Jetez un oeil dans notre boutique

Le slut-shaming, c’est quoi ? Et comment y faire face ?

17 mars 2021,

written by

Salope, traînée, catin, banga. En tant que femme, vous ne devez pas trop exprimer votre sexualité, car vous serez alors définitivement cataloguée avec l’un de ces mots. Ce phénomène est mieux connu sous le nom de « slut-shaming ». Et il est temps de changer cela.

D’où vient le slut-shaming ?

Le slut-shaming existe depuis des siècles. Enraciné dans les relations sociales et culturelles des sociétés, il enferme les femmes dans une attente imposée de ce que signifie être une femme. Vous ne vous y conformez pas ? Alors, en tant que femme adultère au 17ème siècle, vous receviez un A rouge vif accroché à votre poitrine. Et, en tant que fille sexuellement active au 21ème siècle, vous êtes classée sur des bangalistes en ligne.

Malheureusement, ces rôles de genre imposés sont un phénomène qui persiste. Alors que les hommes ont été les chefs de famille pendant des siècles, la valeur des femmes était déterminée par leur capacité à gérer docilement leur foyer. La deuxième vague féministe a mis fin à ces schémas ancrés et la révolution sexuelle qui l’a accompagnée a renforcé les femmes dans l’idée qu’elles étaient bien plus que de simples êtres sexuels qui avaient tout autant droit à la liberté sexuelle que les hommes.

Partis conservateurs

Les femmes prenaient joyeusement la pilule, avaient des rapports sexuels en toute liberté et étaient enfin maîtres de leur destin. Mais après quelques décennies de liberté et de bonheur, la pudeur et la culpabilité entourant le sexe semblent s’immiscer à nouveau. Lorsqu’il s’agit de sexe libre, les hommes sont des playboy tandis que les femmes sont mépriser par les bangalistes et le slut-shaming en ligne.

Ce slut-shaming est omniprésente dans notre société. Des partis conservateurs qui préfèrent voir les femmes derrière la loi aux mouvements anti-avortement qui affirment que le droit à l’avortement encourage les « comportements sexuels transgressifs ». De même, la notion omniprésente selon laquelle une fille ne doit pas s’habiller de manière trop « salope », sous peine d’être agressée ou violée, est un exemple du slut-shaming.

Deux poids, deux mesures

Alors qu’est-ce qui fait de toi une salope ? Il n’y a qu’une seule règle simple pour cela : il faut être une femme. Les hommes sexuellement actifs semblent être immunisés contre ce genre de termes offensants et sont plutôt encouragés par des mots comme casanova, charmeur ou joueur.

Deux poids, deux mesures ? Oui, on sent bien la différence entre le type qui crie ses conquêtes sexuelles sur tous les toits et la fille qui cache minutieusement ses derniers ébats au monde entier parce qu’elle ne veut pas être considérée comme une salope.

Parce que, oui, les réactions sur les filles et les femmes qui transgressent les attentes entourant la sexualité ne sont pas douces. Elles sont critiquées, humiliées et exclues, ce qui est devenu un problème majeur ces dernières années, notamment en ligne. Mais même dans d’autres espaces, les femmes et les filles se sentent régulièrement exclues lorsqu’elles ne répondent pas à certaines normes.

Pensez à la rapidité avec laquelle vous serez ridiculisée si vous vous présentez avec un t-shirt très décolleté, que ce soit en classe, dans l’amphithéâtre ou au bureau.

Un jeu ancestral

L’origine de tout cela ? Elle réside dans les relations inégales entre les hommes et les femmes. Les garçons sont félicités pour le sexe, les filles sont condamnées pour cela. Si vous ne vous comportez pas comme une femme, vous êtes étiquetée comme une salope.

Il n’est même pas nécessaire de partager le lit avec des dizaines d’hommes pour être qualifiée de salope, cela peut aussi arriver quand on est trop dévergondée et qu’on ne joue pas le jeu ancestral entre hommes et femmes. Tout comme une femme est rapidement sifflée si elle ose exprimer une opinion claire et sans compromis, vous êtes parfois impitoyablement punie si vous prenez votre sexualité en main.

Script de genre

Leora Tanenbaum, une féministe qui, en 1999, a été la première à proposer le terme slutbashing, devenu ensuite slut-shaming, est d’accord avec ce constat. Dans son livre « Slut! Growing up female with a bad reputation », elle affirme que le mot « salope » fait référence à une femme qui s’écarte des idées traditionnelles sur la sexualité féminine.

Cette femme n’est pas nécessairement de mœurs légères, mais elle ne suit pas le « script de genre » standard, ce qui semble être une raison justifiable pour certaines brutes de la rabaisser ensuite par des ragots, des médisances et des rumeurs de débauche sexuelle.

