Jetez un oeil dans notre boutique

1 645 views

Perdre du poids ? Dites adieu aux régimes

13 octobre 2022,

written by

Du régime paléo au régime pauvre en glucides en passant par le régime ténia : nous suivons toutes sortes de régimes. L’idéal de beauté de la minceur et de la ligne ne sort pas de nulle part, cela nous obsède depuis la nuit des temps. Mais ne serait-il pas temps de se débarrasser de toutes ces pubs pleines de corps sculptés ?

L’été dernier, ma fille de huit ans traînait autour d’une petite pépinière près de la rivière qui passait devant notre camping. Après quelques gloussements et murmures, le grand mot est sorti. Ses jambes étaient trop grosses et il y avait des filles sur le camping avec des jambes beaucoup plus fines qu’elle.

Je me suis aussitôt replongée dans un gymnase en sueur en 1988, où moi et ma meilleure amie étions en train d’examiner d’un œil critique nos propres jambes. Moi aussi, j’avais huit ans à l’époque et je pensais que j’étais grosse comme une vache. Le fait que je faisais ça à cet âge m’a paru parfaitement logique plus tard. Après tout, nous étions submergées de photos de corps « parfaits » et les homologues plus pulpeux n’existaient pas dans les années 80. La positivité corporelle ? Non, c’était une époque où chaque bonbon était accompagné de l’avertissement « chaque kilo passe par la bouche » et où les gros étaient joyeusement ridiculisés dans les médias.

Il n’est donc pas surprenant que ma relation avec la nourriture n’ait pas toujours été équilibrée. Comme c’est le cas pour de nombreuses femmes. Je ne m’attendais pas à ce qu’un enfant de huit ans, à notre époque, s’inquiète de la taille de ses jambes ou du minuscule morceau de peau du ventre qu’il peut tenir entre son pouce et son index.

Une culture de l’alimentation vieille de plusieurs siècles

Et pourtant, cela n’aurait pas dû me surprendre. Un tel culte de la beauté, vieux comme le monde, ne s’efface pas avec quelques années de body positive. C’est profondément ancré en nous. Même les Grecs de l’Antiquité avaient des idéaux corporels stricts et méprisaient les personnes grosses parce qu’elles étaient psychologiquement faibles.

Et bien que les tendances aient changé et qu’il y ait eu des exceptions, comme la femme ronde de Rubens, les préjugés liés à l’obésité persistent. Vous êtes en surpoids ? Alors c’est que vous êtes paresseux, faible, bête et qu’on ne peut pas vous faire confiance.

Les vers solitaires et le vinaigre

Ces préjugés sont devenus le point de départ de la culture du régime. Tout a commencé à la Renaissance, avec le tout premier livre de régime de l’Italien Luigi Cornaro, qui s’est imposé un régime ne comportant pas plus de quatre cents grammes de nourriture et un demi-litre de vin par jour et a encouragé les autres à suivre son exemple. Et en 1863, un ramasseur de cadavres britannique a rédigé un pamphlet qui servira de base à de nombreuses pratiques alimentaires ultérieures : pas de bière, ni de beurre, ni de sucre, ni d’amidon.

Dans les décennies qui ont suivi, les régimes ont pris des formes de plus en plus grotesques. Il en est de même de la manière dont ils sont commercialisés auprès des hommes, ou plutôt des femmes. Il n’y a rien de plus méprisant que les publicités vintage invitant les femmes à se nourrir de vinaigre ou de vers solitaires pour préserver leur « mince silhouette » et plaire aux hommes. Ou encore la marque de cigarettes Lucky Strike, qui a lancé une étrange publicité au début du XXème siècle. La marque de cigarettes voulait que les femmes commencent à fumer elles aussi et leur conseillait de fumer une cigarette chaque fois qu’elles avaient faim : « pour garder une silhouette svelte ».

Un secteur en plein essor

À partir des années 1970, les clubs d’amaigrissement ont poussé comme des champignons et les régimes se sont succédé sur le marché. D’Atkins, où l’on peut manger autant de graisses que l’on veut à condition de ne pas toucher aux redoutables glucides, à Montignac, au jeûne au jus et au paléo. L’industrie des régimes est devenue un secteur en plein essor qui représente aujourd’hui des milliards d’euros.

