Jetez un oeil dans notre boutique

1 156 views

LGBTQ+ : jalons et régressions

4 octobre 2021,

written by

L’émancipation du mouvement LGBT+ a considérablement progressé au cours du siècle dernier. Ces deux dernières décennies, de nombreux jalons ont été franchis. Les lois interdisant l’homosexualité ont été abrogées. Les couples de même sexe peuvent se marier et adopter des enfants. Et les toilettes et passeports sans distinction de sexe sont désormais chose courante dans plusieurs pays.

Mais la route est encore semée d’embûches, d’échecs et de régressions. Il suffit de voir la situation actuelle en Hongrie. C’est pourquoi il est important que nous continuions à prêter attention aux luttes et aux réalisations des générations qui nous ont précédés. C’est également l’avis de Rodney Wilson, un professeur d’histoire homosexuel qui a organisé le Mois de l’histoire des LGBT pour la première fois en 1994. Il l’a fait en suivant l’exemple du Mois de l’histoire des femmes et du Mois de l’histoire des Noirs, et à juste titre. Parce que l’histoire du mouvement LGBT est aussi celle des protestations, des barricades, des luttes et des victoires émancipatrices.

Un petit aperçu !

Du culte transgenre au bûcher

Croyez-le ou non, dans le passé, l’homosexualité n’était pas considérée comme si compliquée. En fait, presque toutes les sociétés anciennes ont laissé des traces d’érotisme entre personnes du même sexe. Sur les céramiques, par exemple, ou dans les écrits. La fluidité de genre n’était pas non plus un problème dans la plupart des cultures anciennes. Le « troisième genre », que nous appellerions aujourd’hui non-binaire, se voyait souvent attribuer un rôle spirituel particulier au sein de la tribu ou de la société.

Les premiers écrits sur les relations entre personnes de même sexe proviennent de la Grèce antique. Là, des hommes majeurs entretenaient des relations sexuelles avec des adolescents. Ce que les Grecs saluaient d’un point de vue éducatif. Et tant en Grèce qu’en République romaine, il existait un culte qui adorait la déesse Cybèle en se castrant, en s’habillant avec des vêtements féminins et en se déclarant femme. Aujourd’hui encore, ces premiers transgenres nous servent de modèles.

Un bouleversement radical

Cette tolérance fut brisée au cours des troisième et quatrième siècles. Le christianisme est apparu et l’attitude tolérante, voire encourageante, des Romains s’est progressivement transformée en une attitude de condamnation. En 390, l’empereur Théodose Ier a promulgué une loi stipulant que les « hommes qui s’accouplent comme des femmes » devaient être brûlés sur le bûcher.

À partir du treizième siècle, les actes homosexuels deviennent punissables partout en Europe. Et en 1532, le Saint Empire romain germanique a décrété la peine de mort pour l’homosexualité. L’Église a sorti tous les instruments de torture médiévaux pour combattre la « corruption de la sodomie ». Les hommes homosexuels étaient lapidés, castrés et brûlés sur le bûcher. Des femmes ont également été torturées et mises à mort.

Les premiers héros

Grâce aux Lumières et à la Révolution française, le vent a commencé à tourner à la fin du 18ème siècle. La plupart des Européens de l’Ouest légalisent l’homosexualité et une période relativement calme commence, avec des petites victoires.

De nouvelles connaissances scientifiques sont apparues. Grâce auxquelles l’homosexualité n’est plus considérée comme un péché religieux mais comme un trouble psychologique. De nos jours, cela ne ressemble guère à un progrès. Mais à l’époque, cela signifiait que les homosexuels ne pouvaient rien faire contre leur orientation sexuelle. Et que la condamnation sociale était donc injustifiée.

Les camps de concentration

Cependant, avec l’apparition du national-socialisme, les persécutions ont repris. Sous le régime nazi, des dizaines de milliers d’homosexuels ont été arrêtés. Ils étaient marqués d’un triangle rose et transportés dans des camps de concentration. C’est un coup dur pour le mouvement d’émancipation, qui stagne pendant environ deux décennies après la guerre.

