Jetez un oeil dans notre boutique

Qatar : voilà pourquoi nous ne participons pas à la fièvre du football

20 novembre 2022,

written by

La Coupe du monde de football a commencé, mais il n’est pas question de la promouvoir sur notre site. Et pourquoi ? Parce que nous pensons qu’il est tout à fait inacceptable qu’une Coupe du monde ait lieu dans un pays comme le Qatar. Heureusement, il ne s’agit plus d’une position controversée. Mais cela ne veut pas dire que nous sommes indifférents à ce sujet. Parce que si Adam et Eve représente bien quelque chose, c’est l’égalité, des femmes fortes et une communauté LGBTQ+ libre.

Depuis que le Qatar s’est vu attribuer par corruption la Coupe du monde de football en 2010, le riche État du Golfe n’a pas chômé. À la vitesse de l’éclair, sept nouveaux stades, des centaines d’hôtels, un nouveau système métropolitain, un nouvel aéroport et des routes flambant neuves ont vu le jour.

Cette infrastructure massive a coûté très cher. Plus de 6 500 travailleurs migrants pauvres, originaires de pays tels que l’Inde, le Pakistan, le Népal et le Kenya, sont décédés pendant les travaux. Selon Amnesty International, de nombreux travailleurs ont dû rendre leur passeport, ils effectuaient des travaux dangereux pour lesquels ils étaient très peu rémunérés, et les conditions de travail dans la chaleur torride étaient si épouvantables que de nombreux travailleurs ont été victimes de blessures ou sont décédés.

Se plaindre ? C’était hors de question, car la moindre protestation au Qatar vous expose à une arrestation immédiate.

Gays et lésions cérébrales

Et comme si ce dédain pour la vie humaine n’était pas suffisant, le pays fait aussi preuve à plusieurs reprises d’une homophobie endémique. L’ambassadeur de la Coupe du monde au Qatar, par exemple, a récemment qualifié l’homosexualité de « forme de lésion cérébrale ». Avant qu’un attaché de presse ne coupe brusquement l’interview pour un documentaire allemand, l’ambassadeur a également déclaré qu’il avait un problème avec le fait que les enfants voient des personnes homosexuelles.

Sept ans d’emprisonnement

Nasser Al Khater, haut responsable de la Coupe du monde, a déclaré précédemment que tout le monde était le bienvenu au Qatar, à condition de « se conformer aux règles et de respecter la culture locale ». Cela semble assez raisonnable en soi. Quand on est à Rome, on fait comme les Romains, dirons-nous. Se conformer aux règles et aux lois d’un pays est un signe de respect, mais pas lorsque ces règles et ces lois excluent et criminalisent des groupes entiers de personnes en raison de leur préférence sexuelle.

Au Qatar, faites-vous ouvertement savoir que vous êtes gay, lesbienne ou bisexuel ? Et avez des relations sexuelles avec une personne du même sexe ? Vous pouvez alors vous attendre à une peine de prison maximale de sept ans. Si vous « incitez ou séduisez un homme à la sodomie », vous risquez une peine de trois ans.

Qatar

Les femmes sont considérées comme des friandises

Les personnes de la communauté LGBTQ+ ne sont pas les seules à faire l’objet de discriminations au Qatar, les femmes y ont également très peu de voix. La façon dont les hommes qataris pensent aux femmes apparaît douloureusement claire dans le même documentaire allemand. Lorsque la journaliste demande pourquoi les femmes doivent être voilées, l’un des hommes compare les femmes à des friandises. « Si vous aviez le choix, choisiriez-vous la friandise emballée ou celle dont vous ne savez pas si elle a déjà été touchée ? ».

Tuteur masculin

Cet état d’esprit misogyne n’est pas surprenant quand on sait qu’au Qatar, les femmes doivent demander la permission d’un homme pour le moindre de leurs mouvements. En tant que femme, si vous voulez vous marier, étudier, travailler, voyager ou obtenir des soins de santé pour la reproduction ? Alors, un « tuteur masculin », comme un père ou un frère, doit d’abord donner explicitement sa bénédiction. En tant que femme qatarienne, vous n’êtes même pas autorisée à prendre des décisions concernant vos propres enfants.

