Jetez un oeil dans notre boutique

Addiction au porno : à quel niveau parle-t-on de pornodépendance ?

16 décembre 2021,

written by

Le porno est partout. Et il l’a toujours été. Depuis les dessins obscènes sur les murs romains jusqu’aux coins louches des vidéoclubs des années 90 et aux Pornhubs d’aujourd’hui. Vous avez probablement téléchargé une vidéo vous-même ou vous êtes peut-être même un spectateur assidu de porno. Mais à partir de quand le fait de se masturber devant une énième scène à l’écran devient-il problématique ? Et existe-t-il une pornodépendance ?

Le porno : les chiffres

Tout d’abord, les chiffres. Les chiffres ne mentent pas ! Pas moins de 30% du trafic Internet est lié à la pornographie. Et oui, c’est beaucoup. Le site pornographique le plus important et le plus populaire est visité pas moins de 4,4 milliards de fois par mois.

Rutgers, le centre néerlandais de connaissances sur la sexualité, affirme que 71 % des hommes et 29 % des femmes regardent occasionnellement du porno. 31 % des hommes admettent le regarder au moins une fois par semaine. Les femmes sont moins fanatiques, puisque seulement 5 % d’entre elles allument un film sexy au moins une fois par semaine.

Et quand on sait que la personne moyenne ne passe que trois à six minutes sur une plateforme d’information, cela en dit long sur le fait qu’elle passe au moins 15 minutes sur un site pornographique.

Une augmentation vertigineuse

Pas besoin d’en faire tout un plat : le porno existe depuis la révolution sexuelle. Et l’explosion d’Internet et des technologies numériques a entraîné une augmentation vertigineuse de la pornographie en ligne. Il n’a jamais été aussi facile de consommer du porno de manière anonyme aux quatre coins du monde.

Les sites pornographiques donnent un accès direct à des images, des courts-métrages et d’interminables séances de gang bang, souvent gratuitement. Il n’est plus nécessaire de se faufiler dans le coin louche du vidéoclub au son des ados qui ricanent au coin de la rue. Grâce à l’internet, vous pouvez regarder ce que vous voulez, quand vous voulez, où vous voulez.

[blockquote style= »pinkxl »]Grâce à Internet, vous pouvez regarder ce que vous voulez, quand vous voulez, où vous voulez.[/blockquote]

Masturbateurs récréatifs

Cela ne doit pas être un problème. La plupart des gens qui regardent du porno ne sont pas des branleurs compulsifs ou des proxénètes. Au contraire, ce sont des masturbateurs récréatifs, qui regardent du porno juste parce qu’ils en ont envie. Ils veulent simplement se défouler ou donner un coup de fouet à leur vie sexuelle. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

Mais il y a des utilisateurs de porno pour qui c’est plus compliqué. Et c’est pourquoi le phénomène est lentement mais sûrement passé à la loupe. Non seulement par les féministes ou les chrétiens, mais aussi par les thérapeutes de couple. Ces derniers ont tiré la sonnette d’alarme en 2002 car, selon eux, la moitié des divorces pouvait être attribuée à la consommation de porno. De nombreux sexologues et thérapeutes affirment également voir un nombre croissant de clients souffrant de problèmes relationnels liés au porno.

Les obsessionnels du porno

La science confirme ce constat : une étude de 2019 suggère que 3 à 6 % des personnes ont des comportements sexuels compulsifs, la pornographie jouant un rôle majeur. Et ce sont ces obsédés du porno qui se masturbent de manière compulsive jusqu’à plusieurs fois par jour qui devraient nous inquiéter.

Ces personnes se tournent souvent vers le porno parce qu’elles sont dans une relation sans sexe, parce qu’elles n’arrivent pas à être intimes avec d’autres personnes ou parce qu’elles ne peuvent tout simplement plus se résoudre à avoir des rapports sexuels puisqu’elles jugent tout autre corps à travers le prisme de ce qu’elles ont vu dans les films pornographiques.

Alors, le porno est-il un passe-temps inoffensif ? Briser la tension, atteindre l’apogée et passer à autre chose ? En soi, oui. Mais pour certaines personnes, il peut conduire à l’obsession et à des problèmes relationnels.

porno kijken

L’addiction au porno

Bien que le porno ne soit pas inclus dans la liste générale des addictions, il ne fait aucun doute que le fait de regarder du porno peut devenir compulsif et que cela peut ensuite entraîner des problèmes relationnels et psychologiques.

