Jetez un oeil dans notre boutique

coming out
17 vues

Coming-out – comment bien recueillir la parole ?

23 mai 2024,

written by

Le 11 octobre est le Jour du Coming Out, une journée où les individus de la communauté LGBTQIA+ sont encouragés à sortir du placard fièrement et à accroître ainsi la visibilité autour de ce sujet. Mais le coming out n’est généralement pas simple : il représente un pas significatif demandant beaucoup d’énergie et pouvant parfois être effrayant. En 2023, les individus queer sont encore confrontés au rejet, à l’incompréhension, et à la haine, et dans les pires cas, un coming out peut menacer leur sécurité. Mais même des réactions bien intentionnées peuvent être maladroites, blessantes ou déstabilisantes. « De nos jours, personne ne devrait avoir à faire son coming out, c’est tout à fait normal » est une phrase que beaucoup dans la communauté queer ne veulent plus entendre. Bien qu’elle vise à exprimer du soutien et de la tolérance, elle peut occulter la réalité complexe du coming out qui n’est pas toujours évident. Idéalement, les diverses orientations sexuelles et identités de genre seraient normalisées et cesseraient d’être un sujet de discussion. Mais le monde n’est pas parfait, surtout pour ceux qui ne correspondent pas aux normes établies. Pour rendre le monde meilleur, il est crucial de reconnaître ces différences afin de cibler nos revendications. Seulement ainsi peut-on créer un espace sûr où les individus queer peuvent se révéler – et peut-être qu’un jour, ils n’auront plus besoin de le faire.

Définition du coming out

Avant de discuter des bonnes réactions, il est utile de clarifier ce que signifie vraiment un coming out. Pour beaucoup, cela désigne un moment ou une période durant laquelle des individus queer partagent leur orientation sexuelle ou leur identité de genre avec leur entourage, indiquant qu’ils ne sont ni hétérosexuels ni cisgenres. Un coming out est toutefois plus qu’une révélation ; c’est un processus. Ainsi, dans la vie des personnes queer, il y a toujours de nouveaux coming outs, de nouvelles façons d’embrasser leur queerness. Mais quelle est la bonne manière de réagir quand quelqu’un de votre entourage fait son coming out ? Cela dépend bien sûr de chaque situation, mais quelques comportements sont à privilégier pour montrer respect et empathie. Écoutez attentivement pour comprendre et non pour répondre, montrez de l’intérêt sans outrepasser les limites.

À faire

« Merci de me faire confiance »

Quand une personne queer se confie à vous, cela montre une grande confiance. Montrez que vous appréciez ce geste et assurez-la que vous êtes là pour écouter sans jugement.

« Puis-je faire quelque chose pour toi ? »

Après un coming out, la personne peut se sentir soulagée et n’avoir besoin de rien, ou au contraire, elle peut avoir besoin de soutien émotionnel et d’une étreinte. Pour être sûr, demandez-lui et montrez ainsi votre soutien.

« Veux-tu en parler davantage ? »

Un coming out peut être un moment chargé d’émotions pour tous. Avant de bombarder la personne de questions, tendez l’oreille. Souhaite-t-elle approfondir le sujet immédiatement ou préfère-t-elle en parler plus tard ou dans un autre contexte ?

« À qui en as-tu déjà parlé ? »

Renseignez-vous sur les personnes déjà au courant pour éviter de divulguer son secret sans son consentement. Demandez également s’il y a des personnes à qui il ne faut absolument pas le révéler.

« Je ne sais pas vraiment comment réagir »

Un coming out peut parfois surprendre et créer du stress. Si vous ne savez pas comment gérer l’information sur le moment et ne voulez pas faire d’erreur, dites-le simplement. Il est préférable d’exprimer ouvertement que vous êtes pris au dépourvu plutôt que de risquer une réaction maladroite sous le coup de l’émotion. L’important est : soyez honnête, sans faire culpabiliser la personne, et montrez votre soutien.

« Quels sont tes pronoms ? »

Si une personne vous fait son coming out en tant que trans, demandez-lui quels sont ses pronoms préférés et s’il y a un nom par lequel elle souhaite désormais être appelée. Cela montre votre respect pour son identité.

Informez-vous

Réagir avec empathie à un coming out est positif, mais cela ne suffit pas. Pour véritablement soutenir les personnes autour de vous, vous devriez vous informer sur les enjeux queer, surtout si vous n’êtes pas vous-même concerné. Cela vous aidera à comprendre mieux la réalité des personnes concernées et les défis auxquels elles sont confrontées au quotidien. Familiarisez-vous avec la terminologie – que signifie « non-binaire » ? Qu’est-ce que l’hétéronormativité ? Pourquoi est-il important d’adopter un langage inclusif et respectueux des genres ? Mais réfléchissez aussi à la discrimination, interrogez-vous sur les stéréotypes que vous pourriez inconsciemment perpétuer, et renseignez-vous sur l’histoire du mouvement LGBTQIA+. Vous n’avez pas besoin de tout savoir immédiatement, mais éduquez-vous et montrez votre intérêt.

