Jetez un oeil dans notre boutique

Les mythes sexuels : il est temps de les briser !

19 août 2021,

written by

Oui, vous pouvez tomber enceinte en faisant l’amour sous la douche. Et non, vous n’aurez pas d’IST juste en vous essayant sur une lunette de toilettes. Lorsqu’il s’agit de sexe, les mythes et les affabulations abondent. Nous avons rassemblé pour vous quelques-uns des mythes sexuels les plus tenaces. Il est temps de les briser !

Quels sont les mythes sexuels ?

Le meilleur endroit pour obtenir des informations sur votre santé sexuelle est, et sera toujours, votre médecin. Mais pour une raison ou une autre, nous parcourons le web en masse pour trouver des réponses à des questions intimes. Et même s’il est formidable d’avoir autant d’informations à notre disposition, il est sage de rester critique.

Des conseils démodés

Une étude de l’université de Stanford a révélé que les sites de santé sont truffés d’erreurs et de conseils dépassés. Même si vous cherchez vous-même des réponses à des questions simples sur le sexe, vous tombez souvent sur les histoires les plus diverses. Vous vous demandez, par exemple, si vous pouvez tomber enceinte pendant vos règles ? Il se peut alors que vous deviez vous frayer un chemin dans un tissu de contradictions pour trouver vous-même une réponse composite.

Ne vous inquiétez pas, nous traiterons de cette question clé plus tard !

Mais même s’il y a un consensus en ligne, vous ne pouvez pas éviter les mythes sexuels qui chantent leurs louanges dans le monde hors ligne. C’est le problème avec les mythes sexuels, ou n’importe quel mythe d’ailleurs. Là où il y a de la fumée, il y a du feu. Et même si une centaine de sexologues vous disent qu’il est impossible d’attraper une IST sur les toilettes, vous devriez réfléchir à deux fois avant de poser vos fesses sur la lunette des toilettes d’un club échangiste. Pour ne citer qu’un exemple.

Des conséquences désastreuses

Et l’éducation sexuelle ? Nous l’avons tous appris à l’école, mais cela ne suffit pas toujours à dissiper les mythes sexuels. Peut-être dormions-nous, peut-être étions-nous occupés à faire des commérages et à nous branler sur nos camarades de classe, peut-être le programme ne traitait-il que de l’essentiel et laissait-il de côté les détails. Ce qui prête parfois à confusion.

Une étude américaine de 2017 a révélé qu’entre 2011 et 2013, seuls 55 % des garçons et 60 % des filles avaient reçu une éducation sur la grossesse et la contraception. Il y avait beaucoup d’ignorance sur des sujets tels que les IST, la grossesse, l’hygiène sexuelle et les contraceptifs. S’il n’est un secret pour personne que les connaissances en matière de sexualité aident les jeunes à faire les meilleurs choix lorsqu’ils sautent dans un lit.

Il y a donc beaucoup de bêtises qui circulent sur le sexe. Et nous aimerions nous en débarrasser. Il est temps de distinguer les faits des fables.

Mythes sexuels sur les IST

Les riches ont des IST. Et les pauvres attrapent des IST. Les hétéros ont des IST. Ainsi que les gays, eux aussi attrapent des IST. Les blancs, les noirs et les violets peuvent également avoir des IST. Conclusion ? Tout le monde peut contracter une IST, il n’y a pas d’exception à la règle.

Sauf, bien sûr, si vous êtes une personne intelligente qui utilise un préservatif. Et même dans ce cas, vous avez toujours une petite chance d’attraper une vilaine plaie dans un endroit où le soleil ne brille pas.

Il est donc inquiétant que, malgré toutes les informations et les bonnes intentions, les chiffres explosent. Aux États-Unis, par exemple, pas moins de 20 millions de nouvelles infections IST ont été signalées en 2020, et la moitié des personnes infectées avaient entre 15 et 24 ans.

Les mythes sexuels persistants ont-ils quelque chose à voir avec cela ?