Et les gourous du régime savent exactement comment continuer à encaisser ces milliards. Les gens sont terrifiés à l’idée de grossir et nous aspirons tous à ce corps mince, tonique et prétendument parfait que nous voyons défiler sur les panneaux d’affichage et les piliers publicitaires. Mais en même temps, nous vivons dans un monde où les tentations se trouvent à chaque coin de rue. Là où nous menons principalement des vies sédentaires et où l’équilibre entre l’alimentation et l’exercice est quelque peu compromis.

Ces régimes nous promettent tous une chose. Que nous devenions et restions minces. Et qu’un corps mince est entre nos mains. Tant que nous achetons leurs produits.

body positivity

Les régimes sont-ils efficaces ? Bien sûr que non !

Malheureusement, avec toutes ces publicités vantant les mérites des régimes amaigrissants, les régimes ne fonctionnent pas du tout. En fait, la grande majorité des personnes qui perdent du poids en suivant un régime ne font que reprendre ce poids au bout de deux à cinq ans.

Le régime qu’ils suivent, qu’ils commencent à compter les calories, qu’ils suppriment certains types d’aliments ou qu’ils limitent les glucides ou les lipides, ne fait guère de différence. La plupart des gens perdent d’abord des kilos, puis les reprennent lentement, jusqu’à ce qu’ils atteignent le même poids, et même souvent plus qu’avant leur régime.

Le mode survie

Et pour quelles raisons ? Les chercheurs en évoquent plusieurs, de la prédisposition génétique à la façon dont notre corps réagit lorsque nous réduisons ou supprimons soudainement nos repas. Après tout, notre corps est et a toujours été conçu pour la survie. Si vous supprimez le pain, les pâtes et les pommes de terre, par exemple, votre corps reçoit le message qu’il est affamé et passe en mode survie. Il cherche à stocker les graisses et les calories parce qu’il pense que la grande famine est arrivée.

Résultat ? Une envie presque incontrôlable d’aliments riches en calories, un métabolisme complètement perturbé et un corps qui ne reçoit plus de signaux de satiété lorsqu’il mange. Bien sûr, un tel régime choc peut durer quelques semaines, mais à long terme, votre corps se sent privé de nutriments. Ainsi, vous avez des envies, vous succombez à des tentations malsaines et vous vous retrouvez face à des sacs de chips, des barres de chocolat et des tonnes de frites dans un énorme excès de consommation sur le canapé.

Des McDonald’s à chaque coin de rue

Après avoir englouti votre dernière poignée de chips, vous vous sentez incroyablement coupable et vous n’avez qu’une envie, c’est de vous flageller lorsque vous verrez le chiffre de la balance augmenter à nouveau. Comment pourrait-il en être autrement, dans une culture qui vous fait croire que vous êtes faible lorsque vous ne pouvez pas résister à toutes les tentations qui vous entourent. Une culture qui rejette toute la responsabilité sur l’individu, sans regarder les méga-sacs de chips, les rangées de bonbons et de chocolats et les McDonald’s à chaque coin de rue. Après tout, si vous aviez eu la volonté de manger peu, vous seriez mince.

Alors vous soupirez et vous vous mettez à un nouveau régime. Parce que demain, vous réussirez. Vraiment. Pendant ce temps, bien sûr, il n’y a qu’une seule partie qui récolte l’or de ce cycle sans fin de perte, de gain et de nouvelle perte de poids. Un secteur qui gagne des milliards en perpétuant l’idée que tout le monde peut devenir mince en faisant quelques efforts. Mais si cette promesse était vraiment vraie ? Toute l’industrie des régimes serait alors rapidement suspendue et nous vivrions dans un monde peuplé de personnes minces.

