Jetez un oeil dans notre boutique

Les phéromones : légende ou miracle de la séduction sexuelle ?

6 janvier 2022,

written by

Vous ne pouvez pas les sentir, mais elles sont bien là. Comme les animaux, les humains sécrètent des phéromones. Des attraits sexuels que nous répandons par nos glandes sudoripares. Mais comment ces substances fonctionnent-elles exactement ? Et dans quelle mesure influencent-ils notre comportement ?

Les phéromones, c’est quoi ?

Le mot « phéromone » vient du grec et signifie « porteur d’excitation ». Ce n’est pas sans raison, car les phéromones sont sécrétées par les insectes, les animaux et les humains pour séduire le sexe opposé.

Comportement stimulant

Les phéromones sont de petites molécules organiques qui ressemblent aux hormones, mais qui se comportent de manière complètement différente. En fait, il s’agit d’une sorte de molécule de communication : des substances chimiques, sans odeur ni goût, qui transmettent des messages aux membres de la même espèce, qui les captent et y réagissent instinctivement.

Les phéromones ne changent donc rien dans votre propre corps, mais dans celui de l’autre personne. La plupart des insectes utilisent des phéromones pour communiquer entre eux, mais d’autres espèces animales et les humains émettent également ces substances pour influencer les autres. Ils sont généralement sécrétés par les zones les plus chaudes et les plus poilues de la peau. Comme les aisselles, la zone pubienne ou les cheveux.

Souris et mites

Le Bombykol a été la première phéromone à être découverte en 1959. Cette phéromone est produite par les papillons de nuit femelles et peut parcourir d’énormes distances. Un papillon mâle peut détecter l’appât à des kilomètres de distance et se lance alors dans un sprint ultra-rapide pour trouver la femelle papillon.

Les femelles en chaleur produisent également des phéromones pour indiquer qu’elles sont fertiles. Et là aussi, les mâles peuvent capter les molécules de très loin.

Certaines phéromones, en revanche, sont anti-reproductives. Les larmes d’une jeune souris, par exemple, contiennent une phéromone spéciale qui signale à la souris mère de ne pas faire de nouveaux bébés souris. De cette façon, sa libido est freinée et elle peut consacrer toute son énergie et son amour maternel à son nid.

La Reine des abeilles

Bien que les phéromones fassent immédiatement penser à la tentation sexuelle, les phéromones peuvent transmettre toute une série de messages. Il existe des phéromones qui permettent d’avertir d’un danger, de marquer un territoire et de rechercher de la nourriture.

Par exemple, les fourmis laissent des traces qui aident leurs congénères à emprunter le même chemin lorsqu’elles ont trouvé une source de nourriture. C’est pourquoi vous les voyez toujours marcher l’un derrière l’autre dans une file indienne très organisée.

Tandis que la reine des abeilles produit de la « poussière de reine », une phéromone spéciale qui empêche les ovaires des abeilles ouvrières de se développer correctement. De cette façon, la reine s’assure qu’elle reste la seule femelle fertile de la ruche.

Feromonen

Comment fonctionnent les phéromones ?

Nous savons qu’elles fonctionnent très bien dans la cour du monde animal. Mais comment ces substances merveilleuses et sexy fonctionnent-elles chez l’homme ? Sécrétons-nous naturellement des phéromones ou sont-elles habilement cachées sous une épaisse couche de civilisation et de déodorant ?

Après tout, les phéromones restent le moyen naturel d’inciter à la reproduction. Et bien que les humains et les animaux diffèrent à bien des égards, ils ont tous deux le besoin de procréer. Pour se multiplier et assurer la postérité. Le comportement humain est peut-être plus compliqué, mais les pulsions restent les mêmes.

Un minuscule organe

Mais comment détecter les phéromones ? Nous les détectons, tout comme les animaux, grâce à un minuscule organe situé dans le nez : l’organe voméronasal (OVN) ou organe de Jacobson. Les phéromones peuvent être inodores, mais elles sont tout de même détectées par l’OVN sous la surface intérieure du nez. L’organe envoie ensuite les informations directement à la partie hypothalamus de notre cerveau, où toutes nos pulsions sexuelles sont régulées.

L’une des plus belles astuces n’a rien à voir avec le sexe, mais tout à voir avec le lien entre la mère et son bébé. Immédiatement après la naissance, les mamelons de la nouvelle mère sécrètent une phéromone qui indique au bébé où aller chercher son lait. Les nouveau-nés se dirigent vers le sein les yeux fermés, ce qui montre à quel point ils se fient à leur odorat et à leur instinct de phéromone pour trouver le téton.

Un paquet de gènes différents

Mais les phéromones joueraient également un rôle dans la sexualité humaine. Par exemple, les femmes peuvent « sentir » si un homme est un bon partenaire. Dans une étude bien connue datant des années 1990, on a demandé à une série d’hommes de dormir avec la même chemise pendant quelques jours. Ils n’étaient pas autorisés à utiliser de l’after-shave ou un déodorant parfumé, mais ils pouvaient se laver avec du savon non parfumé.

Les femmes ont ensuite senti les chemises et ont indiqué celle qu’elles trouvaient la plus attirante. Qu’est-ce que ça a donné ? Toutes les femmes ont préféré les chemises d’hommes ayant un patrimoine génétique complètement différent du leur. Cela signifie qu’elles ont choisi en grande majorité des hommes ayant un système immunitaire différent, ce qui est très utile pour la reproduction : les enfants de parents issus de pools génétiques différents sont moins sujets aux maladies et aux troubles.

