Jetez un oeil dans notre boutique

Comment se réapproprier le terme pussy ?

17 août 2021,

written by

La popularité du mot « pussy » ne se dément pas. Du rappeur à l’icône de la pop, et de l’adolescent boutonneux à l’ancien président des États-Unis, ce terme est utilisé depuis des siècles, et pas toujours de la manière la plus respectueuse des femmes. Mais d’où vient le mot pussy ? Et est-il temps de se le réapproprier ?

La controverse sur le terme pussy

De nombreux groupes de femmes le pensent. Après la divulgation de la cassette Access Hollywood de l’ancien président Trump, des milliers de femmes ont défilé pour dénoncer la misogynie. Sur l’enregistrement de 2005, on entend Trump se vanter d’agressions sexuelles. Il a déclaré qu’il pouvait attraper les femmes « par la chatte » en toute impunité parce qu’il était une célébrité.

La fuite de cette cassette a insufflé une nouvelle vie et une nouvelle rage au féminisme. Les femmes en ont eu assez, elles ont inscrit le mot pussy à la craie sur leurs chemises et leurs banderoles et ont décidé d’adopter le terme comme slogan. Le lendemain de l’investiture de Trump, ils ont pris d’assaut les rues, portant des chapeau en pussy roses et représentant des chats en explosion sur leurs chemises.

Comment des machos gonflés comme Trump peuvent-ils nous prendre par la chatte ? Cette chatte est la nôtre et ils devraient garder ses griffes loin d’elle.

En même temps, il y a des femmes qui voient cette évolution avec consternation. Elles affirment qu’après des années de statu quo, nous sommes au milieu d’une puissante révolution féministe. Enfin, nous sommes unis contre le patriarcat. Et enfin, nous sommes unis contre le harcèlement et la violence sexuels. Dans une telle révolution, il n’est pas approprié d’utiliser des termes désobligeants et vulgaires tels que pussy.

D’où vient le mot pussy ?

Mais avant de décider ce qu’il faut faire de ce mot contesté, il est important de comprendre son histoire. D’où vient le terme pussy ? Pourquoi l’avons-nous utilisé ? Et quel sens a-t-il acquis au fil des siècles ?

Pussy et la pochette en vieux norrois

Apparemment, l’origine du terme pussy fait l’objet d’un débat étymologique considérable. Selon une théorie, le mot dériverait de l’ancien mot norrois puss, qui signifie poche. En bas allemand, on parlait de puse, qui signifie vulve. Et si l’on considère que le français la chatte peut signifier à la fois chat et vulve, la boucle semble bouclée.

Car cette association avec les chats est tout à fait plausible. L’animal et le chat entre nos jambes sont doux, chauds et moelleux. Même un punani rasé a une certaine ressemblance avec un chat nu. En quelque sorte.

Le mot serait apparu pour la première fois au XVIe siècle. À l’époque, il n’avait aucune connotation sexuelle, mais était plutôt un doux surnom pour les femmes en général. Ce n’est qu’au XIXe siècle que la chatte est devenue le terme sexuellement chargé qu’elle est encore aujourd’hui.

Le porno et pussy

Comment les mots « poche » et « nom d’animal de compagnie » sont-ils devenus l’un des mots les plus controversés de la langue anglaise ? Grâce au porno, bien sûr.

Bien que le mot soit devenu un synonyme de vagin dès le XIXème siècle, il n’est vraiment devenu populaire que lorsque les films pornographiques sont entrés dans la société et ont donné un sérieux coup de fouet au vocabulaire du sexe. Les caresses et les flatteries innocentes ont disparu. La « chatte » fait partie de l’argot et a une connotation péjorative. Celle qui réduisait les femmes à des objets sexuels, comme si elles n’étaient rien de plus que la vulve entre leurs jambes.

Ce n’est pas sans raison que ce terme est principalement utilisé par les hommes. Dans les groupes de femmes, ou dans les groupes mixtes, il n’est pratiquement jamais utilisé, selon les chercheurs. Ce n’est pas surprenant, si l’on considère le côté objectif de ce mot. Les femmes se sentent souvent mal à l’aise avec ce terme et les hommes savent bien qu’il ne faut pas parler de « chattes » dans un groupe de femmes.

Pussy est lâche, pussy est faible

Du surnom mignon à l’argot porno péjoratif. Mais ça pourrait être pire. On pense qu’une autre origine du mot pussy est le mot latin pusillanimous, un adjectif désignant une personne lâche, faible et abattue. Il était associé à la faiblesse masculine, mais peu d’hommes feraient le lien entre ses racines latines et sa signification contemporaine.

Le lien entre les femmes et la faiblesse, en revanche, est facilement établi. La chatte est devenue un synonyme d’hommes faibles, d’hommes qui ne sont pas masculins et qui ne se conforment pas aux normes masculines. On apprend à nos garçons à ne pas pleurer ou se plaindre, parce qu’alors ils sont des mauviettes. Et personne ne pense à leurs racines latines. Nous pensons aux femmes, parce qu’elles sont faibles.

Whipped by pussy

Les hommes qui sont dominés par les femmes sont aussi appelés « pussy-whipped ». Il symbolise un rapport de force manipulateur dans lequel les femmes refusent d’avoir des rapports sexuels avec leurs maris pour obtenir ce qu’elles veulent. La faiblesse de l’homme est son désir de sexe et sa volonté d’affaiblir sa propre position pour une partie de jambes en l’air. De cette façon, deux sens du mot pussy sont combinés.

