Quand les sextoys s’invitent dans le couple 2/2

Sexologue Claire Alquier

Contrairement à certaines idées reçues, le recours aux sextoys se fait moins en solo qu’en duo… L’usage des sextoys n’est pas réservé qu’à une activité masturbatoire, en effet une étude Ifop révèle que 45% de la population interrogée aurait déjà utilisé un sextoy à deux. Les résultats de cette étude révèlent une forte disposition de la population féminine à utiliser un sextoy dans le cadre conjugal : 75% sont disposées à agrémenter leurs jeux sexuels de la sorte.

Mais alors, parmi la multitude de produits offerts par ce marché, lequel choisir ? 

Pas question de donner une injonction de plus (il y en a suffisamment en matière de sexualité) et de vous inviter à acheter LE sextoy. Il n’y a pas un meilleur sextoy qu’un autre, un qui marcherait par magie à tous les coups et pour tout le monde. Il ne sera donc pas le propos ici de classer et hiérarchiser les sextoys car chaque personne, chaque couple, chaque situation est différente, ce qui sera bon pour vous, ne le sera pas nécessairement pour le/la voisine. Un conseil toutefois : prenez quelque chose qui vous plait et n’hésitez pas à regarder les matières, compositions et productions de vos futurs jouets afin d’en choisir un de belle qualité. Ce sera un peu plus cher, certes, mais il durera plus longtemps et sera bien plus agréable à l’usage.

Si l’on observe un peu ce qu’il se passe juste à côté de nous, on constate que les vibromasseurs et autres sextoys vibrants ont le vent en poupe auprès des françaises. Des sextoys qui ne sont pas forcément pénétrants donc, et qui permettent de jouer avec les zones érogènes du corps, gland du clitoris (mais pas que) en tête. A ce sujet, parmi l’un des objets les plus achetés ces dernières années, l’on retrouve les stimulateurs du gland du clitoris (le fameux Womanizer pour ne pas le citer, mais vous retrouverez d’autres stimulateurs chez d’autres marques, peut être plus accessibles), qui peut être utilisé en solo, en couple, et dans à peu près toutes les configurations érotiques (il peut aussi être utilisé pour stimuler les tétons par exemple). 

De manière générale, il semble que la balance penche pour les sextoys vibrants, puisque les œufs vibrants ou encore les cockrings sont aussi prisés. Ce dernier est notamment très bien pour commencer en douceur, dans un contexte de sexualité pénétrative, où les deux partenaires seraient stimulés en même temps. Les boules de Geisha vibrantes ou encore les œufs vibrants fonctionnent aussi très bien (ces derniers amenant un côté assez ludique puisqu’ils pourront s’utiliser aussi en dehors de la chambre à coucher). 

Les objets non vibrants tels que le godemiché (réaliste ou fantaisiste), les boules de Geisha classiques ou encore le plug anal sont beaucoup moins achetés. Malgré tout, si ces derniers sont les jouets qui vous attirent, vous trouverez également en la matière une grande diversité. 

Finalement, ce qui compte pour faire le bon choix pour soi, c’est de se demander ce qui nous ferait du bien et plaisir, que ce soit sur l’apport érotique dudit objet aussi bien que son esthétique, ses capacités techniques ou son mode de fabrication. N’hésitez pas à lire, écouter, regarder ce qu’il se fait en la matière, à n’en pas douter, vous trouverez chaussure à votre pied ! 

Claire Alquier

"Claire exerce à Paris depuis plusieurs années et travaille avec des publics variés sur des problématiques tout aussi diversifiées (troubles du désir, troubles sexuels, pertes de plaisir, pratiques sexuelles, prévention et réduction des risques, développement de l'érotisme et de la fantasmatique, connaissance et rapport à son corps...). Tous les sujets relatifs à l'intime l'intéressent et elle attache une grande importance au fait de participer, à son niveau, à cette libération de la parole observée en la matière depuis quelques années."

Histoires pertinentes

Répondre ou poser une question

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'apparaîtra pas dans votre commentaire.

1 comment

dubois31000
octobre 31, 2022 4:46

j’aurais une question : étant plus jeune, j’étais consommateur de pornographie et je prenais à me masturber régulièrement devant des films pornos . je n’avais pas de compagne et je dois avouer que je me branlais de manière frénétique, rapide
aujourd’hui je suis en couple et j’ai des problèmes d’érection et d’éjaculation précoce. est ce que cela est du au fait que j’ai consommé du porno étant plus jeune?
merci de votre réponse

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Tags

Suivez-nous!