Malgré les recherches pionnières d’Alfred Kinsey, qui a affirmé en 1948 que l’orientation sexuelle de l’être humain n’est presque jamais exclusivement homosexuelle ou hétérosexuelle, l’opinion publique est restée sceptique. Quelques années après l’échelle de Kinsey, le président Eisenhower a même émis un décret interdisant aux homosexuels les emplois fédéraux. Cette interdiction se poursuivra pendant encore vingt ans.

Les petites réussites

Parallèlement, la communauté a également remporté quelques réussites. En 1958, par exemple, la Cour suprême des États-Unis a décidé que le bureau de poste américain était tenu de livrer le premier magazine gay, ONE : The Homosexual Magazine. Il s’agit là d’une étape importante, tout comme le fait qu’en 1961, l’Illinois a été le premier État à abolir les « lois anti-sodomie », l’homosexualité n’étant officiellement plus un crime.

Mais pour les personnes LGBT+ ordinaires, la situation n’est pas restée tout à fait rose. Dans les banlieues américaines et les quartiers et bidonvilles européens, ils étaient régulièrement victimes de harcèlement, d’abus et d’exclusion. Dans le New York progressiste, les homosexuels n’étaient même pas autorisés à boire de l’alcool dans les bars et devaient s’asseoir loin des autres clients.

lgbtq

La marée rose

Les illustres années 1960 se sont avérées être une véritable marée rose. Le moment emblématique ? Lors des émeutes de Stonewall en 1969. Lorsque la police a fait une descente dans le bar gay Stonewall, le mouvement gay a pour la première fois opposé une résistance sérieuse. Ils ont lancé des bouteilles, des bagarres ont éclaté et ils ont scandé des cris tels que « gay power ! » Les émeutes ont duré six jours et ont conduit à la première parade de la Gay Pride en 1970. Le mouvement de défense des droits des homosexuels prend alors toute son ampleur.

Dans d’autres pays aussi, les choses ont commencé à bouger. Avant même les émeutes de Stonewall, par exemple, une manifestation a eu lieu au Binnenhof, aux Pays-Bas. Pourquoi ? L’homosexualité était considérée comme un dysfonctionnement, quelque chose de pervers vers lequel les jeunes étaient séduits. En raison de ce mode de pensée homophobe, la limite pour les rapports sexuels entre homosexuels était de 21 ans, au lieu de 16 ans pour les hétérosexuels. Une centaine de personnes ont manifesté pour un allègement de la limite d’âge, et ce avec succès. En 1971, l’article controversé de la loi a été supprimé.

Des manifestations hautes en couleur

Alors que dans les années 1950 et 1960, les homosexuels n’osaient pas afficher leur orientation sexuelle, la situation a complètement changé dans les années 1970. Des marches et des manifestations ont eu lieu pour abolir les lois anti-gay et protéger les homosexuels de l’oppression dans les écoles, dans la rue et dans leur environnement social.

Vêtus de couleurs vives et affichant ouvertement leur homosexualité, les manifestants sont descendus dans la rue pour revendiquer leur droit d’être qui ils sont. Avec réussite, puisque de plus en plus de pays ont aboli la répression de l’homosexualité. Et la classification américaine des maladies mentales (DSM) a également retiré l’homosexualité de sa liste de troubles mentaux en 1973.

SIDA et mariage gay

Malheureusement, le sida a été un véritable coup dur pour la communauté gay. Au début des années 1980, la maladie était particulièrement répandue parmi les homosexuels et les toxicomanes, alimentant la peur, l’incompréhension et la haine. La solidarité au sein de la communauté se renforce, mais pour le monde extérieur, cette « maladie gay » confirme tous les préjugés latents sur l’homosexualité.