Presque aucun symptôme

Mais qu’est-ce que c’est exactement, une IST ? Les IST, ou maladies sexuellement transmissibles, sont des infections qui se propagent lors des rapports sexuels. La position que vous pratiquez n’a pas vraiment d’importance, car les IST se transmettent par les rapports vaginaux, oraux et anaux.

Le problème des IST est qu’il n’est pas toujours évident de savoir si vous en êtes porteur. Certaines IST ne présentent pratiquement aucun symptôme. La chlamydia, par exemple, est à peine perceptible, bien qu’il s’agisse d’une infection aux conséquences graves. Une infection à chlamydia qui continue à se développer peut même vous rendre infertile à long terme.

C’est pourquoi il est si important que vous vous protégiez, vous et votre partenaire, contre les IST. Personne ne souhaite que sa santé subisse des dommages graves qui pourraient être facilement évités. En utilisant un de ces caoutchoucs, en effet. Vérifiez les faits, soyez préparé et prenez vos responsabilités.

Voici les mythes sexuels les plus répandus sur les IST !

  • Mythe : les IST ne peuvent être transmises que si vous avez des symptômes

Complètement faux. Souvent, vous ne remarquez pas que vous avez contracté une IST. Vous pouvez avoir quelques démangeaisons, un vague mal de ventre ou des écoulements plus abondants, mais en dehors de cela, vous ne remarquerez rien de remarquable. Mais pendant ce temps, l’infection a continué à se développer dans votre corps. Si vous avez ensuite des rapports sexuels non protégés, vous pouvez le transmettre à votre partenaire sexuel à travers vos muqueuses. C’est pourquoi il est si important que vous fassiez un test de dépistage si vous avez eu des rapports sexuels non protégés, même si vous ne ressentez aucun signe d’alerte clair.

  • Mythe : on ne peut pas attraper une IST lors de rapports sexuels oraux ou anaux

Également faux. Vous pouvez attraper une IST lors de n’importe quel rapport sexuel, qu’il soit vaginal, anal ou oral. Même si vous êtes nus et enlacés, vous pouvez vous infecter mutuellement si, par exemple, vous avez des verrues génitales. Ils peuvent d’ailleurs être assez voyants, nous espérons donc que vous ne vous promènerez pas avec. Quoi qu’il en soit, le préservatif est vraiment le seul moyen d’offrir une protection maximale contre la contraction ou la propagation des IST.

  • Mythe : les hommes ne peuvent pas attraper le VPH

Nous associons le papillomavirus humain principalement aux femmes, mais ce n’est pas vrai. Le VPH est présent aussi bien chez les hommes que chez les femmes et environ 80 à 90 % des personnes contractent une infection par le VPH lors d’une activité sexuelle à un moment donné de leur vie. En général, le corps élimine l’infection de lui-même, mais il arrive qu’elle persiste dans l’organisme. Les conséquences d’une telle infection non traitée sont graves. Les cas graves peuvent conduire au cancer du col de l’utérus, de la gorge et de l’anus. C’est pourquoi un frottis tous les deux ans est si important. Vous ne remarquez guère une infection par le VPH, sauf lorsque vous développez des verrues génitales. Même si vous avez été vacciné contre le VPH, il existe un faible risque que vous soyez infecté après un rapport sexuel non protégé. Soyez donc vigilants.

  • Mythe : on peut attraper une ITS en s’asseyant sur des lunettes de toilettes

Non, heureusement pas. Les IST peuvent être transmises par les rapports sexuels, les contacts intimes et l’échange de fluides corporels. Elles ne survivent que très peu de temps sur les surfaces, de sorte que le risque d’attraper une IST sur un siège de toilettes, ou en touchant une poignée de porte avec les mains, ou autre, est négligeable. Ces cellules STI sont mortes avant même que vous n’entriez en scène.