En tant que femme qatarienne, ne tombez pas amoureuse, et encore moins ne vous jetez pas dans le lit de votre amant dans un moment de précipitation. Les relations sexuelles hors mariage sont illégales et faire l’amour peut vous valoir sept ans de prison et des châtiments corporels comme la flagellation. Bien sûr, les femmes sont particulièrement touchées par ces punitions. Si une femme est violée au Qatar et se rend à la police, il n’y a généralement pas un seul agent qui la croit. Car si l’homme objecte que c’était consensuel, c’est la femme qui est alors poursuivie pour séduction et relations sexuelles extraconjugales.

100 coups de fouet

Soit dit en passant, ces règles et lois tordues concernent également les femmes étrangères. Par exemple, une femme mexicaine qui travaillait pour l’organisation de la Coupe du monde a été victime de violences physiques perpétrées par un homme. Elle l’a signalé, mais a été accusée d’avoir eu des relations sexuelles extraconjugales. Car que l’homme en question a affirmé qu’ils étaient en couple à l’époque. La femme a heureusement réussi à fuir le pays à temps, mais elle a tout de même été condamnée à une peine de prison et à 100 coups de fouet par procuration.

Manifestations et boycotts

La situation des droits de l’homme au Qatar est catastrophique. Et bien que les conditions de travail des migrants se soient quelque peu améliorées sous la pression internationale, les femmes et la communauté LGBTQ+ ne peuvent toujours pas compter sur une quelconque bienveillance.

D’une certaine manière, il est alors impossible de comprendre que l’on mette de côté notre indignation à l’égard de ces pays le temps d’un événement pour encourager allègrement notre équipe. Que faut-il donc faire pour mettre de côté la fièvre du football et défendre nos droits ?

Solidarité

Heureusement, certains pays tentent de calmer l’enthousiasme. Par exemple, plusieurs villes françaises ont décidé que les spectateurs ne devaient pas regarder la Coupe du monde en grand nombre dans les lieux publics. Pas de promotion, pas d’écrans géants et pas de rassemblements dans les rues. L’Allemagne n’organise pas non plus de grands événements autour de la Coupe du monde et plusieurs pays participants attirent l’attention sur les droits de l’homme au Qatar pendant le déroulement de la compétition.

Par exemple, les footballeurs danois jouent en maillot uni, en signe de deuil, et les capitaines de pays comme l’Allemagne, l’Angleterre, la France, les Pays-Bas et la Belgique portent des cravates arc-en-ciel en solidarité avec la communauté LGBTQ+.

Le coût de ce but ?

C’est une goutte d’eau dans l’océan. Car malgré tous les appels au boycott, la Coupe du monde a évidemment commencé comme d’habitude dans l’État du Golfe. Mais c’est pourtant le moins que l’on puisse faire. Ne fermons pas les yeux, ne nous laissons pas emporter par la fièvre du football. N’organisons pas de joyeuses actions pour la Coupe du monde et peut-être, juste peut-être, boycottons ces matchs dans un futur proche.

Dans tous les cas, nous ne pouvons pas nous résoudre à applaudir un but quand nous savons ce que ce but coûte. Et tout en sachant qu’au même moment, dans ce même pays, des femmes et des personnes LGBTQ+ qui souffrent désespérément sous le joug de l’oppression et de la discrimination. Et vous non plus, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

20 vues

Écrit par

Lorsque les personnes avec un pénis sont confrontées à des problèmes de troubles de l’érection, on parle médicalement de dysfonction érectile. Un autre terme souvent utilisé est « impuissance », qui regroupe divers dysfonctionnements du pénis, y compris l’incapacité de procréer ou l’anéjaculation (problèmes d’éjaculation)….
20 vues