Jetez un oeil dans notre boutique

1 134 vues

Qu’en est-il du dépistage des IST ?

5 août 2021,

written by

Nous effectuons des tests avant de nous rendre à un festival, avant de partir en vacances et en cas de symptômes : les tests de dépistage Covid-19 sont désormais indispensables. Mais qu’en est-il du dépistage des IST ? Et concernant votre santé sexuelle ?

Dépistage des IST

Le dépistage des IST est évidemment effectué pour savoir si vous êtes atteint d’une maladie sexuellement transmissible. Il existe de nombreux types différents d’IST, dont certains provoquent des symptômes immédiatement, d’autres plus tard. Et parfois pas du tout. En vous faisant tester, vous saurez si vous avez une IST qui nécessite un traitement.

Pourquoi faire un test de dépistage des IST ?

Chaque année environ cent mille personnes sont infectées par une IST en France. Certaines d’entre elles peuvent avoir de lourdes conséquences si elles ne sont pas traitées. Par exemple, si vous avez une chlamydia non traitée, vous pouvez, en tant que femme, souffrir d’infertilité. Heureusement, le risque est faible, mais il est bien réel. Et si vous êtes infecté par l’hépatite B, vous pouvez être malade pendant six mois, puis rester fatigué pendant des mois. Une syphilis non traitée peut également provoquer des symptômes graves après des années, comme des lésions de la moelle épinière, des os, du cerveau et du cœur.

En cette période de tests, il est conseillé de s’intéresser de plus près à sa santé sexuelle. Pourquoi faire un test de dépistage du Covid avant de voyager, mais pas des IST, si vous êtes disposé à avoir une aventure d’un soir ? Le fait est que vous pouvez infecter des personnes sans le savoir si vous ne vous faites pas dépister et si vous avez ensuite des rapports sexuels non protégés. De plus, vous souffrirez bien sûr aussi de symptômes dont vous voudriez vous débarrasser au plus vite.

Lire aussi : Préservatifs vegans, bio, organiques, et plus encore

Dois-je faire un test de dépistage des IST ?

Quand faut-il se faire dépister pour une IST ? Il y a plusieurs raisons de faire ce genre de test.

Des rapports sexuels non protégés

Avez-vous eu des rapports sexuels non protégés ? Dans ce cas, il est recommandé de se faire tester. Cela ne s’applique pas seulement à une relation d’un soir avec un partenaire inconnu, mais aussi si vous avez des rapports sexuels non protégés avec un partenaire stable et que vous n’êtes pas sûr qu’il ou elle ne couche qu’avec vous.

Vous voulez faire l’amour sans préservatifs

La plupart des gens préfèrent renoncer aux préservatifs. Utilisez-vous une autre forme de contraception et souhaitez-vous vous passer de préservatifs en tant que couple ? Dans ce cas, il est conseillé à tous les deux de se faire tester. Ainsi, vous savez que vous pouvez avoir des rapports sexuels sans risque sans préservatif.

Si vous avez été averti par un partenaire ou via le service municipal de santé

Vous pouvez avertir vos partenaires sexuels via le service municipal de santé (de manière anonyme) que vous avez une IST. Cela signifie également que vous pouvez recevoir vous-même un tel message texte. Faites-vous dépister, car si vous êtes prévenu, l’un de vos partenaires sexuels a contracté une IST et vous pourriez l’avoir aussi.

Faites un test de dépistage des IST si vous avez des symptômes

Douleurs ou brûlures en urinant, sang et/ou mucus dans les selles, pertes plus ou moins colorées et odorantes, douleurs abdominales, démangeaisons au niveau de l’anus ou des testicules : tous ces symptômes peuvent indiquer une IST. Avez-vous eu des rapports sexuels non protégés quelques semaines ou mois avant l’apparition des symptômes ? Il est alors conseillé de vous faire tester.

Les IST les plus courantes en France :

  • Chlamydia : c’est l’IST la plus courante chez les jeunes hétérosexuels. Environ soixante mille personnes reçoivent un diagnostic de chlamydia chaque année. Il n’est pas nécessaire d’avoir des symptômes pour cette IST.
  • Les verrues génitales : il s’agit de verrues sur les organes génitaux. Cette IST occupe la deuxième place parmi les IST les plus courantes. Un traitement n’est souvent pas nécessaire.
  • Gonorrhée : se produit le plus fréquemment chez les hommes homosexuels. Chez l’homme, du liquide sort souvent du pénis, c’est pourquoi on l’appelle aussi claque.
  • Herpès : cette IST peut provoquer des cloques ou des plaies. Ce virus reste dans votre organisme, de sorte que les ampoules peuvent réapparaître plus tard, par exemple lorsque votre résistance est moindre en raison d’une maladie ou du stress.
  • Syphilis : se produit souvent chez les hommes homosexuels. Vous pouvez avoir des plaies et des glandes enflées. Une syphilis non traitée entraîne d’autres troubles, comme des taches sur les mains et les pieds ou une sensation de grippe. Des années de syphilis non traitée peuvent avoir de lourdes conséquences, comme vous pouvez le lire plus haut dans cet article.

