtes plus vulnérable. On appelle cela la dysphorie post-coïtale, ou bien la tristesse post-coïtale ou encore le blues post​-sexe. Après tout, le sexe est une promesse d’intimité, d’amour et de désir et cela peut être très décevant de voir que cette promesse n’est pas tenue.

Les causes ? Vous traversez peut-être une période difficile, vous n’êtes plus aussi facilement excitée ou vous ne pouvez pas vraiment vous détendre parce que vous ne vous sentez pas aimée. Ou peut-être en avez-vous secrètement marre de la routine qui s’est installée dans votre vie sexuelle et vous n’arrivez pas à aborder le sujet.

Ian Kerner, sexologue américain, évoque le phénomène du « sexe de réconciliation », qui consiste à se disputer et à faire l’amour pour se réconcilier. Le sexe peut être fantastique, mais après, on se rend souvent compte qu’on est toujours en colère l’un contre l’autre et que la véritable connexion n’a pas réussi à se faire. C’est une prise de conscience frustrante, qui peut naturellement conduire aux larmes et à la tristesse.

Le sexe parfait n’existe pas

Il y a aussi des couples qui succombent à la pression des magazines, des films et des histoires cool des groupes d’amis sur le « sexe parfait ». Ils ont une idée précise de ce que devrait être le coït idéal et n’apprécient pas que leur vie sexuelle ne soit pas à la hauteur de cette image. Au lieu d’accepter que le sexe ne peut pas toujours être spectaculaire, ils commencent à douter d’eux-mêmes et de leur relation.

La seule chose qui fonctionne dans de tels cas est la communication. Osez vous ouvrir, parlez de vos insécurités et de vos doutes. Et faites en sorte de trouver un moyen de retrouver le plaisir du sexe. Sans attentes irréalistes qui gâchent le plaisir de votre vie sexuelle.

Dysphorie postcoïtale

Pour certaines personnes, la cause n’est pas si facile à identifier. Elles ne sont pas déçues, elles n’ont pas de problèmes de couple et sont épanouies dans leur sexualité. Si c’est le cas pour vous aussi, il pourrait s’agir d’une dysphorie post-coïtale (DPC).

Cette affection est relativement peu connue. Mais selon les recherches, environ cinq pour cent des femmes et trois pour cent des hommes en souffrent à un moment ou à un autre. Plusieurs études ont montré que près de la moitié des femmes ont été confrontées à la DPC au moins une fois dans leur vie, que 5 à 10 % l’ont été au cours du dernier mois et qu’environ 2 % en souffrent très régulièrement.

Les causes de la DCP

Ce qui est frappant avec la DPC, c’est qu’elle ne doit pas nécessairement être fondée sur une expérience négative. Les hommes et les femmes qui éprouvent régulièrement des sentiments de vide, de tristesse ou d’agressivité après un orgasme, n’ont généralement pas de rapports sexuels mauvais ou ennuyeux. En fait, le sexe peut être super excitant et satisfaisant et pourtant ces personnes sont irritées, anxieuses ou pleurs après l’amour. Cette sensation désagréable peut durer quelques minutes, mais certaines personnes peuvent rester dans cet état pendant des heures.

Il existe de nombreuses théories sur les causes de cette maladie. Elle surviendrait plus souvent chez les personnes qui souffrent déjà de problèmes mentaux, tels que la dépression ou l’anxiété. Une étude australienne portant sur 1 200 hommes a montré que les participants qui avaient été déprimés ou anxieux dans le passé étaient plus susceptibles de souffrir de DPC. Mais des facteurs héréditaires ou caractériels peuvent également jouer un rôle. Les personnes naturellement enclines aux larmes sont plus susceptibles d’être submergées par les émotions intenses libérées après l’amour.

Déclencheur de traumatismes

L’un des autres déclencheurs de la DPC est un abus passé ou un traumatisme non traité. Plusieurs études ont montré que les abus émotionnels, physiques ou sexuels subis pendant l’enfance peuvent entraîner des problèmes sexuels des années plus tard. Bien que ces études n’aient pas porté spécifiquement sur les DPC, l’étude australienne a révélé que les hommes ayant subi un traumatisme non traité y étaient plus sensibles.

En soi, ce n’est pas une surprise. Pendant un rapport sexuel ou après un orgasme, vous vous trouvez dans l’une des positions les plus vulnérables qui soient. À ce moment-là, il n’y a aucun frein à vos émotions et elles peuvent affluer sans entrave de tous les coins et recoins de votre subconscient. Une telle séance d’amour peut donc être un déclencheur puissant qui évoque inconsciemment des souvenirs de traumatismes non traités de votre passé.

Luttez-vous contre des sentiments douloureux après l’amour ? Et vous trouvez que vous, ou votre partenaire, n’arrivez pas à y faire face ? Il est alors recommandé de trouver un bon sexologue qui puisse vous aider à canaliser ces sentiments.

Nos conseils !

Bien sûr, vous pouvez d’abord essayer de travailler sur vous-même. Si vous trouvez que vos pleurs après l’amour ont un impact négatif sur votre vie sexuelle, lisez nos conseils :

• Parlez, parlez, parlez !
Dans de nombreux cas, les émotions fortes après l’amour n’ont rien à voir avec votre relation. Ou avec vos sentiments pour votre partenaire. Mais ils ont probablement une influence sur le fait que vous soyez ensemble. Les faire taire ne sert donc pas à grand-chose. Cela ne fait que créer davantage de malentendus et d’incertitudes. Si vous en discutez ensemble, vous évitez que le problème ne prenne de l’ampleur et ne se dresse entre vous.

• N’ayez pas peur des sentiments négatifs
Ne paniquez pas lorsque les larmes viennent, mais essayez de les prendre à la légère. Faites une blague ou laissez-vous aller. Plus vous combattez vos émotions, plus elles se retourneront contre vous.

• Demandez de l’aide
Pensez-vous que vos explosions émotionnelles proviennent d’expériences non traitées ? Ou le problème a-t-il pris une telle ampleur qu’il met en péril votre couple et votre vie sexuelle ? Si c’est le cas, il est temps de demander de l’aide. Envisagez de parler à un sexologue. Il ou elle peut vous aider à faire ressortir les éventuels traumatismes et à les traiter. Ou pour vous soutenir d’une autre manière afin que vous puissiez apprendre à mieux gérer votre blues post-sexe.

Lire aussi : Comment améliorer vos rapports sexuels ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

19 vues

Écrit par

Lorsque les personnes avec un pénis sont confrontées à des problèmes de troubles de l’érection, on parle médicalement de dysfonction érectile. Un autre terme souvent utilisé est « impuissance », qui regroupe divers dysfonctionnements du pénis, y compris l’incapacité de procréer ou l’anéjaculation (problèmes d’éjaculation)….
19 vues