  • Mythe : vous ne pouvez pas contracter une IST si vous utilisez un préservatif

Bien sûr, un préservatif est la meilleure protection contre les vilaines IST. À environ 98 %, il fait généralement son travail. Mais il y a toujours une très faible chance que vous attrapiez une IST en utilisant un préservatif. Parce qu’il y a toujours un morceau de peau qui n’est pas couvert par le préservatif, par exemple. C’est pourquoi vous pouvez attraper l’herpès génital ou des verrues génitales. De plus, un préservatif peut parfois se déchirer.

Un autre mythe que nous aimerions dissiper ? Que vous n’avez plus à vous soucier des IST si vous avez un partenaire régulier. Supposons que vous soyez avec quelqu’un depuis deux ans et que vous développiez des plaintes. Dans ce cas, il est tout à fait possible que vous vous promeniez depuis longtemps avec une IST qui n’a jamais été remarquée. Ou que votre partenaire a patiné sur le côté, ce qui est aussi secrètement possible.

Dans tous les cas, il est important que vous vous fassiez tester tous les deux avant de vous coucher ensemble pour la première fois. Ce n’est peut-être pas très romantique, mais c’est sage.

Les mythes sexuels sur la grossesse

De nombreuses idées fausses circulent sur la grossesse. Nous avons donc dressé pour vous une liste des mythes les plus répandus.

  • Mythe : vous ne pouvez pas tomber enceinte pendant vos règles

Bien sûr, vous avez les meilleures chances de tomber enceinte dans les quelques jours qui précèdent et qui suivent votre ovulation. Mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas tomber enceinte pendant vos règles. Les spermatozoïdes sont de solides petits soldats qui peuvent survivre jusqu’à cinq jours dans votre corps si les conditions sont réunies. Supposons que vous ayez un cycle de 21 jours et que vos règles durent généralement une semaine. Si vous avez ensuite des rapports sexuels vers la fin de vos règles, les spermatozoïdes à longue durée de vie peuvent arriver juste à temps pour votre ovulation et pénétrer dans l’ovule détaché.

  • Mythe : la méthode du retrait vous protège d’une grossesse

Vous pouvez certainement tomber enceinte si votre partenaire sexuel retire son pénis de votre vagin avant le moment suprême. Pourquoi ? Parce que parfois, il y a déjà des spermatozoïdes qui nagent dans le pré-cum de l’homme. Cela signifie qu’avant même d’éjaculer, votre partenaire peut faire couler des spermatozoïdes à l’intérieur. Il n’y en a pas beaucoup, mais un seul persistant est plus que suffisant. En outre, cette méthode délabrée ne permet pas non plus de lutter contre les IST. Elle est donc à proscrire pour les aventures d’un soir ou autres.

  • Mythe : faire une douche vaginale peut empêcher une grossesse

Si seulement c’était aussi simple que ça. Mais une douche vaginale ne fait rien pour arrêter un bataillon de nageurs dans leur course vers l’œuf. Si vous avez eu des rapports sexuels non protégés, il est préférable de courir à la pharmacie pour obtenir une pilule du lendemain. Une douche vaginale n’aide pas non plus à lutter contre les IST. Les tampons, poudres et sprays vaginaux parfumés ne sont jamais une bonne idée. Votre vagin est parfaitement capable de rester propre et n’a pas besoin d’aide pour le faire.

  • Mythe : double préservatif pour une double protection

C’est incroyable, mais il y a encore des gens qui pensent qu’il est intelligent de glisser un deuxième préservatif par-dessus le premier. Mais au fur et à mesure que les matériaux glissent et se frottent les uns contre les autres, ils peuvent s’abîmer. Et cela augmente le risque que les deux préservatifs se déchirent pendant l’acte.

Un cours rapide sur comment mettre un préservatif

Vous voulez savoir quelle est la meilleure façon de mettre un préservatif ? C’est parti. Tout d’abord, vérifiez que le préservatif n’est pas périmé. Et vérifiez si l’emballage est toujours intact. Qui sait combien de temps il a traîné dans un portefeuille terne.