Comment nous intériorisons le slut-shaming

Parce que ce « script de genre » est vieux de plusieurs siècles, nous sommes presque inconscients du fait que nous vivons selon ses normes. Dès leur plus jeune âge, les filles apprennent à se méfier des garçons, à ne pas agir de manière trop frivole ou sexy, et que, en gros, elles sont des marchandises endommagées si elles ont des relations sexuelles avant le mariage.

Même si vous avez été élevée librement, vous recevez le message des films, des médias, des amis et de la société dans laquelle nous vivons que le sexe effréné fait de vous une salope. Ce message s’installe involontairement dans votre subconscient et fait que de nombreuses femmes se sentent coupables de leur désir.

De cette façon, le sexe devient quelque chose que les femmes font pour quelqu’un d’autre et non pour elles-mêmes. « Parce que si tu le faisais pour toi, tu serais une salope ». Le Walk of shame (la marche de honte) n’est pas pour rien une expression américaine pour les filles qui rentrent chez elles après une soirée et qui doivent apparemment se sentir sales et honteuses. Pour les garçons, il n’y a pas de synonyme.

Les femmes qui se stigmatisent entre elles

Avant de penser que nous, les femmes, sommes toutes victimes de hordes d’hommes malveillants : nous pouvons aussi beaucoup nous juger entre nous. Le slut-shaming est pratiqué aussi bien par les hommes que par les femmes.

Lorsque les filles et les femmes marquent leurs partenaires sexuels, elles le font généralement par insécurité, par jalousie ou pour éviter leur propre stigmatisation. C’est un phénomène que l’on voit souvent dans les films typiques des lycées, et une étude américaine de 2004 menée par les sociologues Elizabeth T. Armstrong et Laura T. Hamilton a révélé que ces films sont plutôt véridiques.

L’échelle sociale

La grande surprise de la recherche sur les campus américains ? Le slut-shaming parmi les étudiantes n’est pas nécessairement liée à un comportement sexuel réel, mais bien plus aux différences de classe sociale. Les filles qui traitent les autres filles de salopes veulent assurer leur place dans l’échelle sociale. Ce sont souvent les filles populaires qui dénigrent et humilient leurs partenaires sexuels issus de milieux sociaux ou économiques moins privilégiés, afin de renforcer leur propre position.

L’université de Cornell a également étudié la relation entre le slut-shaming et les femmes. Les chercheurs ont créé une personne fictive, Joan, et ont présenté son cas à deux groupes de femmes. Ils ont dit à un groupe que Joan avait eu deux partenaires sexuels et à l’autre groupe qu’elle avait couché avec vingt hommes. Résultat : les femmes ont jugé la Joan « aux mœurs légères » comme étant « moins compétente, moins stable sur le plan émotionnel et moins chaleureuse » que la Joan qui n’avait eu des relations sexuelles qu’avec deux hommes.

Ce double standard séculaire est donc aussi fermement ancré dans nos esprits.

Le slut-shaming en ligne

Il est évident que les réseaux sociaux sont un lieu de prédilection pour le slut-shaming. Internet est sans doute l’endroit le plus visible où la stigmatisation sévit. De temps en temps, nous sommes choqués par la nouvelle qu’une jeune fille se suicide parce qu’elle s’est retrouvée sur la toile avec des photos dénudées ou des captures d’écran de conversations personnelles.

Même dans ce cas, le tollé public est ambigu. D’une part, les garçons sont condamnés pour avoir poussé ces filles dans leurs retranchements. D’autre part, il y a le sentiment qu’en tant que fille, vous l’avez un peu cherché. Après tout, vous n’auriez pas dû prendre ou partager des photos nues de vous-même.

Bombes à hormones sans conscience

Apparemment, nous pensons encore inconsciemment que les garçons et les hommes sont des bombes à hormones sans cervelle qui ne peuvent s’empêcher d’agresser, violer ou intimider en ligne lorsqu’ils sont confrontés à un morceau de peau nue. Ou qu’ils ne peuvent pas faire grand-chose contre l’envie de conquête sexuelle, parce que c’est tout simplement ancré dans leur libido refoulée.

Cette façon de penser n’est pas seulement une insulte aux hommes, mais elle limite également notre sexualité en tant que femmes. Parce que nous apprenons que nous devons être chastes et discrètes. Et parce que nous nous rendons souvent responsables en premier lieu d’une agression ou d’un viol.

C’est là où la pensée conventionnelle sur les relations homme-femme nous mène.

Bangalistes

Les réseaux sociaux sont également un lieu de prédilection pour les bangalistes, où les hommes classent les filles qu’ils considèrent comme les plus salopes. En 2016, le syndicat étudiant Vindicat a fait l’objet d’une actualité négative parce que certains étudiants masculins avaient jeté sur internet une telle liste, complète avec les photos, les noms et les numéros de téléphone de vingt-deux étudiantes.