Vous pouvez en rire, mais c’est tout aussi insultant que de traiter un garçon effrayé de pédale. Ou dans la langue anglaise : faggot. Ce sont des termes très péjoratifs.

Ici aussi, l’homme blanc et hétérosexuel est la norme. Les hommes qui ne répondent pas aux normes correspondantes sont alors qualifiés de femmes ou d’homosexuels. Ainsi, pendant des générations, les femmes et les hommes homosexuels ont été mis à l’écart comme source de ridicule.

Des femmes qui en ont dans le pantalon

Mais d’où vient l’idée que les femmes sont faibles ? L’écrivaine et féministe Sarah Marcus-Donelly a quelques idées à ce sujet. Dans son article pour le Huffington Post, elle souligne que les vagins ne sont pas nécessairement avantagés dans notre société. Elles sont dominées, elles sont violées et elles sont plus basses dans l’échelle que les pénis et les hommes qui y sont attachés. Alors ne sois pas une mauviette, car de mauvaises choses arrivent aux mauviettes.

Les hommes ne se contentent pas de ridiculiser les femmes dans les cantines sportives ou au bar, en récitant des histoires obscènes. Il s’agit d’un phénomène institutionnalisé. Même le président des États-Unis peut déclarer fièrement qu’il attrape les femmes par la chatte sans que cela ait de réelles conséquences pour sa présidence. Tout comme les innombrables autres remarques désobligeantes sur les femmes ne l’ont pas tué.

Il n’est donc pas surprenant que les femmes adoptent au hasard des caractéristiques masculines sur le lieu de travail. Et elles proclament fièrement qu’elles sont des « femmes qui ont des couilles », comme si c’était une réussite à laquelle il fallait aspirer. Mais est-ce vraiment si enviable ? Comme l’a déclaré Stella Bergsma, auteur de Pussy Album, dans une interview : « Je ne veux pas être une femme avec des testicules. Qu’est-ce que je suis censé faire avec ces poches de viande molle entre mes jambes ? Alors que j’ai une belle chatte ? »

Se réapproprier le mot pussy

Stella a marqué un point. Pourquoi disons-nous que les femmes doivent se lever et montrer leurs couilles ? Ces boules ne sont pas si puissantes. Vous avez déjà vu un homme se faire frapper à l’entrejambe ? Appelez une ambulance, car ce gars est sur le point de mourir d’une mort peu glorieuse. Apparemment, les testicules sont fortes parce qu’elles sont attachées aux hommes. Logique, n’est-ce pas ?

Surnom

Pas vraiment, cependant. Parce qu’au nom du ciel, qu’est-ce qui est faible dans un vagin ? Les vagins sont puissants. Ils poussent les petites gens dans le monde. Il est donc très surprenant que les femmes soient encore considérées comme faibles et fragiles. Et insultant. Alors oui, le mot pussy mérite une mise à jour.

Non pas qu’il soit toujours facile de changer un langage désobligeant. Il y a toujours deux camps, après tout. Un camp estime que les termes abusés ne méritent plus une place dans le vocabulaire. Et que ces mots perpétuent la misogynie. Alors que l’autre camp adopte le mot contesté comme un slogan et lui donne un tout nouveau sens.

Comme ce fut le cas avec le mot queer. La jeune génération LGBTQ+ a adopté le mot, tandis que la génération plus âgée ne se souvient que trop bien de la façon dont elle a été battue par des brutes homophobes.

Macho Trumpien

Il est également bon d’avoir des idées différentes sur les mots controversés. Mais cela ne signifie pas que nous devons les éviter ou les cacher. C’est lorsque nous dépoussiérons des mots oppressants et que nous les lançons dans le monde d’une manière toute nouvelle que nous avons une chance de provoquer le changement.

Sheila Embleton, professeur de langues à l’université York de Toronto, par exemple, affirme que la connotation péjorative d’un mot disparaît lorsque ce mot est revendiqué par ceux qui ont été lésés par ce mot. De plus, le langage est en constante évolution, nous devons donc toujours être conscients de la possibilité de transformer un mot comme pussy en quelque chose de fort.

Alors essayez de vous réapproprier ce terme. Remplissez-le de toutes les significations positives auxquelles vous pouvez penser. Par exemple, voyez-le comme un symbole de liberté, de plaisir sexuel ou de l’incroyable puissance libérée lors de la naissance.

Et ensuite renvoyer-le à la figure d’un macho Trumpien. Pour voir qui est le plus fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

21 vues

Écrit par

Horoscope amoureux du Lion : comment les étoiles s’alignent-elles pour les Lions optimistes en matière d’amour, de relations, de rencontres et de sexe ? Le grand horoscope amoureux et sexuel du Lion révèle comment ce signe astrologique fonctionne en tant que partenaire et au lit, ce que les…
21 vues
65 vues

Écrit par

Choisir un lieu pour un premier rendez-vous peut être un véritable défi. Il est crucial d’éviter les silences malaisants ou les activités trop extravagantes qui pourraient incommoder une personne que l’on découvre tout juste. Voici une sélection d’idées pour un rendez-vous initial qui promet d’être mémorable…
65 vues