Par exemple, des scientifiques suédois ont interrogé 1 913 internautes sur leur utilisation du porno en ligne. Ils ont découvert que 5 % des femmes et 13 % des hommes considéraient leur utilisation comme problématique. Et que 2 % des femmes et 5 % des hommes avaient de graves problèmes en raison de leurs activités sur les sites pornographiques. Pour ces personnes, il s’agit bien d’une addiction au porno.

Élargie et extrême

Pourquoi en est-il ainsi ? Il n’est surprenant pour personne que regarder beaucoup de porno peut conduire à des attentes irréalistes. La plupart des images dans les contenus pornographiques sont élargies et extrêmes. Personne ne peut continuer pendant des heures sans prendre une pilule. Et la plupart des femmes ne sont pas follement excitées par le sperme d’un homme dans leur visage, même si les femmes à l’écran semblent trouver cela très excitant. Mais ces images rendent les spectateurs de porno très conscients de leurs propres pratiques sexuelles et ils peuvent rapidement se demander s’il n’y a pas que cela.

Ils peuvent perdre confiance en eux, ce qui peut entraîner des problèmes d’intimité et de performance sexuelle. Les jeunes qui regardent beaucoup de porno pendant leurs années de formation ont également l’idée qu’il s’agit de rapports sexuels normaux. L’anatomie des stars du porno n’est généralement pas très réaliste non plus : seins et pénis énormes, implants fessiers, pas la moindre trace de poils pubiens et toutes sortes d’astuces d’éclairage pour cacher la moindre fossette ou bosse.

[blockquote style= »pinkxl »]La plupart des images dans les contenus pornographiques sont agrandies et extrêmes. Personne ne peut continuer pendant des heures sans prendre la pilule.[/blockquote]

Ennuyeux et prévisible

Les personnes qui regardent du porno de manière excessive ont besoin de plus de stimulation pour être excitées. Lorsqu’ils sont au lit avec leurs partenaires de la vie réelle, ils n’y arrivent tout simplement plus. Des rencontres sexuelles normales ? Elles deviennent de plus en plus ennuyeuses et prévisibles. Et les accros à la pornographie deviennent de plus en plus insensibles au sexe avec leur partenaire ou avec quiconque.

Comparez cela à la consommation d’alcool. À un moment donné, votre corps s’y habitue et il vous en faut plus pour ressentir l’ivresse. Cela fonctionne de la même manière avec le porno : plus vous en regardez, plus vous en avez besoin et plus il est difficile d’être excité par le vrai sexe, car la barre est placée de plus en plus haut.

De plus, le porno est rapide, facile et impersonnel. L’intimité peut être difficile et parfois même un peu embarrassante. Si vous avez déjà du mal à nouer des relations, le porno peut vous sembler un bon moyen de prendre votre pied. En même temps, vous courez le risque de rendre le seuil d’un véritable contact humain et intime encore plus élevé.

[blockquote style= »pinkxl »]Plus vous regardez, plus vous en avez besoin et plus il est difficile de s’enthousiasmer pour la vraie vie, car la barre est de plus en plus haute.[/blockquote]

te veel porno

Quand parle-t-on d’addiction au porno ?

L’addiction au porno n’est pas nécessairement liée à la quantité de porno que vous regardez, bien que si vous en regardez sept fois par jour, cela peut être révélateur. Mais la fréquence n’est pas le critère principal pour déterminer si une personne a un problème.

Néanmoins, il existe des signes inquiétants dont il faut être conscient :

1 : Vous devenez de moins en moins sociable

Vous préférez fermer vos portes à clé pour passer une soirée tranquille avec votre ordinateur portable, un sex toy et un rouleau de papier toilette ? Et vous trouvez que vous avez de moins en moins besoin de contacts sociaux en dehors de la porte ? Les personnes qui inventent constamment des excuses pour échapper aux activités sociales parce qu’elles préfèrent jouer avec elles-mêmes devraient y réfléchir à deux fois. Tout comme les personnes qui ont du mal à entretenir des relations sociales parce qu’elles sont trop occupées par des films pornographiques, c’est probablement aller un peu trop loin.

En même temps, la raison de votre addiction au porno peut être vos problèmes existants avec la formation de relations. Si c’est le cas, il serait peut-être préférable de consulter un sexologue ou un psychologue.

2 : Vous mentez à votre partenaire

Environ 70 % des gens préfèrent garder leurs habitudes de consommation de porno sous silence. Et c’est tout à fait logique, car elles peuvent être assez taboues. Pourtant, il est problématique que vous ayez trop peur de partager cette partie de votre vie avec votre partenaire. Surtout si vous sentez que le porno devient une obsession pour vous.

