Jetez un oeil dans notre boutique

8 507 views

Histoire érotique : un nouveau départ

5 janvier 2022,

written by

Je descends la Cinquième Avenue, emmitouflée dans mon manteau d’hiver, mon chapeau sur la tête et mes gants chauds. Le réveillon du Nouvel An vient de passer et je me sens très cosmopolite. Comme ça, à New York, un jour de congé, je peux encore m’imprégner de l’ambiance de Noël. Il commence à faire nuit, il neige et les lumières ajoutent à l’atmosphère. J’ai l’impression d’être sur le plateau de The Bold Type, sauf que le Richard sexy est toujours absent.

Je fais le tour du Rockefeller Center pour admirer une dernière fois l’arbre de Noël. C’est mon endroit préféré à New York ! Vous pouvez trouver tout ce dont vous avez besoin sur la Cinquième Avenue : toutes les grandes maisons de couture y ont leur magasin phare. Cela me donne un sentiment magique et puissant : un jour, je ferai moi aussi mon shopping ici ! Il fait un froid glacial aujourd’hui, mais je me promène tranquillement derrière les autres touristes. Ils regardent les spectaculaires vitrines de Noël. Et c’est exactement pourquoi je suis ici.

Il m’a regardé et a souri timidement

Je suis arrivée à New York il y a une semaine. Et juste avant ça, juste avant Noël, mon petit ami m’a quitté. Il n’aimait pas l’idée que j’aille à New York pendant quatre mois pour mon stage. J’ai pleuré pendant plusieurs jours, mais maintenant je suis hyper en colère. Heureusement, New York est l’endroit parfait pour surmonter mon chagrin d’amour. Je loue une chambre dans un quartier de Brooklyn qui semble devenir branché, mais qui ne l’est pas encore tout à fait.

C’est la seule chose que je pouvais me permettre et je me rends donc tous les jours à Manhattan pour mon stage. Je travaille pour un magazine en tant que stagiaire rédactrice de mode : c’est vachement Le Diable s’habille en Prada. C’est un rêve devenu réalité pour moi, qui ai 22 ans ! Mais je travaille aussi de longues heures et je voyage. Voyager est un jeu d’enfant : en métro. Hier, un bel homme s’est assis en face de moi : une belle peau hâlée, de beaux yeux bruns et le crâne rasé, je l’ai vu quand il a enlevé son chapeau. Il m’a regardé et a souri timidement dans son écharpe. Nous sommes descendus à la même station de métro, mais je l’ai perdu de vue lorsque je me dirigeais vers le supermarché pour aller faire mes courses.

« Salut, je suis votre voisine du dessus »

Il fait terriblement froid dans la maison, je le remarque en rentrant. Nous avons un chauffage à régulation centrale, donc il y a clairement quelque chose qui ne va pas. J’envoie un message à ma mère : « Pas de chauffage, qu’est-ce que je dois faire ? » Heureusement qu’elle est encore réveillée, elle me répond immédiatement : « Vois avec tes voisins si ils ont aussi le même problème et sinon, appelle le propriétaire. » Bonne idée, je décide d’aller voir mes voisins du dessous.

Lorsque la porte s’ouvre, le bel homme du métro se tient devant moi. Il me regarde d’un air interrogateur – et surpris. « Salut, je suis votre voisine du dessus », bégaie-je, tout aussi surprise. J’explique que je viens d’emménager, que j’ai des problèmes de chauffage et que je ne sais pas quoi faire. Je lui demande alors si lui aussi a des problèmes de chauffage. Il me dit que non, mais il m’invite à prendre une tasse de thé pour me réchauffer. Nous discutons dans sa chambre : il s’appelle Kobe, il vient d’un village du Michigan et il a 30 ans. Son style est exactement ce que j’aime voir chez un homme : branché et soigné. Au bout d’une heure, je le remercie pour le thé et rentre chez moi pour dîner.

« C’est un match »

Le soir même, je m’installe sur le canapé sous une couverture. Je pense à Kobe et je me demande s’il est sur Tinder. Excitée, j’ouvre l’application. Et oui : après quelques swipes, j’aperçois mon beau voisin. Sur sa photo de profil, il a encore des cheveux et sur une autre photo, je le vois en maillot de bain dans un endroit tropical. Bonjour beau gosse ! Je le swipe vers la droite. Toute excitée par ce que j’ai vu et à cause du froid, je décide d’aller dans mon lit. D’une main, j’allume une vidéo sur Pornhub mettant en scène un bel homme brun, de l’autre je tiens mon vibromasseur. Je ne jure que par mon vibromasseur à pression d’air : en quelques minutes, il me procure un délicieux orgasme, stimulée par les vibrations, le film et mes pensées sur les tablettes de chocolat de Kobe. Peu après, j’ouvre à nouveau Tinder par curiosité. J’ai un match ! Pendant que je réfléchis à une phrase d’accroche, Kobe m’écrit : « Salut ma belle, ravi de t’avoir rencontrée cet après-midi. Tu veux prendre un verre ? » Je n’ai plus envie de sortir du lit, alors nous prenons rendez-vous pour demain soir.