Selon les chercheurs, les hommes sont également influencés par les phéromones. Par exemple, le vagin sécrète des copulines, des phéromones qui tournent autour de la femme comme un nuage invisible. La quantité de copulines est maximale pendant l’ovulation et les hommes réagissent en produisant davantage d’hormones sexuelles. Très pratique, car cela signifie que les hommes trouvent les femmes encore plus attirantes au moment où elles sont les plus fertiles.

Tuer les phéromones avec les douches et des déodorants

Malgré ces résultats, l’effet des phéromones reste moins spectaculaire sur les humains que sur les animaux. Il n’y a pas eu beaucoup d’études réussies et beaucoup d’expériences ont été controversées ou dépassées par les progrès de la connaissance.

Image visuelle

La vérité est que les phéromones sont beaucoup moins dominantes chez l’homme moderne que chez nos ancêtres plus primitifs, surtout à mesure que nous vieillissons. La production de phéromones diminue rapidement après l’âge de 20 ans.

Notre penchant pour l’hygiène n’arrange pas les choses non plus. Nous sécrétons des phéromones lorsque nous transpirons, mais c’est cette même odeur que nous essayons de combattre par des douches quotidiennes et des déodorants qui obstrue nos pores.

Une autre explication de l’effet limité des phéromones réside dans l’amour humain. Au cours des derniers siècles, elle s’est davantage concentrée sur l’œil que sur le nez. En tant qu’êtres humains, nous n’allons pas renifler un partenaire potentiel, nous le recherchons. Au lieu de cela, nous vérifions si nous trouvons l’image visuelle attrayante.

Trois cents gènes

De nombreux scientifiques affirment donc que le corps humain n’est pas suffisamment équipé pour détecter les phéromones. Ils pointent du doigt l’OVN, qui, chez la souris, est déterminé par jusqu’à trois cents gènes. Chez les humains ? Seulement deux. Ces petites fosses dans les cavités nasales ne sont pas toujours présentes chez les humains non plus, ce qui signifierait que ces personnes sans OVN ne peuvent pas du tout détecter les phéromones.

Il n’y a donc pas encore de consensus scientifique. Par exemple, une étude datant de 2011 semblait indiquer des qualités de détection des phéromones chez les humains. Lorsque les participants ont été exposés à une phéromone spécifique et que les chercheurs ont bloqué leur OVN, des réactions visibles ont été observées dans le cerveau. La raison ? L’organe nasal lui-même était apparemment capable de détecter les phéromones.

feromonen

Du sex-appeal dans une bouteille

Selon Tristram Wyatt, zoologiste à l’université d’Oxford, des recherches approfondies doivent encore être menées avant de savoir si les gens sont réellement attirés par les attraits sexuels. Selon lui, il n’y a tout simplement pas encore assez de preuves que ces phéromones existent et qu’elles influencent la pulsion reproductrice des gens.

La danse d’accouplement sexuel, induite par les phéromones qui circulent, reste donc pour l’instant controversée.

Parade romantique

Mais qu’en est-il du sex-appeal dans une bouteille ? Les phéromones humaines peuvent-elles être reproduites dans une usine afin que les deux sexes puissent se séduire mutuellement dans une parade romantique ?

Avec les porcs, ça marche. La salive des cochons mâles est pleine de phéromones de séduction. Quand un tel porcs bave sur une truie, elle passe immédiatement en mode d’accouplement. Les agriculteurs ont contrefait cette phéromone avec de la graisse végétale, ce qui rend l’insémination artificielle beaucoup plus facile. Pour l’agriculteur, bien sûr. Pas pour la truie.

Étude des salles d’attente

Une étude bien connue sur les salles d’attente voulait tester l’effet des phéromones artificielles sur les gens. Cela semblait fonctionner, car les femmes s’asseyaient inconsciemment plus souvent sur des chaises vaporisées de phéromones masculines.

Dans une autre expérience, on a étudié l’effet d’un parfum contenant des phéromones féminines. Les femmes elles-mêmes ne savaient pas si elles portaient un vrai parfum ou un parfum placebo. À la fin de l’étude, on a constaté que les femmes portant le vrai parfum avaient plus de rendez-vous et de relations sexuelles que celles qui avaient vaporisé le parfum placebo.

Malheureusement, les chercheurs étaient reliés à une usine de phéromones, ce qui a rendu les résultats pour le moins controversés.

Sexy, ce philtre d’amour !

Que les sprays fonctionnent ou non, le besoin de parfums séduisants reste important. En faisant un tour sur Google, vous tombez sur les parfums aux phéromones, tous destinés à multiplier par mille votre attirance sexuelle.

Cela semble tentant, surtout quand on sait que les phéromones de rat comme le musc enrichissent les parfums depuis des temps immémoriaux.

Des bouteilles de phéromones humaines synthétiques, alors. Qu’en pensez-vous ? Ainsi, quelle que soit votre avis là-dessus, vous ferez tourner des têtes lorsque vous porterez l’un de ces nuages de tentation. Et peut-être est-ce suffisant…

Sexy, ce philtre d’amour !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

3 vues

Écrit par

As-tu un·e partenaire qui n’a jamais utilisé de jouets érotiques, mais tu aimerais que cela devienne un aspect plus central de votre intimité ? Ou souhaite-tu simplement surprendre ton partenaire avec quelque chose de nouveau ? Voici quelques astuces pour susciter cet intérêt et augmenter le plaisir…
3 vues