Jetez un oeil dans notre boutique

2 502 vues

Amants #3

10 mars 2020,

written by

Je sens une sensation de changement dans mon corps, mon corps est vivant. Tout cela depuis nos ébats impromptus au coin du bar, il y a quelques semaines. Mon corps se prépare à vivre beaucoup d’autres aventures. Le désir me brûle comme jamais auparavant.

Novembre 2018
Chaque fois que J. et moi nous nous voyons, une tension presque tangible s’installe entre nous. Lorsque nous faisons du sport, nous veillons à nous entraider. Nous établissons plus de contacts corporels que nécessaire. J’ai envie de ses mains sur mon corps, de ses lèvres dans mon cou et de l’extase qu’il m’apporte. Malheureusement, nous n’avons pas pu trouver un moment au cours des dernières semaines pour remédier à cela. Les choses vont changer dès la semaine prochaine. Ce vendredi soir, je vais chez J. et je vais même rester dormir. Bien que le mot dormir soit discutable.

Le trac du vendredi soir

Ce soir est enfin arrivé, J. et moi allons nous rencontrer. Nous attendons ce moment depuis des semaines ! La tension entre nous est si grande qu’on peut appeler ça un rendez-vous sexuel. Nous parlons de beaucoup de choses et nous nous amusons beaucoup, mais nous voulons d’abord nous débarrasser du désir animal que nous éprouvons l’un pour l’autre.

Je remarque que je suis un peu nerveuse, quelles sont les attentes pour ce soir et cette nuit ? Le sexe sera libre, mais vais-je pouvoir dormir ? Je ne veux pas être disgracieuse dans mon sommeil, ce qui pourrait provoquer une rupture avec J. J’espère pouvoir me détendre sous la douche. Je veux être aussi belle que possible pour J. alors je commence mon rituel de rasage et je prends ensuite soin de mes cheveux et de mon corps. Tout est chronométré pour que, lorsque j’aurai terminé, je puisse partir directement.

Entre

Pour freiner un peu le désir et la nervosité, je veux prendre un moment pour moi dès que je gare la voiture. Malheureusement, J. me voit déjà et je n’ai pas l’occasion de le faire. Avec mon sac pour le week-end sur l’épaule, je marche vers la porte d’entrée. J. me laisse gentiment entrer et referme la porte derrière moi.

Très vite, je sens son excitation contre mes fesses. En me penchant pour poser mon sac, je pousse mon derrière un peu plus près de lui. J. ne change pas d’avis et me tire par les cheveux. Avec sa main libre, il se glisse entre les boutons de mon manteau et saisit ma poitrine. Je ne peux aller nulle part dans ce petit hall où J. me met dans une situation délicate. Je commence à avoir des fourmillements entre mes cuisses et je veux me faire prendre ici. En me retournant avec un certain effort, je regarde J. Ses yeux émettent une faim insatiable pour moi.

Je ne me retiens plus, je laisse tomber mon manteau sur le sol et je laisse J. me regarder pendant deux secondes. Je porte ce qu’il préfère me voir porter : un pantalon serré avec une belle chemise sur le dessus, dans laquelle mes formes ressortent bien. Puis je laisse mes mains glisser dans son pantalon autour de ses fesses et je le tire près de moi. Je veux le sentir. Nous intensifions notre baiser et J. passe ses doigts sur la peau derrière mon oreille. Par mon cou, il se promène jusqu’à mes tétons, sur mon ventre jusqu’au bord de mon pantalon. Entre-temps, il me dit à voix basse que je peux enlever mes vêtements, pour qu’il ait une belle vue sur les escaliers. Excitée, je fais ce qu’il demande.

Contrôle

Je monte les escaliers devant J. et je peux sentir ses yeux brûler sur mes fesses. Les choses ne s’arrêtent pas là, J. laisse ses mains glisser vers le haut de mes chevilles. À l’intérieur de mes cuisses, il passe doucement ses doigts par-dessus le tissu de mon string avant de me donner une petite tape sur les fesses.
Sans m’en rendre compte, je suis déjà au bord de son lit. Excitée et mouillée, j’attends impatiemment la suite. J. aime me dominer quelque peu et je le laisse faire avec beaucoup de plaisir. Sans expérience en la matière, je remarque que cette tension m’excite encore plus.

Je sens la main de J. sur mon dos pendant qu’il détache mon soutien-gorge et fait tomber les bretelles sur mes épaules. Je me tiens ainsi debout, en chemise et en string, le dos tourné vers J. Bien que je ne puisse pas tenir comme ça longtemps, mais pour l’instant je le peux. J. continue de me taquiner, alors qu’il m’oblige à rester debout. Je n’ai pas le droit de me retourner ou de faire le moindre bruit. Au moment où J. remarque que cela devient trop pour moi, il me déshabille davantage et se débarrasse de ses propres vêtements.

Avant que je sois autorisé à bouger, il s’allonge sur le lit. Puis il m’invite à m’asseoir sur lui. Je feins d’écouter, mais finalement je m’abaisse encore plus. Je laisse ma langue passer le long de son aine et je touche délicatement ses boules. Puis je prends son gland dans ma bouche et je le suce. En le laissant disparaître complètement dans ma bouche, je lui masse aussi tendrement ses testicules. Je le sens grandir dans ma bouche et j’apprécie le pouvoir que j’ai sur lui. J. fini par me soulever et me fait m’asseoir sur lui. C’est lui qui détermine le rythme et le mouvement. Au bout d’un certain temps, j’ai les mains libres. Il est à moi et je fais en sorte qu’il ne m’oublie pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

16 vues

Écrit par

16 vues