Jetez un oeil dans notre boutique

3 061 views

Blind date #2

30 novembre 2020,

written by

Hier, j’ai eu un rencard merveilleux avec un homme encore plus merveilleux. Quelques heures plus tard, il est apparu clairement que nous n’avions pas d’avenir ensemble, sauf pour passer un bon moment. Les enfants, le mode de vie… nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde. On n’est pas obligé de l’être pour passer un bon moment, mais pour ce qui est d’une relation, c’est une autre histoire.

Maintenant que je sais que ces attentes sont également absentes, je peux me concentrer et me concentrer sur mon prochain rencard. Euh oui, enfin, me concentrer… sur mon état de stress. Bien que je ne cherche pas activement une relation et que je veuille juste explorer, je sens que je peux établir un véritable lien avec ce type. Même en parlant pr message, je n’ai pas cette impression de devoir toujours lui poser des questions ou d’être moi-même dans un interrogatoire. C’est un homme qui parle vraiment, voilà qui est très intéressant. Et c’est aussi drôle ! J’ai éclaté de rire plus d’une fois, alors que je suis seule.

Comme pour mon premier rencard à l’aveugle, nous allons ce soir faire une promenade. Pour certains, cela peut paraître ennuyeux, mais j’aime ça ! Prendre l’air aide à se détendre et je n’ai pas l’impression d’être observée en permanence. Boire un verre ou alors dîner dans un restaurant pour un premier rencard, c’est vraiment pas mon truc ! L’avantage principal est que je n’ai pas besoin de me mettre sur mon 31. Et au moins, s’il y a un deuxième rencard, je sais qu’il m’apprécie en tant que personne et pas uniquement pour mon physique. Donc, un pantalon avec des baskets, c’est ce qui me convient.

Il m’est toujours difficile de me montrer complètement et d’être jugé sur ce point. Les vêtements et le maquillage deviennent vite un masque. J’ai donc décidé de ne pas être dans le paraitre lors de mes rencards. Voici mon vrai visage !

En plus du fait que je trouve tout cela passionnant, trouver le gars avec qui je sors est aussi une chose. Comme mes yeux ne sont pas très performants, je suis incapable de reconnaître quelqu’un à distance. Comme je ne suis pas la seule dans le parking, je décide d’attendre que quelqu’un vienne à ma rencontre. Peu de temps après, mon rencard me salue et me fait la bise et, pour la première fois, le contact physique direct ne me dérange pas du tout.

Pendant que nous marchons dans les rues, je profite de la lumière des lampadaires pour le regarder. C’est un avantage d’être une femme ; elle est multitâche. Pendant que je l’écoute, je suis absorbée par lui. Ma collègue était persuadée que ce n’était pas mon type d’homme, mais j’aime les hommes qui parlent avec leurs yeux. Et c’est exactement ce qu’il fait. Mon genre ou pas, il est vraiment pas mal.

De zone résidentielle à zone industrielle, après deux heures, nous avons vu toute la ville et nous sommes de retour à la voiture. Nous n’avons pas encore fini de parler, mais il est temps de rentrer à la maison. La nervosité reprend le dessus. Comment dire au revoir ? S’agit-il simplement d’un moment convivial ou la connexion va-t-elle au-delà ? On finit par se dire au revoir comme on s’est salués, avec la bise, puis je monte dans ma voiture pour rentrer chez moi. Et maintenant ?

Le lendemain, nous nous envoyons des messages, comme les jours précédents. On se raconte des tas de choses. C’est en toute tranquillité d’esprit que j’ose lui demander quand est-ce que nous nous reverrons. Il réagit spontanément et nous nous revoyons dans trois jours. J’attends ce moment avec impatience et je remarque que ce ne sont que des vibrations positives que je ressens. Pas de stress ni d’incertitude, mais seulement une agréable sensation d’excitation.

Je vois cette date d’une manière bien différente du reste. Sans peur, mais avec du plaisir. Pas le moindre nœud dans l’estomac, mais une énorme dose d’envie.

C’est enfin le jour J. Je monte dans ma voiture pour aller rejoindre mon deuxième rencard. Un peu en retard cette fois-ci, car j’ai hésité sur ma tenue et j’ai été un peu trop longue à me préparer. Je chante avec entrain tout au long du chemin. J’ai hâte d’arriver. Dès que je me gare, je commence à chercher, les numéros de maison ne sont pas évidents à voir dans le noir. Je sais que je suis au bon endroit quand la porte d’entrée s’ouvre. Un homme heureux se trouve sur le seuil de la porte.
Rapidement, nous recommençons à parler et à nous installer sur le canapé. Sans s’en rendre compte, nous nous rapprochons de plus en plus jusqu’à ce que nos genoux se touchent. On se regarde brièvement, puis j’ai droit à mon premier vrai baiser.

Lorsqu’il m’embrasse pour la deuxième fois, il laisse sa main glisser dans mes cheveux. Un frisson parcourt tout mon corps. Un simple baiser, un simple mouvement de la main et je me sens envoûtée. Le désir est présent en moi, pas le désir d’un orgasme rapide et d’un sexe torride. Cela va beaucoup plus loin. Je veux découvrir et explorer chaque partie de son corps, profitez de lui et surtout, avoir beaucoup de plaisir. Pendant que ces pensées me traversent l’esprit, je le regarde. Je ne parviens pas à lire dans ses yeux, mais je veux découvrir ce qui s’y trouve.

