Jetez un oeil dans notre boutique

Infection urinaire après un rapport sexuel, que faire ?

12 août 2021,

written by

Une infection urinaire après un rapport sexuel cause une urine trouble et des envies constantes d’aller aux toilettes pour de petites gouttes qui brûlent dans les heures qui suivent un rapport sexuel. Un problème ennuyeux dont souffrent de nombreuses femmes. Mais que faire ? Cela peut dans certains cas indiquer une IST, mais la plupart du temps, ces symptômes sont ceux d’une infection urinaire.

Que remarquez-vous lorsque vous avez une infection urinaire ?

Vous connaissez cette sensation de brûlure lorsque vous urinez ? Et avez-vous remarqué que vous avez plus souvent mal en urinant après un rapport sexuel ? La douleur au pipi est malheureusement un phénomène bien connu des femmes, surtout après une partie de jambes en l’air. Cela peut se produire pendant et après avoir fait pipi, et cela va d’une légère irritation à la sensation d’un Zippo brûlant poussé dans votre urètre.

Comme si cela n’était pas assez pénible, la douleur ne vient généralement pas d’elle-même. Par exemple, avec cette plainte, vous avez souvent envie d’uriner, même lorsque vous venez d’aller aux toilettes. Les démangeaisons, les douleurs abdominales, les douleurs lombaires et les urines troubles et malodorantes sont également des complices notoires de la douleur à la miction.

Reconnaissez-vous ces symptômes ? Alors vous avez probablement une infection urinaire. Voici les symptômes :

  • Il est douloureux d’uriner et provoque une sensation de brûlure et de démangeaison.
  • Vous avez constamment l’impression d’avoir envie d’uriner.
  • Vous urinez en petites quantités.
  • Vous n’avez jamais l’impression que votre vessie est vide.
  • Des douleurs ou des tensions dans l’abdomen, le bassin ou le bas du dos se font ressentir.
  • Votre urine est foncée, trouble et a parfois une forte odeur.
  • Il peut y avoir des traces visibles de sang dans vos urines.

Pourquoi les femmes ont-elles souvent des infections urinaires ?

Tout est lié à la forme de notre corps. Notre urètre et notre anus sont plus proches l’un de l’autre que chez les hommes. Par conséquent, les microbes de l’intestin peuvent facilement se retrouver dans l’urètre et la vessie. La bactérie E-coli est l’un de ces microbes sournois qui ont une envie indomptable de voyager. Nous transportons cette bactérie dans nos intestins et elle se trouve généralement dans et autour de l’anus.

Lorsque nous avons des rapports sexuels, et que nos corps sont entrelacés, il est facile pour ce petit coquin de s’introduire dans l’urètre par l’anus. Après tout, nous touchons tout pendant les rapports sexuels et nous propageons les bactéries présentes sur notre peau vers des zones vulnérables.

Comme notre urètre est relativement court, l’E-coli peut alors se déplacer facilement vers la vessie. Là, il se faufile et provoque une inflammation.

Mère Nature

Le sexe est donc un facteur de risque majeur de cystite. Notre anatomie nous expose déjà à un risque accru d’infection urinaire, mais après des rapports sexuels chauds, humides et avec échange de fluides, les risques sont encore plus élevés.

Heureusement, Mère Nature ne se laisse pas faire facilement. En temps normal, votre vagin regorge de bactéries acides qui combattent les mauvaises infections. Cependant, il arrive que votre résistance ne soit pas optimale et c’est à ce moment-là que les bactéries voient leur chance. La probabilité que ces petites bêtes fassent leur sale boulot dépend donc de plusieurs facteurs.

Votre santé et votre état hormonal sont des points de repère importants. Par exemple, les femmes diabétiques ou post-ménopausées sont plus susceptibles de souffrir d’une infection de la vessie. Mais le type de contact sexuel a également une influence. Sexe anal ? Morsure ? Pénétration prolongée alors qu’elle n’est pas humide ? Malheureusement, le beurre de cacahuètes : toutes ces choses augmentent le risque d’infection urinaire.

La « cystite de Lune de miel »

Même les nouveaux amants augmentent le risque d’une méchante inflammation. Si vous avez beaucoup de rapports sexuels après une période sans pénétration, le risque de contracter une infection de la vessie est beaucoup plus élevé que la normale. Par exemple, lorsque vous avez un nouveau partenaire sexuel, que vous êtes éperdument amoureux ou que vous partez en vacances ensemble pendant une semaine après des années tropicales relativement asexuées. Dans les pays anglo-saxons, cette corrélation est même judicieusement représentée par le terme « cystite de Lune de miel ».

Apparemment, votre corps a besoin de temps pour s’habituer aux bactéries étrangères. Ou peut-être que, pendant ces premiers mois glorieux, vous vous montrez mutuellement tous les coins de la pièce, ce qui donne aux bactéries la possibilité de s’installer à des endroits où elles n’ont pas leur place. Souvent, vous remarquerez que la situation s’améliore lorsque vous avez couché ensemble plus régulièrement et que votre vie sexuelle est en eaux plus calmes.

