Jetez un oeil dans notre boutique

1 549 vues

Est-ce qu’une relation non-monogame consensuelle peut fonctionner ?

29 mai 2021,

written by

Dans la société occidentale, nous avons tendance à considérer la relation monogame comme la norme. Tout ce qui s’en écarte est mal. Et que si vous ressentez le besoin d’être intime avec quelqu’un d’autre, c’est qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans votre couple. C’est dommage, car le fait de savoir qu’il n’y a pas que la relation monogame, donnerait à beaucoup de gens l’espace nécessaire pour explorer ce qu’ils aimeraient faire.

Une relation totalement monogame présente des avantages indéniables : vous éprouvez une sécurité apparente dans votre couple, elle est souvent moins complexe et si des enfants viennent à naître, vous savez au moins avec certitude qui est le père. Mais que vous soyez dans une relation monogame ou non monogame consensuelle (une relation dans laquelle il y a consensus ou accord sur le fait d’avoir des relations ou des contacts avec des personnes autres que votre partenaire) n’affecte en rien la qualité de votre couple.

En fait, les couples qui sont capables de donner une bonne forme à une relation non monogame ont une bonne relation à la base : ils communiquent clairement, savent ce qu’ils attendent l’un de l’autre, sont attentifs à leurs besoins respectifs, discutent de leurs sentiments, osent être vulnérables et sont plus indulgents.

Relations monogame et non-monogame

Lorsque nous parlons de relations monogames, nous décrivons des relations dans lesquelles il existe une exclusivité entre deux partenaires. Les deux partenaires sont censés se concentrer uniquement sur l’autre en termes d’intimité, d’affection et de sexualité. La monogamie domine l’image que nous avons en grandissant de la façon dont les relations se forment. Une relation monogame offre une certaine sécurité : toi et moi, nous sommes faits pour être ensemble. Mes enfants sont les tiens. Nous savons ce que nous pouvons attendre l’un de l’autre. Toi et moi dépendons l’un de l’autre.

Cependant, la monogamie n’est pas la norme dans le monde entier. Il est certain que si l’on regarde l’Histoire, on voit toutes sortes de non-monogamie. La non-monogamie décrit tous les types de relations dans lesquelles cette exclusivité relationnelle n’est pas limitée aux partenaires, du moins pas à tous les égards. En fait, il existe une énorme diversité de relations impliquant la non-monogamie. Certains s’identifient à une relation ouverte, d’autres au polyamour. Certains se rangent sous la catégorie d’échangistes. Tandis que d’autres préfèrent ne s’identifier à rien et veulent faire des choix en fonction de ce qui leur semble bon à ce moment-là.

Par exemple, ils peuvent nouer des relations intimes avec d’autres personnes si cela leur convient, mais ils ne se donnent pas le droit d’avoir des rapports sexuels avec des inconnus. Certains couples façonnent toujours leur relation de manière non-monogame, tandis que d’autres connaissent des phases où ils sont alternativement plus concentrés l’un sur l’autre et parfois sur les autres. En d’autres termes, il existe une énorme diversité en matière de non-monogamie consensuelle.

La monogamie émotionnelle

L’interprétation de la monogamie est différente pour chacun. Il est bon d’en être conscient pour vous-même et votre partenaire. Une interprétation de la monogamie est la monogamie émotionnelle : elle décrit une situation où il y a monogamie en termes de sentiments et d’engagement dans une relation émotionnelle. Il n’y a de place que pour que les partenaires entrent dans une relation émotionnelle. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que les besoins sexuels seront satisfaits. Par exemple, il peut y avoir une relation dans laquelle il y a de la place pour la liberté sexuelle, alors qu’il n’y a absolument aucune place pour entrer dans une relation émotionnelle avec une autre personne.

Initier un autre type de relation non-monogame

Avez-vous déjà pensé à ce que ce serait de pouvoir avoir des rapports sexuelles avec quelqu’un d’autre, ou de pouvoir flirter ouvertement sans que votre partenaire soit jaloux ? Ou que vous puissiez avoir un amant autre que votre partenaire ? Pour beaucoup de gens, cela semble ridicule, surtout parce que nous avons été élevés dans cette mentalité monogame. Mais pour d’autres, cela suscitera aussi la curiosité, et n’êtes-vous pas aussi fidèle à votre partenaire lorsque vous explorez ensemble ?

D’autant plus que nous passons désormais beaucoup plus de temps avec notre partenaire, nos propres besoins sont soudainement beaucoup plus présents et comme il n’y a pas de pression pour y répondre (puisque nous ne pouvons de toute façon pas rechercher activement d’autres personnes) : engagez la conversation. Juste d’une manière curieuse et inquisitrice.