Inconsciemment, mes lèvres s’écartent légèrement, comme si mon corps savait mieux que mon cerveau ce qu’il fallait faire. Il m’embrasse à nouveau et approfondit notre baiser. Intuitivement, nos langues se mêlent jusqu’à ce que nous atteignions le rythme parfait. Ma main posée sur sa jambe commence aussi à explorer. Je la remonte lentement ; par-dessus sa jambe et son bras, jusqu’à ce que j’atteigne son cou. Je le caresse doucement et je vais avec mes doigts sous sa chemise pour pouvoir me rapprocher de lui. Mais il semblerait qu’il ait d’autres projets. Avant que je ne m’en rende compte, me voilà propulsée en arrière et couchée le dos contre l’accoudoir. En s’appuyant sur une main, il laisse son autre main se glisser sous ma chemise. Tandis qu’avec son pouce il caresse mon téton, je lui mords doucement la lèvre inférieure.

Son toucher déclenche le premier feu d’artifice en moi. Chaque contact avec son corps envoie des chocs à travers le mien.

Je déplace ma main jusqu’au bord de son pantalon. Je veux le toucher, le goûter, mais je n’ai pas l’occasion de le faire. Il m’attrape le poignet et le fait passer par-dessus ma tête. Il presse ses hanches contre moi pour me provoquer. Je sens à quel point il est excité et par conséquent, ce qui me manque.
J’aime qu’il soit dominant, mais en même temps, cela fait aussi ressortir la lionne qui est en moi. J’aime particulièrement le jeu des préliminaires et du sexe. Avec la bonne personne, c’est une partie de donnant-donnant, de provocation, de folie, de rire et d’amour. Maintenant que je n’ai plus le droit d’utiliser mes mains, je vais trouver autre chose pour le provoquer et l’exciter de la même manière. J’enroule mes jambes autour de lui et j’incline mon bassin. Je bouge tranquillement les hanches de manière à frotter toute sa longueur.

Il râle de désir et, d’un seul mouvement, il retire mon pull. Mon soutien-gorge se détache immédiatement. Je vois cela comme une occasion de me servir à nouveau de mes mains, mais malheureusement… Avant même que je puisse le toucher, mes mains sont à nouveau au-dessus de ma tête. Pendant ce temps, il tire un trait avec sa bouche de mon cou à ma poitrine. Alors qu’il prend mon téton dans sa bouche et le lèche doucement, le suce et le mordille, il caresse mon autre sein avec sa main libre. Mon désir est si grand que j’essaie d’échapper à son emprise, mais cela ne sert à rien. Il s’accroche encore plus fort à moi et se jette sur moi avec encore plus de conviction. Lorsqu’il approche sa bouche de mon autre poitrine, il laisse sa main glisser entre mes jambes et me saisit fermement.

Il sent ma chaleur et commence à me caresser entre les cuisses. D’abord avec un doigt. Le long de mon aine, mon pubis, mes lèvres ; il m’effleure tout doucement par-dessus mon pantalon. Puis il donne un peu plus de pression et utilise toute sa main pour caresser mon clitoris. Je me demande combien de temps je vais pouvoir tenir. Mon corps se tord et se retourne sous lui.

J’en veux davantage, je le veux lui, mais je ne peux pas bouger. Lorsqu’il retire sa main, je retiens ma respiration et j’attends la suite. Je le regarde avec impatience. Puis je sens sa main passer sous mon pantalon et mon string et il glisse son doigt sur mon clitoris. Il sent combien je suis humide. J’en ai presque honte mais il adore ça. Ses caresses sont comme une libération. Mon corps a besoin d’un contact peau à peau aussi intense que possible. Pendant qu’il caresse mon clitoris avec son pouce, il me pénètre avec un doigt.

Je n’ai jamais autant aimé un doigt me pénétrer. La chaleur se répand dans tout mon corps.

Mais un doigt ne me suffit pas. Je gémis un « encore ! » et il répond. Il introduit un autre doigt et masse mon point G. Lent et rapide, doux et fort, il me rend folle. Je ressens sans cesse cette sensation qui me traverse le corps et je sais que l’orgasme n’est plus très loin.

Avec mon pantalon toujours en place, mais ses doigts enfouis au plus profond de moi, je remarque que je suis sur le point de jouir. Doucement, je bouge sur sa main. Quand j’y suis presque, je n’arrive plus à contrôler mon corps. Il me tient fermement en place avec une main et avec l’autre il touche mon point G et mon clitoris. Un cri s’échappe de mon corps et, sous le choc, je jouis sur sa main.

Quand les dernières vagues de mon orgasme quittent mon corps, je me rétablis et j’ose le regarder à nouveau, je veux maintenant le satisfaire. Le sexe fonctionne dans les deux sens et en plus, ma faim pour lui n’est pas encore complètement assouvie. J’ai hâte de le sentir en moi, de sentir son poids se poser sur moi et si possible, lui donner un orgasme en étant au dessus de lui. Mais tout ce que j’imagine ce soir est différent. Il m’embrasse encore une fois, puis se retire. « La prochaine fois », promet-il. Tout ne doit pas forcément se passer le deuxième soir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Liés

59 vues

Écrit par

La masturbation à deux, communément appelée « travail de la main », consiste à stimuler le pénis de son partenaire à l’aide de la main. Cette pratique se distingue de l’auto-masturbation par le fait qu’elle est réalisée par une autre personne. Les techniques varient en fonction du nombre de doigts…
59 vues
303 vues

Écrit par

Le lavement anal, souvent entouré de tabous et de malentendus, mérite une place dans les discussions ouvertes sur la santé et le plaisir sexuel. Chez Adam et Eve, nous croyons à l’importance de s’informer correctement pour profiter pleinement de …
303 vues