Ensuite, ouvrez l’emballage avec précaution, afin que le préservatif ne se déchire pas et que vous ne fassiez pas de trous avec vos ongles. Pressez le haut du bec verseur pour que l’air ne puisse pas entrer. Cela peut le faire éclater. Mettez le préservatif sur le pénis raide et roulez-le jusqu’en bas. Êtes-vous prêt ? Ensuite, déroulez soigneusement le préservatif et assurez-vous qu’aucun sperme ne sort. Tu le presses, tu fais un noeud dessus et tu le jettes à la poubelle.

Conseil : utilisez un lubrifiant à base d’eau. Cela permet non seulement de se sentir mieux, mais aussi de réduire le risque de déchirure du préservatif. Votre préservatif se casse-t-il pendant les rapports sexuels ? Puis, remplacez-le immédiatement par un nouveau. D’ailleurs, on ne peut jamais utiliser un préservatif une deuxième fois !

Cultivez votre esprit critique

Pour démystifier les idées fausses sur le sexe, Sensoa, le centre d’expertise flamand pour la santé sexuelle, a lancé une campagne sur les mythes sexuels. Ils y soulignent que la santé sexuelle ne se limite pas aux maladies et à leur prévention. Le bien-être mental et sexuel joue également un rôle important.

Qu’est-ce que le centre a remarqué ? Que de nombreux couples s’inquiètent d’attentes irréalistes. Ils se laissent influencer par les médias et par des croyances sur « ce qui devrait être » et « ce qui serait sexy et attirant ». Tous ces mythes alimentent ensuite les sentiments d’insécurité entre les draps.

Le bon sexe est le sexe spontané ?

Les conclusions les plus frappantes ? Que quand les gens pensent à du bon sexe, ils pensent à du sexe spontané. Le sexe avec des cloches et des sifflets, le sexe dans un cadre romantique et le sexe dans lequel vous jouissez simultanément dans un orgasme explosif. Est-ce réaliste ? Non. Nous mettons-nous trop de pression sur nous-mêmes ? Trois fois oui.

Alors oui. Lorsque nous parlons de mythes sur le sexe et de santé sexuelle, nous parlons de l’ensemble du spectre entourant le sexe. Des IST à la grossesse, en passant par l’insécurité et le simple plaisir au lit. Une bonne information reste cruciale si l’on veut se déchaîner sainement et joyeusement.

Alors, gardez votre esprit critique. Obtenez vos informations auprès de sources fiables. Et ne prenez pas toujours au sérieux les mythes sexuels qui vous entourent. Le sexe est plus qu’un pénis glissant dans un vagin. Faites-nous confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

7 vues

Écrit par

Immergez-vous dans les profondeurs émotionnelles et romantiques des Poissons, un signe zodiacal connu pour son mystère et sa sensibilité. Explorez les traits distinctifs des Poissons, leur comportement en amour et en intimité, révélés par un horoscope amoureux et sexuel complet. Les étoiles dévoilent comment ces natifs naviguent dans…
7 vues
37 vues

Écrit par

L’entraînement ciblé des muscles du plancher pelvien, notamment à travers l’utilisation de loveballs ou boules de Geisha, améliore les sensations sexuelles et aide à contrôler l’orgasme et l’éjaculation. Ces exercices sont particulièrement utiles après un accouchement et pour prévenir l’incontinence chez les personnes âgées. En intégrant des routines…
37 vues
40 vues

Écrit par

Les Taureaux sont ouverts à l’expérimentation pour exprimer leur sensualité tout en restant pragmatiques au quotidien. Ils préfèrent les positions sexuelles éprouvées et intimes, évitant les configurations trop complexes ou inhabituelles. L’utilisation de sextoys qui stimulent les deux partenaires équitablement peut enrichir l’expérience, renforçant ainsi la connexion émotionnelle…
40 vues