Comment prévenir une infection urinaire ?

Malheureusement, il n’est jamais possible d’éviter complètement une infection urinaire, mais il existe toujours des conseils et astuces qui permettent de réduire le risque d’infection. Les meilleures mesures à prendre sont les suivantes :

1 : Videz toujours complètement votre vessie avant d’avoir des rapports sexuels.

2 : Après le sexe, allez aux toilettes. Ce n’est pas très romantique, mais un bon pipi élimine les bactéries avant qu’elles n’aient la chance de pénétrer dans votre vessie. Rincez ensuite votre vagin à l’eau.

3 : Buvez un grand verre d’eau après le sexe. Parfois, les bactéries restent après le premier pipi post-sexe. En buvant beaucoup d’eau, vous serez bientôt obligé d’aller aux toilettes et votre corps aura la possibilité d’évacuer les derniers résidus à temps.

4 : Buvez beaucoup d’eau et de tisanes et utilisez des comprimés de canneberge pour maintenir votre flore vaginale en bon état. Évitez autant que possible le café, les boissons gazeuses et l’alcool.

5 : Évitez le savon, les douches vaginales et les sprays intimes. Votre vagin est parfaitement capable de se maintenir propre. Une telle douche vaginale perturbe l’équilibre du PH de votre vagin, le rendant plus sensible aux infections et aux inflammations. Un rinçage régulier à l’eau est suffisant.

6 : Vous êtes ouverte au sexe anal ? Vous le savez certainement, mais il est toujours bon de le rappeler. Ne pas avoir de contact vaginal après un rapport anal !

Vous pensez avoir une infection urinaire ? Alors, consultez votre médecin. Ils vérifieront la présence d’une inflammation dans votre urine et prescriront un traitement antibiotique. Ne tardez surtout pas. Une inflammation non traitée de la vessie peut « remonter » et provoquer une inflammation du pelvis rénal.

Vos symptômes sont-ils toujours présents deux jours après le traitement ? Et présentez-vous d’autres symptômes, tels que du sang dans les urines, de la fièvre et de fortes douleurs dans le bas du dos ? Retournez immédiatement chez votre médecin pour un examen plus approfondi.

Autres causes de douleurs urinaires

Bien sûr, il existe d’autres causes possibles. Nous sous-estimons souvent l’importance d’un vagin bien propre et humide pendant les rapports sexuels. Lorsque votre partenaire vous pénètre alors que vous n’êtes pas suffisamment excitée, la peau de votre vagin s’irrite.

Les rapports sexuels brutaux peuvent également endommager la peau de votre vagin. Cela ne se traduit pas seulement par des tentatives de pénétration abrasives et douloureuses. Il donne également une sensation de brûlure en urinant après un rapport sexuel. L’urine est une substance forte, surtout lorsqu’elle s’écoule sur une peau irritée ou endommagée.

Une mémoire à toute épreuve

Malheureusement, votre vagin a une mémoire très forte. Il n’aime pas la douleur, donc la prochaine fois que vous aurez des rapports sexuels, il se resserrera à la vitesse de l’éclair. Le résultat ? Un vagin plus étroit et plus sec, rendant le sexe encore plus douloureux.

Si vous vous trouvez dans cette situation, il est important de briser le cercle vicieux. Commencez donc calmement, assurez-vous d’être suffisamment excité et humide ou utilisez un lubrifiant. Les exercices de relaxation peuvent également vous aider à relâcher votre plancher pelvien, ce qui facilite la pénétration.

Ça ne marche pas et le sexe reste douloureux ? Vous pouvez toujours demander l’aide d’un sexologue ou d’un spécialiste du plancher pelvien.

Des douleurs en urinant

Malheureusement, vous avez peut-être contracté une IST. La chlamydia, la gonorrhée et l’herpès peuvent tous causer des douleurs en urinant. Bien sûr, toutes les IST ne sont pas identiques. Une infection à l’herpès, par exemple, entraînera la formation de cloques douloureuses à l’entrée du vagin, qui, bien entendu, ne réagissent pas bien aux jets d’urine.

Mais avec la chlamydia et la gonorrhée, il est moins visible que vous soyez infecté ou non. Pourtant, les conséquences d’une infection par l’une de ces IST sont évidentes. Vous courez le risque d’une inflammation des trompes de Fallope et d’une infertilité si elle n’est pas traitée correctement.

Avez-vous eu des rapports sexuels non protégés et avez-vous des douleurs en urinant ? Et votre médecin a-t-il conclu que vous n’avez pas d’infection urinaire ? Faites alors un test de dépistage des IST, juste pour être sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

14 vues

Écrit par

14 vues