À ne pas faire

« Pourquoi tu n’as jamais rien dit ? »

Vous pourriez être déçu et souhaiter que la personne se soit confiée plus tôt. Toutefois, il serait inapproprié de lui reprocher, car faire son coming out est souvent un processus long et difficile. Les individus ont besoin de temps pour s’accepter et se révéler. Être ouvertement queer peut aussi être dangereux, il est donc compréhensible que les personnes prennent le temps de choisir à qui elles se confient.

« Es-tu sûr ? »

Assumez que la personne n’a pas pris la décision de faire son coming out sur un coup de tête, mais après mûre réflexion sur son identité. Cette question peut minimiser son expérience. Cela blesse les gens d’entendre cela alors qu’ils ont traversé un long processus de découverte de soi, ou s’ils sont encore en plein dedans. Acceptez sans condition l’état actuel de la personne. Et si cela change encore une fois – suivez le courant. La sexualité et les identités de genre forment un spectre sur lequel les individus se déplacent de façon plus ou moins fluide.

« Je m’en doutais »

Cette phrase peut être interprétée de diverses manières. Certaines personnes queer se sentent vues et validées dans leur identité. D’un autre côté, beaucoup passent leur vie avant le coming out à s’adapter et à se cacher. Entendre que tous ces efforts ont été vains peut être douloureux.

« Ça n’a pas d’importance »

Cette phrase peut être ambiguë. Voulez-vous dire par là que « Pour moi, cela ne change rien à notre relation, car je t’aime et te respecte inconditionnellement » ? Alors exprimez-le clairement. Ignorer ce sujet peut profondément blesser ceux qui ont investi beaucoup d’énergie dans ce processus et peut paraître comme une négation du travail qu’ils ont accompli.

« Tu as le béguin pour moi maintenant ? »

Félicitations pour votre confiance en vous et vos techniques de drague presque sans faille, mais ce n’est pas parce qu’une personne est attirée par le genre auquel vous appartenez qu’elle doit vous trouver irrésistible. En disant cela, vous perpétuez également une sexualisation systémique de l’identité queer, ce qui tend à décrédibiliser et fétichiser la parole de la personne qui fait son coming-out. Mais si son coming-out vous fait voir votre ami d’un autre œil, peut-être que votre propre queerness s’éveille – explorez cela 😉

Il ne s’agit pas de toi

Quand quelqu’un vous fait son coming-out, efforcez-vous de prendre le moins de place possible. Il ne s’agit pas de vous, mais de la personne qui fait son coming-out, de ses ressentis et de ce qui change dans sa vie. Le meilleur ami de votre sœur est aussi gay ? Vous avez déjà vu Brokeback Mountain et trouvé l’histoire touchante ? C’est bien, mais ce n’est pas pertinent pour le moment.

Va le Googler !

Si vous souhaitez vous informer sur les sujets liés à la communauté LGBTQIA+ ? Faites des recherches et n’utilisez pas vos amis queer comme sources d’information, surtout s’ils viennent de faire leur coming-out. Un coming-out nécessite beaucoup de ressources personnelles et vous ne devriez pas attendre que la personne concernée fasse en plus un travail éducatif gratuit pour vous. Bien sûr, les petites questions de compréhension et de clarification sont acceptables, et peut-être que les personnes concernées souhaitent même discuter avec vous de thèmes queer. Mais ne vous imposez pas. « Veux-tu parler de ce sujet ? » est toujours un bon début.

Des erreurs peuvent arriver

Même en faisant de votre mieux, vous commettrez probablement toujours des erreurs. Nous avons tous grandi avec des stéréotypes et des préjugés que nous reproduisons parfois inconsciemment. Il peut vous arriver de mal genrer des personnes ou de les appeler par habitude par leur ancien nom, c’est-à-dire par le nom que la personne trans a abandonné. Tout cela est désagréable et douloureux, même si ce n’est pas fait avec malveillance. Il est crucial de bien gérer ces situations. Excusez-vous et corrigez-vous, mais ne vous attardez pas trop sur l’erreur – cela prolonge la situation désagréable pour la personne concernée. Très important, mais très difficile : apprenez à gérer vos sentiments de honte. Les erreurs sont inévitables – l’essentiel est d’en tirer des leçons et de ne pas sombrer dans la frustration ou même d’exprimer votre malaise à l’égard de votre interlocuteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

14 vues

Écrit par

14 vues