Ce que vous devez prendre en compte

Mettre fin à une relation monogame n’est malheureusement pas aussi facile qu’il n’y paraît. Il ne s’agit pas seulement de tromper avec consentement. C’est une chose complexe où il faut aussi être capable de tolérer l’incertitude. On ne sait jamais exactement comment les choses vont se passer. De nombreux couples sous-estiment cela. Il n’est pas nécessaire de faire de grands calculs, mais si vous vous lancez dans l’aventure trop naïvement, ou à partir d’une mauvaise relation de base, cela peut coûter cher à votre couple.

La base doit être bonne

Ce que vous devez savoir, c’est ceci : La base de votre couple doit être bonne. Il se peut qu’il vous manque des choses, que vous pourriez venir compléter par le contact avec un autre, mais la base doit être bonne. Stable. Aimante. À partir de cette position, prendre des libertés peut être une énorme valeur ajoutée à votre relation. La base peut alors sembler encore plus fine : vous pouvez partager cela ensemble. Si vous le faites pour améliorer votre relation de couple, parce qu’elle ne vous semble pas assez bonne, alors vous devez d’abord travailler sur la base. Il arrive rarement qu’une base moins bonne, devienne soudainement bien meilleure lorsque vous avez des relations avec d’autres personnes.

Essais et erreurs dans une relation non-monogame

Il s’agit d’un processus d’essais et d’erreurs au cours duquel vous allez vivre des situations désagréables ou inconfortables afin d’apprendre ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas. Il est très important d’en parler ensemble. Discutez à l’avance de ce que vous attendez, avant même de passer à l’action. Pour la plupart des couples, c’est un processus qui évolue pendant des années avant de trouver l’équilibre. Il peut également arriver qu’à un moment donné, vous ressentiez le besoin de quelque chose, ou qu’il soit tout à fait normal que votre partenaire ait un certain besoin, mais que cela ne vous convienne plus un peu plus tard. La communication est essentielle ! Vous ne communiquez pas ? Cela aura alors un impact très négatif sur votre relation de couple.

Quels sont vos besoins ?

Il est également conseillé de réfléchir à vos besoins : souhaitez-vous vraiment avoir une relation complète ? Avez-vous besoin d’expériences sexuelles avec d’autres personnes ? Y a-t-il des préférences sexuelles que vous ne pouvez pas suffisamment vivre avec votre partenaire ? Avez-vous besoin d’intimité ou de conversations émotionnelles ? Ou voulez-vous simplement être capable de flirter et de répondre à une attirance sexuelle avec quelqu’un sans que cela n’affecte votre couple ? Il existe beaucoup d’autres besoins qui peuvent vous motiver.

Pour certains, ces besoins sont liés à la découverte de nouvelles choses ensemble. Tandis que d’autres sont liés à vos propres besoins. Les besoins qui vous motivent, vous et votre partenaire, ne doivent pas nécessairement être les mêmes. Il peut y avoir des différences. Si la motivation de votre partenaire vous dérange, essayez au moins d’examiner avec curiosité pour quelle raison il a cette motivation. Mais aussi pourquoi elle vous dérange : pourquoi vos besoins, votre motivation, devraient-ils être meilleurs que ceux de l’autre ?

Restez près de vous-même

Restez près de vous-même ! Ne faites pas de choses stupides parce que votre partenaire vous le demande. Bien sûr, vous pouvez être curieux et le faire quand même, mais ne franchissez pas de limites trop difficiles pour vous. Continuez à être attentifs à vos sentiments. Et votre intuition est souvent bonne, alors utilisez-la. On peut faire la distinction entre une jalousie saine (qui indique que quelque chose ne se passe pas comme on le souhaiterait) et des formes plus extrêmes de jalousie. Cette dernière est presque toujours infondée et destructrice pour votre couple. Ne vous engagez alors pas dans une relation non-monogame. A moins que vous ne vouliez vous mettre au défi et apprendre à tolérer davantage. Et donc apprendre à ressentir moins de jalousie. L’autre forme de jalousie est saine et peut être présente. Même si vous choisissez de donner un peu plus de liberté à votre partenaire.

Apprécier et aimer

Dans un monde parfait, chacun serait autorisé à façonner ses relations comme il l’entend. Pour certains, cela signifie avoir une relation monogame. Dans laquelle ils concentrent tout leur amour, leur sexualité et leur affection sur leur partenaire. Pour d’autres, il s’agit d’une forme plus ouverte. Ce serait merveilleux si nous pouvions donner à chacun cette liberté, même si nous ne la comprenons pas toujours à partir de nos propres besoins. L’idée que chacun soit autorisé à apprécier et à aimer à sa manière sonne tellement plus idyllique que la réalité actuelle.

Lire aussi : Chronique : la monogamie comme saint graal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

2 vues

Écrit par

Ce ne devrait plus être un secret pour personne : les jouets peuvent enrichir incroyablement ta vie sexuelle et apporter de la variété lors de tes ébats en solo ou avec ton·a partenaire. Mais comme pour tout ce qui concerne notre corps, l’hygiène est un aspect important….
2 vues