Comme si cela n’était pas assez écœurant, le recteur est allé encore plus loin en qualifiant l’incident de « mauvaise blague d’étudiant ». Oui, les personnes impliquées ont dû rendre des comptes, mais si l’on considère que, depuis lors, plusieurs anciennes membres féminines ont déclaré qu’elles étaient régulièrement traitées de salopes et de putes, on ne peut s’empêcher de penser que quelque chose ne tourne pas rond dans ces associations.

Les rituels de bizutage

Milou Deelen, l’ancienne étudiante qui a mis en ligne en 2015 une vidéo dans laquelle elle revendiquait sa sexualité, a même évoqué des rituels de bizutage au cours desquels on criait aux membres du corps masculin que « toutes les femmes étaient des putes » et qu’ils devaient « en prendre autant que possible ». Les femmes ? Elles devaient s’y « conformer ».

Dans son message sur Facebook, elle explique que chaque année, des dizaines de garçons de fraternité chantent une chanson sur « la fille la plus médiocre de l’année » et que cette fois, c’est elle qui a été choisie. « J’ai eu profondément honte et je me suis sentie humiliée. Quand je les ai confrontés, ils m’ont dit que c’était juste une blague. Je n’ai pas ri une seule fois. »

Deelen est devenue la cible d’insultes sexistes sur les réseaux sociaux après sa courageuse vidéo.

« Exposer » les femmes

Un autre phénomène douteux est « l’exposition » des filles et des femmes dans des groupes d’application. Ils disent que ces filles ont fait quelque chose de mal : quelque chose de louche que ces hommes, en tant que phares de la moralité, doivent mettre en lumière.

Qu’est-ce qu’elles ont fait de mal ? Elles ont un jour envoyé une photo dénudée à un désormais ex-petit ami, sont allées à une fête habillées de manière un peu trop dénudée, ou ont rejeté sans équivoque un de ces hommes.

Si un tel homme a l’impression qu’on lui marche sur les pieds après ça, les problèmes commencent. Des histoires abracadabrantes sur la jeune fille sont mises en ligne et sa vie entière est partagée par toutes sortes de canaux sociaux. Afin que le public puisse se lâcher sur sa prétendue indécence.

Les conséquences émotionnelles pour la jeune fille sont peu prises en compte. Après tout, ce n’est qu’une salope…

Stop au slut-shaming

Le bashing en ligne et les bangalistes sont le symptôme d’un problème plus profond. La manière dénigrante dont les femmes et leur sexualité sont discutées ne se produit pas seulement dans les associations étudiantes, mais partout. Dans les cantines de football, dans les soirées d’entreprise où l’on boit un peu trop d’alcool et à la télévision.

Que se passe-t-il si une femme dit qu’elle ne trouve pas du tout les blagues ambiguës drôles ? Elle est alors sans humour. Alors qu’elle a parfaitement le droit de ne pas rire de quelque chose d’aussi humiliant que le slut-shaming. Certaines femmes veulent s’approprier le terme « salope » comme une sorte de slogan. Comme les femmes qui ont participé à la Slut Walk au Canada, après qu’un policier ait déclaré que les femmes peu vêtues provoquaient le viol. Il s’agit en soi d’un noble effort, si ce n’est que le terme est tellement chargé de négativité et de dénigrement qu’il semble impossible de le présenter de manière positive.

L’identité en jeu

Parce que le mot « salope », ça fait quoi ? Il intimide toute femme qui ose sortir de son script de genre et réclamer sa sexualité. Il nous avertit que nous devons nous conformer aux normes étroites de la sexualité féminine qui nous ont été imposées pendant des siècles.

Mais nous ne sommes pas des créatures inférieures qui ont besoin d’être remises à leur place sexuellement. Dans notre société actuelle, la valeur et le caractère d’une femme sont tellement liés à sa sexualité qu’un gros mot comme « salope » généralise toute son identité et la réduit à cela.

Ce serait mieux si aucune femme n’avait à entendre ce mot à nouveau. Et si nous pouvions enfin laisser derrière nous les idées conventionnelles sur les relations homme-femme. Mais il faudra beaucoup d’activisme à la manière du mouvement #MeToo pour se défaire de ces concepts bien ancrés.

Lire aussi : Catcalls : grossier dans la rue, sexy dans la chambre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

21 vues

Écrit par

Horoscope amoureux du Lion : comment les étoiles s’alignent-elles pour les Lions optimistes en matière d’amour, de relations, de rencontres et de sexe ? Le grand horoscope amoureux et sexuel du Lion révèle comment ce signe astrologique fonctionne en tant que partenaire et au lit, ce que les…
21 vues
64 vues

Écrit par

Choisir un lieu pour un premier rendez-vous peut être un véritable défi. Il est crucial d’éviter les silences malaisants ou les activités trop extravagantes qui pourraient incommoder une personne que l’on découvre tout juste. Voici une sélection d’idées pour un rendez-vous initial qui promet d’être mémorable…
64 vues