Avez-vous remarqué que vous mentez régulièrement sur vos habitudes pornographiques ? Tant que vous n’êtes pas marié à une personne extrêmement critique, cela peut être un signal d’alarme. Essayez d’en parler à votre partenaire ou à quelqu’un en qui vous avez confiance avant que votre addiction au porno ne vienne perturber votre relation.

3 : Vous n’êtes excité que par le porno

Énorme drapeau rouge : vous n’êtes plus ouvert à l’intimité, vous commencez à éviter le vrai sexe et vous préférez vous retirer avec une série de films XXX sur PornHub. Sexuellement, vous êtes complètement absorbé par ce dont sont capables vos stars du porno préférées et vous vous éloignez de votre partenaire.

Il se peut que vous ayez de plus en plus de mal à être excité par des personnes réelles. Si vous avez déjà des rapports sexuels normaux, vous pouvez remarquer que vos désirs sexuels et vos réactions physiques ne sont plus suffisamment déclenchés. Ou que vous êtes plus exigeant, brutal et dénigrant que vous ne le seriez normalement.

Certains spectateurs assidus de porno trouvent même que leur partenaire habituel n’est pas attirant, parce qu’il/elle ne ressemble pas à une star du porno, qu’il/elle ne peut pas ou ne veut pas adopter les mêmes positions, ou parce qu’il/elle ne jouit pas ou n’halète pas comme vous le voyez en ligne. Ils trouvent leur propre vie sexuelle ennuyeuse et leurs attentes en matière de sexe, d’intimité et de partenaires sexuels sont déformées.

[blockquote style= »pinkxl »]Certains spectateurs assidus de films pornographiques trouvent même que leur partenaire habituel n’est pas attirant, parce qu’il ne ressemble pas à une star du porno, qu’il ne peut ou ne veut pas adopter les mêmes positions, ou qu’il ne jouit ou n’halète pas comme vous le voyez en ligne.[/blockquote]

4 : Vous avez l’impression d’être dépendant

Vous pouvez également remarquer que votre comportement pornographique devient problématique sur le plan émotionnel. Les sentiments de colère, de honte, de solitude, d’agitation et d’irritabilité sont relativement plus fréquents chez les personnes qui regardent du porno très souvent. Ces personnes ont aussi souvent du mal à dormir ou à se détendre parce qu’elles sont toujours occupées par leur prochaine « dose ».

Elles ont également l’impression de ne pas avoir le contrôle de leur consommation de porno. Regarder du porno est quelque chose de compulsif, quelque chose qu’il faut faire pour pouvoir continuer sa journée. Lorsqu’ils ont terminé, ils se sentent souvent coupables et sales jusqu’à la prochaine fois que l’envie leur prend. Ils ont l’impression d’être dépendants de la pornographie, et c’est ce qui compte.

Que pouvez-vous faire contre l’addiction au porno ?

C’est relativement simple. Que vous puissiez appeler cela une addiction au porno ou non, vous avez un problème si votre comportement de spectateur interfère avec vos relations et votre vie quotidienne. Si votre travail ou vos études en souffrent parce que vous êtes constamment à la recherche de films pornographiques, ou si vous ne pouvez pas être intime avec votre partenaire parce que vous n’êtes excité que par le porno.

Une dépendance au porno ne signifie pas nécessairement que vous devez vous en passer. Si vous utilisez le porno pour faire face à des situations stressantes, il n’est pas vraiment judicieux d’arrêter immédiatement de regarder du porno. Le problème ne vient pas du porno, mais du stress. Essayez de trouver d’où vient le stress et attaquez-vous aux racines de votre problème. Sortir davantage, avoir plus de contacts sociaux et pratiquer la méditation peuvent également vous aider.

N’ayez pas honte et faites-vous aider !

Vous ne parvenez pas à étouffer votre dépendance à la pornographie dans l’œuf par vos propres moyens ? N’ayez pas honte de demander l’aide d’un psychologue ou d’un sexologue. Ils peuvent vous aider à comprendre votre relation avec le porno et à élaborer des stratégies pour traiter les éventuels problèmes psychologiques sous-jacents.

Encore une fois, le porno est en soi un passe-temps inoffensif et agréable. Vous pouvez le regarder et vous n’avez pas à en avoir honte. Tout comme il n’y a pas à avoir honte lorsque la balance penche du mauvais côté. Demandez de l’aide, afin de pouvoir développer une relation saine avec le porno, votre partenaire et votre vie sexuelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

2 vues

Écrit par

Ce ne devrait plus être un secret pour personne : les jouets peuvent enrichir incroyablement ta vie sexuelle et apporter de la variété lors de tes ébats en solo ou avec ton·a partenaire. Mais comme pour tout ce qui concerne notre corps, l’hygiène est un aspect important….
2 vues