Pourtant, dans les années 90 qui ont suivi, l’opinion publique est lentement mais sûrement devenue plus positive. Les personnes ouvertement gay ont conquis le monde culturel et la représentation des homosexuels dans les médias est devenue de plus en plus naturelle. Le point fort de cette phase ? Le mariage gay ! Les Pays-Bas ont connu la première mondiale en 2001, lorsque Anne-Marie et Hélène sont devenues le premier couple d’homosexuels à se dire « oui ».

Où en est le mouvement LGBT+ aujourd’hui ?

De nombreux progrès ont été réalisés ces dernières années. Dans l’Union européenne, par exemple, un consensus a émergé sur les droits de l’homme de la communauté LGBTQ+, qui a été suivi par une série de lois.

Voici quelques exemples. Le mariage entre personnes de même sexe a été légalisé, il existe une égalité des droits dans les domaines de l’emploi et du logement, et la protection contre l’homophobie et la transphobie est pour la plupart établie. Il existe également le droit à la libre sexualité, le droit à l’adoption et le droit au changement de sexe. De nombreuses entreprises ont des « tables roses » et des « Pride communities », et les écoles s’engagent activement à faire de la diversité sexuelle un sujet de discussion.

Une fine couche de vernis

Pourtant, selon Laurens Buijs, maître de conférences en études de genre à l’université d’Amsterdam, nous n’en sommes pas encore là. Il souligne que, même dans des pays progressistes, de nombreux jeunes LGBT+ souffrent de dépression, de troubles alimentaires et de toxicomanie. Et qu’ils ne peuvent toujours pas marcher dans les rues en toute sécurité.

Le fait que les agressions à l’encontre des personnes LGBT+ sont d’une inquiétante banalité ressort également de ces chiffres. Par exemple, le COC néerlandais a découvert que le nombre d’incidents de discrimination et de violence avait considérablement augmenté en 2018 par rapport aux dix années précédentes. Environ sept personnes LGBTQ+ sur dix subissent des violences physiques et verbales. Et dans les cantines de football, les émissions-débats et les spectacles de cabaret, « gay » est encore trop souvent assimilé à une insulte. Vu sous cet angle, notre tolérance semble être une fine couche de vernis.

Les pays homophobes

Parallèlement, la France représente un modèle d’ouverture d’esprit. Par rapport à des pays manifestement homophobes comme la Hongrie et la Russie. En Russie, par exemple, une loi est en vigueur depuis 2013 interdisant la « propagande en faveur des relations sexuelles non traditionnelles ».

La Hongrie est montée d’un cran au début de l’année en interdisant les livres, les films et autres médias à contenu homosexuel. Ainsi que les publicités mettant en scène des personnes homosexuelles ou transsexuelles. Les écoles risquent une amende de 300 euros si quelqu’un venait à donner des informations sur les sujets LGBT+. Malgré toutes les manifestations et l’indignation politique, la communauté LGBTQ+ qui y réside croule sous des lois qui la renvoient plusieurs décennies en arrière.

Il y a encore du pain sur la planche !

Bien que de nombreux progrès aient été réalisés à l’échelle mondiale, l’homosexualité reste un tabou bien ancré dans plusieurs pays. Et les personnes LGBT+ sont encore trop souvent victimes de discrimination, d’exclusion et même de persécution.

Le chemin à parcourir est-il encore long ? Oui, et ce travail commence par la connaissance et la compréhension de l’histoire. Célébrons le Mois de l’histoire LGBT !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

350 vues

Écrit par

La masturbation à deux, communément appelée « travail de la main », consiste à stimuler le pénis de son partenaire à l’aide de la main. Cette pratique se distingue de l’auto-masturbation par le fait qu’elle est réalisée par une autre personne. Les techniques varient en fonction du nombre de doigts…
350 vues
445 vues

Écrit par

Le lavement anal, souvent entouré de tabous et de malentendus, mérite une place dans les discussions ouvertes sur la santé et le plaisir sexuel. Chez Adam et Eve, nous croyons à l’importance de s’informer correctement pour profiter pleinement de …
445 vues