Ce n’est pas le cas, et tout ce schéma de perte et de prise de poids est non seulement frustrant, mais aussi très malsain. En fait, c’est pire pour votre santé que d’être toujours un peu en surpoids. Une étude menée à Melbourne a révélé que 50 personnes obèses ou en surpoids ont souffert de perturbations hormonales pendant un an après avoir suivi un régime choc. Ces changements hormonaux ont augmenté leurs fringales, ce qui les a amenées à ne pas suivre le régime et à prendre du poids, jusqu’à ce qu’elles soient encore plus lourdes qu’avant. Le fameux effet yo-yo, en d’autres termes.

Le thigh gap… on s’en fiche !

D’ailleurs, les régimes ne sont pas seulement mauvais pour votre corps, mais aussi pour votre mental et votre image de soi. C’est pourquoi de plus en plus de femmes se rebellent contre ce système. Elles en ont assez d’avoir honte de leur corps et crient sur tous les toits combien elles en sont fières. Potelée, grosse ou obèse ? Peu importe, elles revendiquent le droit d’être acceptées telles qu’elles sont.

Elles veulent montrer au monde que les femmes rondes peuvent elles aussi être belles. Qu’elles ont le droit de s’aimer et d’exister. Pour que, pour une fois, les jeunes filles et les femmes aient la possibilité de voir un modèle différent de celui des mannequins minces et blanches sur les couvertures de magazines et les podiums. Elles veulent être vues et à juste titre. Parce qu’une culture visuelle qui exclut et rend invisible une partie des gens est nuisible à ceux qui ne se voient jamais représentés.

C’est pourquoi elles remettent en question les stéréotypes de beauté, donnent une image positive de soi et s’efforcent de permettre à chacune et chacun d’avancer dans la vie en toute confiance. Thunder thighs ou thigh gap… on s’en fiche ! Ce qui compte, c’est que ces jambes vous amènent d’un point A à un point B. Leur forme ne devrait pas être un sujet de discussion. Et ça ne devrait pas du tout affecter votre estime de soi. Tout le monde a le droit d’exister, c’est le message du mouvement body positive.

Des blagues difficiles à avaler

Nous ne pouvons certainement pas nier que l’obésité peut avoir des effets néfastes sur la santé ? Il est vrai que, dans le monde, plus de personnes souffrent d’obésité que de faim. Mais cela ne signifie pas que les personnes en surpoids ne doivent pas être vues. Ou qu’ils doivent à eux-mêmes l’exclusion, les blagues acerbes ou les remarques pédantes de la police de l’alimentation et qu’ils devraient donc tout simplement avaler.

Ce qui compte, c’est que chacun puisse s’aimer dans une société exacerbée où nous sommes obsédés par des corps parfaits et en forme tout en étant continuellement séduits par la malbouffe, les smartphones et Netflix. Après tout, le surpoids n’est pas le seul danger pour votre santé, le stress et une mauvaise estime de soi le sont aussi. Et s’il y a quelque chose qui cause du stress, ce sont les préjugés blessants et la stigmatisation. Et que font les gens stressés ? C’est vrai, ils cherchent à grignoter pour étouffer les émotions négatives. C’est ironique que le fait de faire honte aux gens de leur taille les pousse à grignoter davantage, mais c’est comme ça que ça marche.

Alors parfois, il vaut mieux accepter son corps tel qu’il est. Ne pas avoir honte et cesser d’essayer désespérément de se glisser dans un haut à taille unique. Perdre du poids n’est pas chose facile, surtout lorsque l’on passe d’un régime à l’autre. Assurez-vous d’abord d’être bien dans votre peau. Quelle que soit l’apparence de cette peau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

351 vues

Écrit par

La masturbation à deux, communément appelée « travail de la main », consiste à stimuler le pénis de son partenaire à l’aide de la main. Cette pratique se distingue de l’auto-masturbation par le fait qu’elle est réalisée par une autre personne. Les techniques varient en fonction du nombre de doigts…
351 vues
445 vues

Écrit par

Le lavement anal, souvent entouré de tabous et de malentendus, mérite une place dans les discussions ouvertes sur la santé et le plaisir sexuel. Chez Adam et Eve, nous croyons à l’importance de s’informer correctement pour profiter pleinement de …
445 vues