Je porte ma plus belle culotte

Toute fraiche et épilée, je me tiens devant le miroir le lendemain soir. J’ai l’air pas mal, avec mes cheveux lâchés, un fard sur mes joues et mes seins bien visibles : sans soutien-gorge sous un petit haut. Pour l’occasion, j’ai mis ma plus belle culotte. « Wow, tu es superbe, me dit Kobe quand je lui ouvre la porte. Je l’invite à entrer, car je dois encore mettre mon manteau. En allant chercher mon manteau, je l’aperçois me regarder dans le miroir. Il semble apprécier mes fesses et j’ai la sensation d’être au contrôle. « Tu aimes ce que tu vois ? », je lui demande. Il sourit timidement et passe son pouce sur sa lèvre inférieure : « Oui, beaucoup. »

Je n’ai plus vraiment envie de sortir dans le froid. Au lieu de ça, je m’approche de lui et je l’attrape avec mon écharpe. Je le tire vers moi et lui demande : « Tu veux rester à la maison ? » Il répond à ma question par un baiser sur ma bouche, puis un autre. Puis il ouvre prudemment sa bouche et touche ma langue avec la sienne. Mon écharpe est étendue sur le sol, avec mes mains je tiens son cou. Pendant ce temps, les siennes explorent mes fesses. Il les malaxe comme de la pâte et me sert fermement contre son membre tout dur. Est-ce vrai que les hommes à la peau foncée ont de plus gros pénis ? Je suis curieuse de savoir.

Il s’assied sur le sol, tandis que ses lèvres explorent mes tétons

Kobe ne perd pas de temps : ses mains glissent sur tout mon corps, tandis qu’il marche à reculons vers le canapé. Il s’assoit et me tire sur ses genoux, tandis que ses mains enlèvent mon haut. Quand il voit que je ne porte pas de soutien-gorge, il fait un signe de tête approbateur. Ses doigts explorent la peau blanche de mes seins et pincent délicatement mes tétons.

Pendant ce temps, je frotte ma vulve sur son pénis. Nous nous embrassons fougueusement jusqu’à ce que, d’un seul geste, il me soulève et me couche sur le dos. Il s’assied à genoux sur le sol, tandis que ses lèvres pleines explorent mes tétons. Sa main est maintenant entre mes jambes, je ne peux rien faire d’autre que de profiter. Pour l’encourager, j’ouvre mon jean et je l’aide à l’enlever. Je me sens vulnérable : nue, à l’exception d’une petite culotte, avec cet homme si sexy. Ses yeux bruns s’embrasent et il me demande : « Ça va ? » Surprise, j’acquiesce. Je n’avais jamais vu un homme demander ça pendant l’acte. Je le tire vers moi pour l’embrasser. Avec mes mains, je détache sa ceinture et le bouton de son pantalon.

« J’irais doucement », promet-il

D’un seul geste, son pantalon tombe et il retire son pull et sa chemise. Hiver ou pas, Kobe est en forme. Debout devant moi, avec ses abdominaux musclés et son gros pénis dur, il crée encore plus d’excitation que celle que je ressentais déjà. Je remarque que je suis trempé et je me rallonge. Il est beaucoup plus grand que ce que j’ai jamais eu et je le lui dis. « J’irais doucement », promet-il en sortant un préservatif de sa poche. « Dis-moi quand c’est trop. » J’acquiesce et je sens qu’il pose son gland contre mon intimité.

Il glisse de haut en bas entre mes lèvres, avant de me pénétrer doucement. Je gémis : de plaisir et d’excitation. Avec de longs et profonds coups, il pousse doucement de haut en bas, tout en m’embrassant dans le cou. Je bouge mes hanches et chuchote : « J’en veux encore plus. » Sans plus attendre, il se met à genoux et avec ses mains, il maintient mes hanches en l’air. Ses à-coups sont de plus en plus rapides, je porte ma main à mon clitoris. Je me touche un peu timidement. Mais lorsque je vois son regard enthousiaste, j’y vais à fond aussi. Quel spectacle : j’apprécie énormément ce bel homme avec son gros pénis. Je n’ai jamais eu une sensation aussi complète auparavant et ça rend le sexe encore meilleur.

Une nouvelle année, un nouveau départ

Mon clitoris commence à palpiter et je sens que mon orgasme approche. Je frotte mon clitoris de plus en plus fort, tandis que Kobe joue avec mes seins tout en me pénétrant. Avec un soupir, je jouis pendant qu’il continue. Puis soudain, il s’arrête et dit : « Retourne-toi, s’il te plaît. » Il veut me prendre en levrette : ma position préférée ! Heureuse et excitée, je me mets à quatre pattes, jusqu’à ce que je sente soudain qu’il écarte mes lèvres avec ses mains et qu’il me lèche. Mon clitoris est encore super sensible depuis mon orgasme et la langue de Kobe me procure une sensation sans précédent. Il me lèche jusqu’à ce que je jouisse à nouveau.

Mes gémissements l’excitent encore plus : il est prêt à jouir à son tour. Avec un nouveau préservatif, il s’assoit sur le canapé derrière moi et se glisse à nouveau doucement. De cette façon, il me pénètre profondément et je remarque qu’il se retient. Je l’encourage à me pénétrer encore plus fort. Ce qu’il fait volontiers, puis au bout d’une minute, un râle se fait entendre. Il s’agrippe fermement à mes fesses pendant qu’il jouit. On se câline, puis on s’habille. Il me donne un baiser sur la joue et me demande mon numéro de téléphone. Demain, nous irons vraiment prendre ce verre. Une nouvelle année : un nouveau départ. Avec l’homme de mes rêves à New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

350 vues

Écrit par

La masturbation à deux, communément appelée « travail de la main », consiste à stimuler le pénis de son partenaire à l’aide de la main. Cette pratique se distingue de l’auto-masturbation par le fait qu’elle est réalisée par une autre personne. Les techniques varient en fonction du nombre de doigts…
350 vues
445 vues

Écrit par

Le lavement anal, souvent entouré de tabous et de malentendus, mérite une place dans les discussions ouvertes sur la santé et le plaisir sexuel. Chez Adam et Eve, nous croyons à l’importance de s’informer correctement pour profiter pleinement de …
445 vues