D’autres IST présentes en France

  • Hépatite B : les hommes homosexuels contractent cette maladie du foie plus souvent que les femmes. Elle est également fréquente chez les toxicomanes qui partagent leurs seringues et chez les personnes ayant un partenaire originaire de pays où l’hépatite B est courante, comme les pays d’Asie et d’Afrique.
  • VIH : heureusement, l’époque où le VIH était une condamnation à mort est révolue. Le virus ne disparaîtra pas, mais avec des médicaments, vous pouvez vivre longtemps et en bonne santé. Vous pouvez attraper le VIH lors de rapports sexuels non protégés et par contact sanguin. Les hommes homosexuels ont un risque plus élevé d’être infectés par le VIH. Le virus VIH peut évoluer vers le sida.
  • VPH : il s’agit d’un virus que la plupart des personnes sexuellement actives contractent. Il peut provoquer un cancer du col de l’utérus ou de l’anus. C’est pourquoi il est possible pour les filles d’être vaccinées contre le VPH (gratuitement) à l’âge de 12 ou 13 ans. Les garçons peuvent également être vaccinés aujourd’hui ; à partir de 2022, la vaccination sera gratuite.
  • Les poux du pubis : ce sont des poux qui se trouvent dans les poils du pubis, mais ils peuvent aussi se trouver dans les poils des aisselles, de la barbe, des cils et des sourcils. Les poux – également connus sous le nom de morpions – sont faciles à tuer avec une crème prescrite sur ordonnance.
  • La gale : si vous ressentez une démangeaison intense, vous avez peut-être contracté la gale. Elle peut être transmise par les vêtements et la literie. Les démangeaisons disparaîtront avec une crème.
  • Shigella : Cette IST peut être contractée lors de rapports sexuels anaux et elle est plus fréquente chez les hommes homosexuels que chez les femmes. La bactérie peut provoquer des diarrhées, de la fièvre et des crampes abdominales.
  • Trichomonas : Il s’agit d’une IST qui touche davantage les femmes que les hommes. Les femmes souffrent souvent d’un vagin gonflé, rouge ou qui démange. Vos écoulements auront un aspect différent et pourront également avoir une odeur plus forte que d’habitude.

Où puis-je faire un test de dépistage des IST ?

Vous pouvez vous faire tester pour les IST chez votre médecin généraliste ou au service municipal de santé. Si vous vous rendez au service municipal de santé, un test est parfois gratuit. C’est le cas si vous avez moins de 25 ans, si vous avez été averti pour une IST, si vous avez des plaintes qui correspondent à une IST, si vous vous prostituez, si vous avez des rapports sexuels avec des hommes en tant qu’homme, ou si vous venez d’un pays où la prévalence des IST est élevée.

Si vous allez chez le médecin pour un test IST, la visite sera couverte par votre assurance maladie de base. Le test lui-même est payé à partir de l’excédent. Une fois cette opération terminée, elle sera remboursée par votre assurance maladie. Vous êtes toujours couvert par l’assurance maladie de vos parents, vous ne voulez pas qu’ils sachent que vous faites un test de dépistage des MST, vous avez moins de 25 ans ou vous avez des symptômes ? Alors le service municipal de santé est une bonne option. Mais vos parents ont probablement fait eux aussi un test de dépistage des IST et seront probablement compréhensifs.

Comment fonctionne un test de dépistage ?

Passer un ce genre de test est simple. Le liquide est prélevé dans le vagin (femme) à l’aide d’un coton-tige, les hommes peuvent présenter de l’urine. En cas de plaintes anales, le médecin prélève le liquide à l’aide d’un écouvillon. Certains tests sont effectués par une prise de sang. Cette opération est effectuée par un médecin.

Vous ne pouvez pas être testé directement après un rapport sexuel à risque. Pour un test de dépistage de la chlamydia, par exemple, vous devez attendre au moins deux semaines après un rapport sexuel non protégé. Par exemple, après une infection par l’hépatite B, les symptômes n’apparaissent qu’après deux à trois mois. Êtes-vous susceptible de contracter une IST ? Alors faites-vous tester régulièrement, au moins deux fois par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

9 vues

Écrit par

Savez-vous quel sextoy est caché sur cette photo? Voici la réponse!Horoscope amoureux des Béliers : comment les étoiles influencent-elles le Bélier passionné en matière d’amour, de relations, de rencontres et de sexe ? Découvrez comment ce signe zodiacal se comporte en tant que partenaire et au lit, ce…
9 vues
73 vues

Écrit par

Choisir un lieu pour un premier rendez-vous peut être un véritable défi. Il est crucial d’éviter les silences malaisants ou les activités trop extravagantes qui pourraient incommoder une personne que l’on découvre tout juste. Voici une sélection d’idées pour un rendez-vous initial qui promet d’être mémorable…
73 vues